Les frères Sisters de Jacques Audiard : critique

Publié par Camille Carlier le 17 septembre 2018

Synopsis: Charlie et Elie Sisters évoluent dans un monde sauvage et hostile, ils ont du sang sur les mains : celui de criminels, celui d’innocents… Ils n’éprouvent aucun état d’âme à tuer. C’est leur métier. Charlie, le cadet, est né pour ça. Elie, lui, ne rêve que d’une vie normale. Ils sont engagés par le Commodore pour rechercher et tuer un homme. De l’Oregon à la Californie, une traque implacable commence, un parcours initiatique qui va éprouver ce lien fou qui les unit. Un chemin vers leur humanité ?

♥♥♥♥♥

 

Les freres Sisters - affiche

Les frères Sisters – affiche

C’est John C. Reilly et sa femme Alison Dickey qui proposèrent à Jacques Audiard, alors en promotion de De rouille et d’os à Toronto, d’adapter le roman éponyme de Patrick DeWitt dont ils détenaient les droits. Une proposition audacieuse au regard de la filmographie du réalisateur, qui nous avait habitué à des drames intimistes au succès critique certes mais loin de faire penser que la patte française Audiard pourrait un jour s’attacher au genre western. Point de mythologie pesante ici, ni de symbolisme exacerbé. S’il est une morale à chercher, c’est dans l’introspection des personnages en plein contexte de ruée vers l’or au départ de l’Oregon en 1851. L’histoire est celle de deux frères, Eli (John C. Reilly) et Charlie (Joaquin Phoenix) Sisters, les hommes d’arme d’un Commodore pour lequel ils réalisent les pires actions. Le film s’ouvre sur l’incendie d’une grange qui semble réjouir les criminels. Eli s’inquiète alors de libérer les chevaux tandis que Charlie n’y voit pas l’intérêt. On peut y voir ici un indice de la dissonance qui sera croissante entre les deux frères, via l’expression du rapport à l’animal par le héros, figure mainte fois utilisée au cinéma. L’animal comme outils révélateurs d’un certain caractère. Tendance qui se confirmera lorsque Eli perdra sa propre monture et la pleurera. Très vite apparaît une tension qu’on impute de prime abord à la question du pouvoir pour finalement comprendre au travers des multiples discussions parfois philosophiques de nos protagonistes, qu’il s’agit surtout de la peur d’évoluer, d’assumer un héritage familial violent et de s’affranchir du déterminisme. Eli, s’est vu destitué de son droit d’aînesse lorsque son frère cadet a tué leur père ivrogne qui les battait. C’est donc Charlie qui est moteur du duo sanguinaire dans lequel Eli apparaît comme le plus enclin à changer par sa coquetterie -il utilise une brosse à dent et s’émerveille devant la chasse d’eau d’un hôtel-, sa sensibilité mais également son courage à regarder leurs actes frontalement dans un souci de vouloir se changer. Audiard développe ici les vicissitudes de la fratrie en dédiant par ailleurs l’oeuvre à son propre frère aîné décédé à l’âge de 25 ans.

 

Joaquin Phoenix et John C Reilly - les freres Sisters

Joaquin Phoenix et John C Reilly – les freres Sisters

 

Au duo de fines gâchettes est opposé un autre duo, celui de John Morris (Jake Gyllenhaal) et Hermann Kermit Warm (Riz Ahmed), figures du gentilhomme -Morris est un détective privé qui ne tue pas- développée davantage que dans le livre source par Jacques Audiard et son co-scénariste Thomas Bidegain. Menés par l’utopie d’un monde moderne où résonnent les prémisses du socialisme, c’est la volonté d’un monde meilleur qui fera avancer nos personnages, comme un substitut au mythe de la Frontière dans la conquête de l’Ouest américain. Cependant le réalisateur met subtilement en relief les paradoxes de l’entreprise humaine. Les objectifs de Warm qui rallie petit à petit tout le monde à sa cause, les frères Sisters compris, ne se concrétiseront que s’ils sont financés. Au prix de leur santé, les quatre désormais compagnons vont extraire l’or des rivières au moyen d’un procédé chimique révolutionnaire, mais qui tue tout sur son passage. La vision des poissons flottant à la surface apparaît alors comme très actuelle dans l’histoire américaine.

 

Jake Gyllenhaal et Riz Ahmed - les freres Sisters

Jake Gyllenhaal et Riz Ahmed – les freres Sisters

 

Si le meurtre de Morris et Warm est la motivation première des frères Sisters, le film prend une direction inattendue mais séduisante lorsque les protagonistes sont finalement tous réunis. C’est alors un autre film qui commence ou la poursuite de celui-ci par l’amplification des éléments disséminés depuis le début, au travers notamment des doutes d’Eli quant à la poursuite de sa carrière criminelle. Audiard déclare avoir réalisé un western apaisé, qui appartiendrait à la troisième voie du genre, où la première voudrait reprendre fidèlement la mythologie western et la seconde une expression plus violente qui en détourne les codes à la manière d’un Tarantino. Si la nature permettait souvent dans le western classique au personnage désormais civilisé de revenir à son être primitif et instinctif, elle est chez Audiard matière à philosophie. Des réflexions ontologiques servies par un casting parfait que mènent des acteurs au jeu mature.

 

Lion d’Argent de la meilleure mise en scène à la 75e édition de la Mostra de Venise, Les Frères Sisters est un western qui semble ne pas avoir voulu en être un pour son auteur mais dont le genre ne peut rougir au vu de sa qualité et de la beauté de ses couleurs, signée Benoît Debie.

 

 

 

  • LES FRÈRES SISTERS (The Sisters brothers)
  • Sortie salles : 19 septembre 2018
  • Réalisation : Jacques Audiard
  • Avec : John C. Reilly, Joaquin Phoenix, Riz Ahmed, Jake Gyllenhaal, Rebecca Root, Carol Kane, Rutger Hauer, Allison Tolmann, Patrice Cossoneau, Zac Abbott
  • Scénario : Jacques Audiard, Thomas Bidegain d’après l’oeuvre de Patrick DeWitt
  • Production : Grégoire Sorlat, John C. Reilly, Cristian Mungiu, Megan Ellison, Michael De Luca
  • Photographie : Benoît Debie
  • Montage : Juliette Welfling
  • Décors : Angela Nahum
  • Costumes : Milena Canonero
  • Musique : Alexandre Desplat
  • Distribution : UGC Distribution
  • Durée : 2h

 

Commentaires

A la Une

Stephen Sondheim, compositeur d’images

Disparu le 26 novembre 2021, le compositeur et parolier Stephen Sondheim a su marquer de sa personnalité certaines des plus… Lire la suite >>

Le Dernier Duel : Ridley Scott rejette l’échec sur les millenials et leurs smartphones

Un peu plus d’un mois après la sortie du Dernier Duel, Ridley Scott explique l’insuccès de son drame historique par… Lire la suite >>

Ridley Scott donne des nouvelles des séries Alien et Blade Runner

Au micro de la BBC, Ridley Scott a confirmé la progression du développement des séries adaptées de ses films à… Lire la suite >>

Oppenheimer : Les enjeux du prochain film de Christopher Nolan

La pandémie, qui a stoppé le monde sur près de deux ans, a également provoqué le divorce entre Christopher Nolan… Lire la suite >>

Pam & Tommy : Première bande-annonce rock’n’roll

La surprenante minisérie d’Hulu sur la fuite d’une sextape entre Pamela Anderson et Tommy Lee, dévoile ses premières images avant… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LES BODIN'S EN THAILANDE 580 181 1 580 181
2 ALINE 301 206 2 896 417
3 LES ETERNELS 209 800 3 1 455 865
4 ON EST FAIT POUR S'ENTENDRE 158 922 1 158 922
5 AMANTS 136 003 1 136 003
6 MOURIR PEUT ATTENDRE 83 764 7 3 892 174
7 AFFAMES 75 483 1 75 483
8 MARATHON ONE PIECE 1000 LOGS 69 460 1 69 460
9 VENOM : LET THERE BE CARNAGE 63 113 5 1 586 933
10 ILLUSIONS PERDUES 60 444 5 752 693

Source: CBO Box office

Nos Podcasts