Livre / Federico Fellini. Le métier de cinéaste : critique

Publié par Jacques Demange le 18 octobre 2018

Résumé : Ce livre d’entretiens, les derniers accordés par Fellini, constitue une source inépuisable d’informations et offre une sorte de porte ouverte sur son atelier d’artiste. Avec une extrême précision et une grande liberté de ton, le cinéaste parle des conditions de tournage de ses films, de son inspiration, de son travail de directeur d’acteurs. Cet échange riche et intime s’accompagne de nombreuses photographies, d’affiches, d’esquisses et de dessins de Fellini.  Il ne s’agit donc pas ici du portrait d’un simple artiste, mais de celui d’une icône qui a imprégné la culture de l’après-guerre en Italie et qui a donné la couleur de ses fantasmes et de son imagination au cinéma mondial.

♥♥♥♥♥

 

Federico Fellini - Seuil

Federico Fellini – Le métier de cinéaste – Seuil

Le caractère inédit de ces entretiens réalisés par Rita Cirio, journaliste et essayiste, avec Federico Fellini entre 1992 et 1993, soit quelques mois seulement avant sa disparition, sont inédits à plus d’un titre. D’abord par le ton de confidence employé par le cinéaste, se livrant sans pudeur aucune à son interlocutrice, revenant sur l’ensemble de sa filmographie (de ses premiers travaux comme assistant et scénaristes à ses pièces maîtresses, en passant par ses clips publicitaires), puisant dans ses souvenirs de jeunesse de nombreuses clés d’entrée pour comprendre les singularités de son œuvre. Ensuite par la longueur de ses réponses, éclairant les spectres d’une mémoire auxquels les films fournissent la trace la plus sensible. Rita Cirio, de son côté, privilégie les questions courtes, ouvertes, tout en structurant ses entretiens en trois grandes parties chacune consacrée aux rapports de Fellini avec ses principaux collaborateurs de création (les acteurs, les producteurs, et les techniciens). Ce découpage permet au réalisateur de revenir sur les rencontres qui ont marqué sa carrière (Roberto Rossellini, Pier Paolo Pasolini, Marcello Mastroianni, Anna Magnani, Angelo Rizzoli…) ou sur celles qui lui laissèrent un souvenir plus ponctuel mais non moins saisissant (Walt Disney, Terence Stamp, Ibrahim Moussa, Donald Sutherland…). Au cours de ce dialogue fécond, Fellini imagine la réalisation d’un documentaire, évoque les aspirations du néoréalisme, les différences de tempérament qui le distinguaient de ses plus prestigieux contemporains (Pasolini donc, mais aussi Antonioni), rappelle ses méthodes de tournage entre le soin apporté à la sa direction d’acteurs et son approche déliée du script, se souvient du sentiment qui le saisissait lorsque, pénétrant dans les studios, il se rendait sur le plateau de tournage encore vide et ressentait alors tous les élans d’une création en devenir. Ces morceaux de vie que le cinéaste explore à nos côtés font tout le prix de cet ouvrage définitivement insolite. Il faut donc féliciter le travail de traduction du romancier et essayiste René de Ceccatty (qui prolonge ici son entreprise de redécouverte de la modernité italienne, après la traduction de nombreux écrits personnels et publiques de Pasolini, ou du Roman d’Angelo de Luchino Visconti), ainsi que la magnifique mise en page des éditions du Seuil. Photographies de plateau, images d’archives, photogrammes, et croquis du réalisateur sont présents tout au long de l’ouvrage. On notera encore la présence d’un entretien avec le compositeur Nicola Piovani (Ginger et Fred ; Intervista ; La voce della luna) qui revenant sur le tempérament artistique de Fellini, développe de nombreuses pistes de réflexion plus générales (et ô combien inintéressantes) concernant la musique de film. Bien qu’index des noms et des films manquent à l’appel (ce qui est franchement dommageable lorsque l’on fait face à un contenu aussi riche), René de Ceccatty a eu la bonne idée de proposer une liste de (courtes) biographies qui, de Aci-Film à Cesare Zavattini, permet d’en apprendre plus sur les personnalités, les institutions, et les organes de presse évoqués par le cinéaste.

 

 

 

  • FEDERICO FELLINI. LE MÉTIER DE CINÉASTE
  • Auteur : Rita Cirio
  • Traduction : René de Ceccaty
  • Éditions : Seuil
  • Date de parution : 20 septembre 2018
  • Format : 256 pages
  • Tarif : 39 €

Commentaires

A la Une

Ghostbusters Afterlife dévoile sa nouvelle génération de chasseurs dans un nouveau trailer

Après plusieurs reports, le troisième film de la franchise culte des années 1980 se dévoile dans une nouvelle bande-annonce. Prévu… Lire la suite >>

Le Dernier Duel : Adam Driver et Matt Damon s’affrontent jusqu’à la mort

La bande-annonce de la prochaine réalisation de Ridley Scott, Le Dernier Duel, avec Adam Driver et Matt Damon, a enfin… Lire la suite >>

Rifkin’s Festival : Une bande annonce pour le prochain Woody Allen

À 85 ans, le plus européen des réalisateurs américains continue malgré vents et marées à sortir ses films une fois… Lire la suite >>

No Man of God : Elijah Wood face à Ted Bundy dans la bande annonce

Ted Bundy n’en finit plus d’investir le cinéma. No Man of God, le nouveau film basé sur les enregistrements entre… Lire la suite >>

Mike Flanagan signe une nouvelle série pour Netflix

Le réalisateur de Docteur Sleep va de nouveau s’associer avec Netflix pour une adaptation en série des comics d’horreur Something… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 KAAMELOTT - PREMIER VOLET 1 015 247 1 1 015 247
2 FAST & FURIOUS 9 248 852 2 1 550 441
3 SPACE JAM - NOUVELLE ERE 182 763 1 182 763
4 BLACK WIDOW 129 821 3 1 479 510
5 LES CROODS 2 : UNE NOUVELLE ERE 120 040 3 908 886
6 OLD 105 841 1 105 841
7 DESIGNE COUPABLE 61 155 2 209 601
8 TITANE 57 184 2 145 707
9 AINBO, PRINCESSE D'AMAZONIE 56 993 2 166 315
10 CRUELLA 50 574 5 1 366 861

Source: CBO Box office

Nos Podcasts