Résumé : Dans toute son œuvre Fellini élabore un jeu de miroirs complexe à la fois pour comprendre comment se construit la réalité de l’homme et pour réfléchir sur le processus créatif, et il ne cesse de répéter que le cinéma est un art de la mémoire. Une mémoire personnelle, souvent mêlée à un sentiment nostalgique, où s’établit un rapport particulier entre souvenirs réels et souvenirs inventés et où est questionnée la problématique de la représentation de la réalité, réalité qui semble impossible à dire et qui doit être recréée par l’imaginaire. Une mémoire aussi qui raconte l’histoire de l’Italie, de l’être humain, du cinéma et qui critique la société moderne, où l’empreinte nostalgique devient de plus en plus forte et où la prise de conscience qu’il n’y a pas de retour possible se fait plus vive. La nostalgie prend alors une dimension plus universelle, où la question du temps devient primordiale et où le mouvement entre les différents temps passé, présent et futur accompagne et renforce le mouvement entre réalité et imaginaire. Cette étude tente d’analyser ces nostalgies et leurs représentations dans l’univers complexe du réalisateur.

♥♥♥♥

 

La Nostalgie chez Federico Fellini - couverture

La Nostalgie chez Federico Fellini – couverture

La campagne de La Strada (1954), la plage clôturant La Dolce vita (1960) ou encore l’embouteillage ouvrant Huit et demi (1963), autant d’images qui ont marqué la mémoire de nombreux spectateurs. Sans nul doute, le cinéma de Fellini a à voir avec le temps. Temps qui passe et qui revient, temps qui file et défile au gré d’un rythme inconstant. Voilà ce qui constitue le postulat de base du bel essai de Véronique Van Geluwe, passionnée de cinéma, traductrice-adaptatrice cinématographique et professeure d’italien. La nostalgie ou ce temps indécis, conditionné par la personnalité changeante de chacun. Celle de l’auteure se veut précise et méticuleuse. Pour chronologique qu’elle soit, son étude ne cède rien à la synchronie. L’écriture s’attarde sur tel ou tel film, étaye ses arguments d’éléments formels, d’indices singuliers et révélateurs. La question temporelle invite à s’attarder sur les œuvres mêmes, tant celle-ci dépend du médium qui les a fait naître. Second apport appréciable de l’ouvrage : offrir à la matière sonore une place de choix – qu’elle relève de la musique, de la voix ou du bruitage. Fait encore rare dans le cadre des études monographiques. On retient particulièrement l’excellente partie consacrée au baroque, à cet art de la boursouflure et de l’excès, porteur d’un temps qui déborde le présent pour tisser des liens entre passé et futur. L’auteure parvient ici à pointer les spécificités du cinéma fellinien, artiste de la caricature et de la poésie. Jankélévitch, Leibniz ou Deleuze convoquent certains arrêts sur images : le temps s’autonomise et permet d’ouvrir de nouvelles perspectives. Telle composition renvoie à une toile de Van Gogh, tandis qu’une autre sert le contexte socio-historique qui la sous-tend (objet de la dernière partie de l’ouvrage). Cependant, on regrette que La Strada et surtout Huit et demi n’occupent qu’une place mineure. Ce dernier aurait sans doute pu servir la thèse de l’essai ; la nostalgie n’est-elle pas ce temps (re)vu à travers le prisme d’une subjectivité ? Un temps pensé et défiguré ? Un temps tout simplement rêvé ? À méditer…

.

.

.

  • LA NOSTALGIE CHEZ FEDERICO FELLINI par Véronique Van Geluwe disponible aux Éditions LettMotif depuis le 23 mars 2016. Collection « Thèses/essais ».
  • 176 pages
  • Papier : 22 €
  • Numérique : 9,90 €

Commentaires

A la Une

Easy Rider : Une nouvelle version du film culte en préparation

Plus de cinquante ans après sa sortie, Easy Rider de Dennis Hopper avec Peter Fonda et Jack Nicholson pourrait avoir… Lire la suite >>

Copenhagen Cowboy : Un nouveau trailer coloré et énigmatique pour la série de Nicolas Winding Refn

La nouvelle série du réalisateur de Drive, à destination de Netflix, se dévoile un peu plus à travers une envoûtante… Lire la suite >>

Élémentaire : une première bande-annonce pour le prochain Pixar

La bande-annonce du prochain film d’animation des studios Disney-Pixar dévoile doucement mais sûrement son univers haut en couleurs.    … Lire la suite >>

Indiana Jones 5 : Le film dévoile ses personnages dans de nouvelles images

Après un premier cliché entre ombre et lumière, le prochain film de la saga Indiana Jones continue de se dévoiler,… Lire la suite >>

Bradley Cooper sera Frank Bullitt pour Steven Spielberg

Bradley Cooper succédera à Steve McQueen dans le rôle culte de Frank Bullitt, devant la caméra de Steven Spielberg.  … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BLACK PANTHER : WAKANDA FOREVER 392 564 3 2 810 290
2 SIMONE - LE VOYAGE DU SIECLE 201 751 7 2 024 616
3 COULEURS DE L'INCENDIE 129 914 3 620 671
4 LE MENU 124 279 1 124 279
5 RESTE UN PEU 113 050 2 265 745
6 LES MIENS 98 004 1 98 004
7 MASCARADE 77 221 5 798 310
8 LES FEMMES DU SQUARE 66 258 2 172 086
9 ARMAGEDDON TIME 60 612 3 309 249
10 NOVEMBRE 58 451 8 2 298 497

Source: CBO Box office

Nos Podcasts