Résumé : Dans toute son œuvre Fellini élabore un jeu de miroirs complexe à la fois pour comprendre comment se construit la réalité de l’homme et pour réfléchir sur le processus créatif, et il ne cesse de répéter que le cinéma est un art de la mémoire. Une mémoire personnelle, souvent mêlée à un sentiment nostalgique, où s’établit un rapport particulier entre souvenirs réels et souvenirs inventés et où est questionnée la problématique de la représentation de la réalité, réalité qui semble impossible à dire et qui doit être recréée par l’imaginaire. Une mémoire aussi qui raconte l’histoire de l’Italie, de l’être humain, du cinéma et qui critique la société moderne, où l’empreinte nostalgique devient de plus en plus forte et où la prise de conscience qu’il n’y a pas de retour possible se fait plus vive. La nostalgie prend alors une dimension plus universelle, où la question du temps devient primordiale et où le mouvement entre les différents temps passé, présent et futur accompagne et renforce le mouvement entre réalité et imaginaire. Cette étude tente d’analyser ces nostalgies et leurs représentations dans l’univers complexe du réalisateur.

♥♥♥♥

 

La Nostalgie chez Federico Fellini - couverture

La Nostalgie chez Federico Fellini – couverture

La campagne de La Strada (1954), la plage clôturant La Dolce vita (1960) ou encore l’embouteillage ouvrant Huit et demi (1963), autant d’images qui ont marqué la mémoire de nombreux spectateurs. Sans nul doute, le cinéma de Fellini a à voir avec le temps. Temps qui passe et qui revient, temps qui file et défile au gré d’un rythme inconstant. Voilà ce qui constitue le postulat de base du bel essai de Véronique Van Geluwe, passionnée de cinéma, traductrice-adaptatrice cinématographique et professeure d’italien. La nostalgie ou ce temps indécis, conditionné par la personnalité changeante de chacun. Celle de l’auteure se veut précise et méticuleuse. Pour chronologique qu’elle soit, son étude ne cède rien à la synchronie. L’écriture s’attarde sur tel ou tel film, étaye ses arguments d’éléments formels, d’indices singuliers et révélateurs. La question temporelle invite à s’attarder sur les œuvres mêmes, tant celle-ci dépend du médium qui les a fait naître. Second apport appréciable de l’ouvrage : offrir à la matière sonore une place de choix – qu’elle relève de la musique, de la voix ou du bruitage. Fait encore rare dans le cadre des études monographiques. On retient particulièrement l’excellente partie consacrée au baroque, à cet art de la boursouflure et de l’excès, porteur d’un temps qui déborde le présent pour tisser des liens entre passé et futur. L’auteure parvient ici à pointer les spécificités du cinéma fellinien, artiste de la caricature et de la poésie. Jankélévitch, Leibniz ou Deleuze convoquent certains arrêts sur images : le temps s’autonomise et permet d’ouvrir de nouvelles perspectives. Telle composition renvoie à une toile de Van Gogh, tandis qu’une autre sert le contexte socio-historique qui la sous-tend (objet de la dernière partie de l’ouvrage). Cependant, on regrette que La Strada et surtout Huit et demi n’occupent qu’une place mineure. Ce dernier aurait sans doute pu servir la thèse de l’essai ; la nostalgie n’est-elle pas ce temps (re)vu à travers le prisme d’une subjectivité ? Un temps pensé et défiguré ? Un temps tout simplement rêvé ? À méditer…

.

.

.

  • LA NOSTALGIE CHEZ FEDERICO FELLINI par Véronique Van Geluwe disponible aux Éditions LettMotif depuis le 23 mars 2016. Collection « Thèses/essais ».
  • 176 pages
  • Papier : 22 €
  • Numérique : 9,90 €

Commentaires

A la Une

César 2024 : Anatomie d’une Chute rafle la mise avec six récompenses

L’Olympia accueillait la 49e Cérémonie des César ce vendredi 23 février. Si les récompenses n’ont pas créé de grandes surprises,… Lire la suite >>

Micheline Presle, star de Falbalas et du Diable au Corps, s’éteint à 101 ans

La doyenne du cinéma français, qui a partagé l’affiche avec les plus grands de l’époque comme Paul Newman et Erroll Flynn, nous a quittés ce 21 février.

Jurassic World 4 : Gareth Edwards en pourparlers pour réaliser le prochain volet

Après le départ de David Leitch, c’est Gareth Edwards, réalisateur de Rogue One, qui serait envisagé par Universal pour reprendre les rênes de l’univers Jurassic Park.

American Nails : Abel Ferrara prépare un film de gangsters moderne avec Asia Argento et Willem Dafoe

Abel Ferrara, réalisateur de Bad Lieutenant et de The King of New York prépare une histoire de gangsters moderne située en Italie, avec Asia Argento et Willem Defoe dans les rôles principaux.

Christopher Nolan aimerait réaliser un film d’horreur

À l’occasion d’un entretien avec la British Film Institute de Londres, Christopher Nolan, réalisateur d’Oppenheimer, de la trilogie The Dark Knight…

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BOB MARLEY : ONE LOVE 772 865 1 772 865
2 MAISON DE RETRAITE 2 526 067 1 526 067
3 COCORICO 383 132 2 967 838
4 CHIEN & CHAT 314 952 1 314 952
5 MADAME WEB 207 894 1 207 894
6 LE DERNIER JAGUAR 177 731 2 400 111
7 LA ZONE D'INTERET 130 142 3 535 450
8 DAAAAAALI ! 116 376 2 325 922
9 TOUT SAUF TOI 112 338 4 451 874
10 SANS JAMAIS NOUS CONNAITRE 74 540 1 74 540

Source: CBO Box office

Nos Podcasts