Ressortie / Dark Crystal de Jim Henson et Frank Oz : critique

Publié par Philippe Descottes le 8 janvier 2019

Synopsis : Un autre monde, un autre temps, à l’âge des miracles… Jen et Kira, seuls survivants de l‘espèce des Gelfings, partent à la recherche d’un éclat de cristal gigantesque, qui donne force et puissance aux Mystiques, un peuple sage et pacifique. Ils doivent affronter les terribles et cruels Skeksès qui tiennent ces derniers en esclavage.

♥♥♥♥

 

Dark Crystal - affiche ressortie

Dark Crystal – affiche ressortie

35 ans et pas une ride ! Peut-être pas pour un public habitué aux images numériques et aux effets spéciaux qui va découvrir Dark Crystal… Pourtant, trente cinq ans après sa sortie, le film n’a rien perdu de sa magie, de son mystère et de son charme. Il reste un film à part aujourd’hui encore. À l’occasion de sa sortie aux États-Unis, en décembre 1982, Jim Henson annonçait déjà la couleur : « Le film n’est pas gavé d’effets spéciaux, c’est un effet spécial ». Conçu et réalisé par Jim Henson et Frank Oz, déjà créateurs du Muppet Show à la télévision, l’idée d’un long métrage d’animation fantastique a germé dans l’esprit de Jim Henson en 1976 après avoir vu des dessins de Brian Froud, illustrateur entre autres de plusieurs livres pour enfants, passionné par les univers féeriques et par les traditions magiques de l’histoire grecque, celtique et allemande du XVe siècle. Le projet est lancé en 1978 et le tournage débutera en avril 1981 pour une durée de 26 semaines. Quelques mois avant sa sortie nord-américaine, un autre film d’animation, Tron, considéré comme le premier long métrage dont la conception a été assistée par ordinateur, annonçait la révolution technologique à venir. Pour Dark Crystal, Henson et Oz sont demeurés fidèles à leur savoir-faire en utilisant des marionnettes électroniques, portées (le corps du marionnettiste se trouve dans le corps de la marionnette fixée sur sa tête ou sur son dos) ou animatroniques dont les plus élaborées sont commandées par des servomoteurs et une télécommande. Tourné presque intégralement en studio, en dehors du lugubre château des Skeksès, une maquette, Dark Crystal fait figure de film marginal et artisanal dans sa réalisation, cela malgré un budget important pour l’époque estimé à 15 millions de dollars. Il n’en demeure pas moins fascinant.

 

Dark Crystal

Dark Crystal

 

Le fruit de l’imagination débordante voire délirante du tandem Henson/Oz, associé au travail de Brian Froud, impliqué dans le projet, et du directeur de la photographie Oswald Morris, font qu’on ne peut être qu’ébloui par la richesse de l’univers visuel qui défile sous nos yeux. Un univers avec un sens du détail poussé « à l’extrême » qui s’applique non seulement aux personnages principaux (Skeksès, Mystiques, Gelflings), particulièrement expressifs, qui semblent bien réels et vivants, et aux incroyables créatures d’un bestiaire imaginaire (Fizzgig, Garthim, Landstriders, Podlings), mais aussi aux décors, avec une mention spéciale décernée au planétarium de « l’horrible » Aughra. Original dans sa conception, le film l’est aussi par son scénario et l’un des messages qu’il délivre. Si l’histoire commence de façon plutôt manichéenne avec l’opposition Skeksès/Mystiques, elle évolue lentement au cours de son déroulement.

 

Une orientation qui peut dérouter un trop jeune public au même titre que l’ambiance souvent sombre qui imprègne Dark Crystal et soulignée par la partition du compositeur Trevor Jones. Une volonté assumée par Jim Henson comme l’a déclaré Frank Oz bien plus tard : « Ce que Jim voulait faire, et c’était totalement sa vision, était de revenir à l’obscurité des contes de fées originaux de Grimm. Il pensait que c’était bien de faire peur aux enfants. Il ne pensait pas que c’était sain pour les enfants de toujours se sentir en sécurité. ». Film d’animation atypique dès l’origine, pour jeune et grand publics (il a obtenu le Grand Prix à Avoriaz en 1983), Dark Crystal mérite d’être (re)découvert.

 

 

 

  • DARK CRYSTAL
  • Version restaurée 4K
  • Ressortie salles : 9 janvier 2019
  • Réalisation : Jim Henson, Frank Oz
  • Avec : Jim Henson, Frank Oz, Brian Muehl, Steve Whitmire 
  • Avec les voix américaines : Jim Henson, Frank Oz, Stephen Garlick, Lisa Maxwell, Billie Withelaw, Brian Muehl, Jerry Nelson, Steve Whitmire
  • Avec les voix françaises : Vincent Ropion, Dorothée Jemma, Lita Recio, René Bériard, Georges Atlas, Teddy Bilis   
  • Scénario : David Odell d’après l’histoire de Jim Henson
  • Production :  Jim Henson, Gary Kurtz et David Lazer
  • Conception :  Brian Froud, Wendy Midener 
  • Photographie : Oswald Morris
  • Costumes : Val Johnston, Leisja Limmer
  • Montage : Ralph Kemplen
  • Musique :  Trevor Jones 
  • Distribution : Mary-X Distribution
  • Durée : 1h35
  • Date de sortie initiale : France (États-Unis et Royaume-Uni (

 

 

 

Commentaires

A la Une

Mort de George Floyd : le discours poignant de l’acteur John Boyega

L’interprète de Finn, héros de la saga Star Wars, s’est fait le porte-voix de l’indignation face à l’impunité des meurtres… Lire la suite >>

Ari Aster travaille sur une comédie cauchemardesque de 4 heures

Le réalisateur d’Hérédité et de Midsommar n’en a pas fini de traumatiser des rétines et se lance dans un nouveau… Lire la suite >>

Lovecraft Country : second trailer pour la série coproduite par J.J Abrams et Jordan Peele

La série de huit épisodes de Lovecraft Country, qui donne vie aux créatures lovecraftiennes dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950,… Lire la suite >>

Léa Seydoux dans Le bal des folles d’Arnaud des Pallières

Prochainement à l’affiche des très attendus The French Dispatch et Mourir peut attendre, Léa Seydoux décroche le rôle principal du… Lire la suite >>

Cannes 2020 : The French Dispatch, Soul parmi les 56 films sélectionnés

Pierre Lescure et Thierry Frémaux ont dévoilé ce mercredi 3 juin les 56 longs-métrages sélectionnés pour être présentés dans différents… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts