Livre / Nosferatu contre Dracula : critique

Publié par Jacques Demange le 16 février 2019

Résumé : Lorsqu’en 1922, le réalisateur allemand E W. Murnau réalise une des toutes premières adaptations cinématographiques de Dracula, le roman de Bram Stoker, il rebaptise le vampire en Nosferatu. Chef-d’oeuvre du cinéma muet expressionniste, son film reste à ce jour une des réussites les plus envoûtantes du cinéma fantastique. Depuis lors, de nombreux films ont poursuivi l’éloge du célèbre vampire, abandonnant le plus souvent la sombre mélancolie de Murnau pour donner libre cours à une imagination délirante mêlant calèches au galop dans la nuit, château médiéval, chauve-souris inquiétantes, jeunes femmes hurlant de terreur, effets de cape et rivières de sang. Cependant, de Nosferatu aux innombrables Draculas, il n’y a pas qu’un jeu de patronymes. Il importe dès lors de reprendre le dossier à sa source pour tenter de répondre à cette question essentielle : d’où viennent les vampires ?

♥♥♥♥♥

 

Nosferatu contre Dracula - livre

Nosferatu contre Dracula – livre

Vampire et cinéma, l’union est, on le sait, consommée depuis les origines. La première gageur de ce formidable essai signé Olivier Smolders, écrivain et cinéaste (Mort à Vignole ; Nuit noire ; L’Accord du pluriel ; Axoloti…) est de parvenir à synthétiser en quelques 128 pages ce rapport fécond et conflictuel. Nosferatu versus Dracula pour un ouvrage qui se développe en deux temps. Littérature d’abord, cinéma ensuite à travers l’étude de quelques cas particuliers (le Nosferatu de Murnau bien sûr, mais aussi Vampyr de Dreyer, le cycle vampirique de la Universal, et celui de la Hammer). À la première correspond une vaste exploration historique et stylistique qui part des légendes du Moyen-Âge pour aboutir à l’incontournable roman de Bram Stocker. Le second apparaît quant à lui comme un prolongement des postulats et des arguments préalablement établis, mais avec une attention particulière sur leurs métamorphoses cinématographiques. Étude des motifs (l’ombre, le sang, la photographie), des figures phares (le vampire, bien évidemment, mais aussi ses victimes) et connexes (le bestiaire, l’habitat vampirique, le mort-vivant, ou les nouveaux monstres du cinéma américain des années 70) donne lieu à un jeu métaphorique faisant de l’aristocrate sanguinaire et sanguinolent un avatar du dispositif cinématographique. Nosferatu/Dracula, créature dont la condition d’être appartient à l’obscurité (de la nuit, de la salle) et dont la lumière du jour prévient la disparition (à l’instar des images projetées sur un écran). La mise en abyme est belle et particulièrement féconde. Dans ce que Smolders appelle en introduction un « palimpseste d’images et de textes », le lecteur emprunte à ses côtés une série de chemins propre à un parcours labyrinthique qui permet de (re)découvrir les blasons d’un imaginaire morbide et ô combien fantasmatique. Si peu avant sa conclusion, l’auteur revient sur les hybridations dont ont fait les frais les récits vampiriques au cinéma (La Légende des 7 vampires d’or et autres Superman et les femmes vampires) ainsi que sur l’anoblissement cinéphile de la figure du Comte (le Dracula de Coppola), on ne peut que souhaiter que Smolders prolongera encore un peu ses pistes de réflexions à partir d’un corpus élargi.

 

 

 

  • NOSFERATU CONTRE DRACULA
  • Auteur : Olivier Smolders
  • Editons : Les Impressions nouvelles
  • Collection : La fabrique des héros 
  • Date de parution : 7 février 2019 
  • Format : 128 pages
  • Tarif : 12 € (print) – 7,99 € (numérique)

Commentaires

A la Une

Micheline Presle, star de Falbalas et du Diable au Corps, s’éteint à 101 ans

La doyenne du cinéma français, qui a partagé l’affiche avec les plus grands de l’époque comme Paul Newman et Erroll Flynn, nous a quittés ce 21 février.

Jurassic World 4 : Gareth Edwards en pourparlers pour réaliser le prochain volet

Après le départ de David Leitch, c’est Gareth Edwards, réalisateur de Rogue One, qui serait envisagé par Universal pour reprendre les rênes de l’univers Jurassic Park.

American Nails : Abel Ferrara prépare un film de gangsters moderne avec Asia Argento et Willem Dafoe

Abel Ferrara, réalisateur de Bad Lieutenant et de The King of New York prépare une histoire de gangsters moderne située en Italie, avec Asia Argento et Willem Defoe dans les rôles principaux.

Christopher Nolan aimerait réaliser un film d’horreur

À l’occasion d’un entretien avec la British Film Institute de Londres, Christopher Nolan, réalisateur d’Oppenheimer, de la trilogie The Dark Knight…

Les 4 Fantastiques : le casting dévoilé et une date de sortie annoncée

Pedro Pascal, Vanessa Kirby, Joseph Quinn et Ebon Moss-Bachrach composeront la nouvelle équipe de super-héros de ce nouvel opus des 4 Fantastiques dans le MCU. 

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BOB MARLEY : ONE LOVE 772 865 1 772 865
2 MAISON DE RETRAITE 2 526 067 1 526 067
3 COCORICO 383 132 2 967 838
4 CHIEN & CHAT 314 952 1 314 952
5 MADAME WEB 207 894 1 207 894
6 LE DERNIER JAGUAR 177 731 2 400 111
7 LA ZONE D'INTERET 130 142 3 535 450
8 DAAAAAALI ! 116 376 2 325 922
9 TOUT SAUF TOI 112 338 4 451 874
10 SANS JAMAIS NOUS CONNAITRE 74 540 1 74 540

Source: CBO Box office

Nos Podcasts