Cinélatino 2019 / Matar a Jesus de Laura Mora : critique

Publié par Erica Farges le 26 mars 2019

Synopsis : Paula était présente lors de l’assassinat de son père, professeur à l’université de Medellín. Alors que l’enquête officielle est déjà classée, Paula fait la connaissance de l’assassin, Jesús. La relation qui se noue entre eux, malgré le désir de vengeance de Paula, va ébranler les certitudes de cette dernière. Inspiré par une tragédie autobiographique de la réalisatrice.

♥♥♥♥

 

Matar a Jesus - affiche

Matar a Jesus – affiche

Le second long-métrage de Laura Mora, réalisatrice medellinense, s’inspire d’un événement traumatisant qu’elle a vécu il y a plusieurs années. En 2002, le père de la cinéaste est assassiné par un sicario, ces tueurs à gages qui brutalisent la population colombienne. Comme la protagoniste (Natasha Jaramillo), elle assiste impuissante à cet acte barbare. Le meurtre injuste, soudain et violent d’un parent, auquel s’ajoute l’inefficacité du système judiciaire, déclenche une transformation psychique radicale chez l’héroïne, alter ego fictif de Laura. Lita dont les seules préoccupations jusqu’à-là étaient les cours, les amis et la photographie, se lance dans une quête de vengeance sous le prénom de Paula qui la fait quitter le confort d’une classe moyenne pour s’aventurer dans les quartiers pauvres de Medellín où règne la loi du plus fort sur une population précaire. Bien que de prime abord ce thriller dramatique semble brosser une peinture sur la violence découlant des inégalités sociales, il évoque surtout le rapport à la vengeance, au trauma, à la foi religieuse et aux limites de l’empathie. Ainsi, Matar a Jesús apparaît comme une tentative d’achever un deuil à travers la fiction cinématographique. Par ce biais, la réalisatrice imagine sa réaction si elle avait été confrontée à l’assassin afin de la mettre en scène. Privilégiant un style néoréaliste à la Víctor Gaviria, réalisateur colombien reconnu pour ses œuvres reflétant de manière perspicace la réalité de son pays, l’action se déroule dans des décors réels et le scénario se base beaucoup sur un jeu d’improvisation par des acteurs non-professionnels, repérés dans les rues de la ville natale de la cinéaste. La réappropriation d’une expérience personnelle épouvantable par une approche réaliste évite un pathos et un sensationnalisme excessifs. Œuvre cinématographique authentique qui dégage une intensité et une tension crescendo, tant dans l’évolution des personnages que dans l’image exacerbée par la frénésie de la photographie de James L. Brown (Nerve), Matar a Jesús chamboule les spectateurs en même temps que l’héroïne se métamorphose pour aboutir à une scène finale dont la force ne laisse pas indifférent.

 

 

 

  • MATAR A JESÚS
  • Sortie salles : 8 mai 2019
  • Réalisation : Laura Mora
  • Avec : Juan Pablo Trujillo, Natasha Jaramillo, Giovanny Rodríguez, Camilo Escobar, Carmenza Cossio, José David Medina, Juan Camilo Cárdenas
  • Scénario : Laura Mora et Alonso Torres
  • Production : Diego Ramírez, Ignacio Rey, Maja Zimmermann
  • Photographie : James L. Brown
  • Montage : Leandro Aste
  • Costumes : Ana María Acosta
  • Musique : Sebastian Escofett
  • Distribution : Bobines Films
  • Durée : 1h40

 

Commentaires

A la Une

Premier teaser pour Bad Education avec Hugh Jackman

Dans cette production HBO inspirée d’un article de presse, Hugh Jackman incarne Franck Tassone, un influent directeur d’école dont les… Lire la suite >>

Killers of The Flower Moon : la production du film de Martin Scorsese avec DiCaprio et De Niro en difficulté ?

Des bruits de couloir laissent entendre que le budget croissant du western de Martin Scorsese avec Leonardo DiCaprio et Robert… Lire la suite >>

Friends : les retrouvailles des acteurs prévues en mai sur HBO Max

Un épisode spécial de Friends, rassemblant Phoebe, Joey, Chandler, Monica, Rachel et Ross, sera disponible sur HBO Max en mai… Lire la suite >>

Julia Roberts, Armie Hammer et Sean Penn dans une série sur le Watergate

Sam Esmail, showrunner de Mr Robot, et son collaborateur, Robbie Pickering, vont prendre les commandes de Gaslit, une série sur… Lire la suite >>

Donald Trump raille la victoire de Parasite aux Oscars, les distributeurs lui répondent avec humour

En moquant le triomphe de Bong Joon-ho aux Oscars, le président des États-Unis a suscité l’affliction, mais aussi permis aux… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 SONIC LE FILM 771 015 1 771 015
2 LE PRINCE OUBLIE 457 031 1 457 031
3 DUCOBU 3 385 170 2 784 369
4 LE VOYAGE DU DR DOLITTLE 348 802 2 764 982
5 BIRDS OF PREY (ET LA FANTABULEUSE HISTOIRE DE HARLEY QUINN) 303 575 2 715 753
6 1917 235 158 5 1 959 090
7 NIGHTMARE ISLAND 206 429 1 206 429
8 BAD BOYS FOR LIFE 205 148 4 1 505 345
9 THE GENTLEMEN 185 527 2 423 567
10 LA FILLE AU BRACELET 144 499 1 144 499

Source: CBO Box office

Nos Podcasts