Cinélatino 2019 / Yuli d’Iciar Bollain : critique

Publié par Erica Farges le 24 mars 2019

Synopsis : Le destin de Carlos Acosta, danseur étoile des rues de Cuba au Royal Baller de Londres.

♥♥♥♥

 

Yuli - affiche

Yuli – affiche

Adapté du livre autobiographique No way home de Carlos Acosta, danseur cubain de renommée internationale, Yuli a eu un retentissement phénoménal lors de sa sortie à Cuba, la première projection ayant fait salle comble au Théâtre Karl Marx de La Havane. Si son intrigue fait immédiatement penser à un Billy Elliot des Caraïbes, ce long-métrage, qui a pour titre le surnom attribué au protagoniste par ses proches, dégage une essence propre malgré son classicisme apparent. En plus d’une photographie magnifique élaborée par Alex Catalán (La isla mínima, Même la pluie, Groupe d’élite), la réalisatrice Icíar Bollaín fait appel à son compagnon Paul Laverty, scénariste attiré de Ken Loach, pour le scénario. Le récit dont la structure part d’éléments du présent, surtout de la danse, afin d’évoquer le passé et de provoquer des flashbacks, a remporté le Prix du meilleur scénario au dernier Festival de San Sebastian. Ainsi, l’histoire se divise en trois temporalités qui s’enchevêtrent, chacune marquée par la présence d’un acteur principal différent. Pour le présent, c’est Carlos Acosta lui-même que l’on voit à l’écran, tandis que son enfance est incarnée par Edilson Manuel Olvera, et son adolescence par Kevyin Martínez. On note aussi la force émotionnelle particulière qui émane des séquences de danse chorégraphiées par Maria Rovira et performées par des danseurs professionnels. Yuli explore profondément la contradiction avec laquelle vit Acosta depuis l’enfance. La famille, surtout la figure du père (Santiago Alfonso), occupe une place primordiale pour le danseur tiraillé entre son art et ses origines. Il s’agit sans doute de l’œuvre la plus accessible de la cinéaste dont la filmographie est principalement composée de réalisations à forte connotation sociale et au ton plus grave. Biopic lumineux et optimiste, porté par une passion déchirante, il retrace somptueusement le parcours hors du commun de cet enfant au talent grandiose, des rues cubaines aux plus grandes compagnies de ballet du monde.

 

 

 

  • YULI
  • Sortie salles : 17 juillet 2019
  • Réalisation : Icíar Bollaín
  • Avec : Carlos Acosta, Santiago Alfonso, Kevyin Martínez, Edilson Manuel Olvera, Laura de la Uz, Yerlín Pérez, Mario Sergio Elias, Andrea Doimeadios, Cesar Domínguez, Yailene Sierra
  • Scénario : Paul Laverty
  • Production : Juan Gordon, Andrea Calderwood, Michael Weber, Claudia Calviño, Viola Fügen, Pau Calpe
  • Photographie : Alex Catalán
  • Chorégraphies : Maria Rovira
  • Montage : Nacho Ruiz Capillas
  • Décors : Laia Colet
  • Costumes : Celia Ledón
  • Musique : Alberto Iglesias
  • Distribution : ARP Sélection
  • Durée : 1h50

 

Commentaires

A la Une

La suite de Ready Player One va sortir en roman dans les prochains mois

Intitulée Ready Player Two, la suite du roman Player One paraîtra le 24 novembre prochain aux États-Unis.      … Lire la suite >>

The Hand of God : Paolo Sorrentino retourne à Naples pour son prochain film pour Netflix

Probablement dédié à l’illustre footballeur Diego Maradona, The Hand of God marque le retour du réalisateur dans sa ville natale… Lire la suite >>

I’m Thinking of Ending Things : l’intriguant thriller écrit par Charlie Kaufman pour Netflix

Le scénariste adepte des histoires sinueuses a écrit et réalisé l’adaptation du roman horrifique I’m Thinking of Ending Things de… Lire la suite >>

Un jour sans fin pourrait être décliné en série

Le fameux Jour de la marmotte maintes fois vécu par Bill Murray pourrait revenir sur le petit écran, dans une… Lire la suite >>

Yes, God, Yes : Natalia Dyer se laisse aller à la tentation dans un trailer divinement drôle

La star de Stranger Things poursuit ses débuts au cinéma dans un premier rôle hilarant, celui d’une lycéenne catholique confrontée… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 126 691 17 507 224
2 LES PARFUMS 121 018 1 121 018
3 EN AVANT 86 495 18 769 385
4 DE GAULLE 75 074 18 791 823
5 L'OMBRE DE STALINE 55 652 3 140 532
6 INVISIBLE MAN 43 454 19 715 734
7 THE DEMON INSIDE 32 818 3 83 050
8 L'APPEL DE LA FORET 25 662 20 1 229 062
9 NOUS, LES CHIENS... 24 040 3 46 153
10 10 JOURS SANS MAMAN 22 575 20 1 151 800

Source: CBO Box office

Nos Podcasts