Le Jeune Ahmed de Luc et Jean-Pierre Dardenne : critique

Publié par Erica Farges le 23 mai 2019

Synopsis : En Belgique, aujourd’hui, le destin du Jeune Ahmed, 13 ans, pris entre les idéaux de pureté de son imam et les appels de la vie.

♥♥♥♥♥

 

Le Jeune Ahmed - affiche

Le Jeune Ahmed – affiche

Récompensés à deux reprises par la Palme d’Or avec Rosetta (1999) et L’Enfant (2005), les frères Dardenne sont en course pour être les premiers cinéastes de l’histoire du Festival de Cannes à remporter trois fois ce prix. Le duo belge, qui met souvent en scène des personnages juvéniles se retrouvant malgré eux dans des situations périlleuses, porte cette fois à l’écran un sujet brûlant d’actualité ayant déjà inspiré plusieurs réalisateurs francophones ces dernières années. Centré sur un pré-adolescent, les deux frères abordent la radicalisation islamique avec le réalisme impartial caractéristique de leur réalisation. Dotée d’une subtilité parfaitement maîtrisée, la caméra, à la fois proche et discrète, suit Ahmed (Idir Ben Addi) sans jamais porter de jugement sur ce qu’il traverse. Buvant les paroles de l’Imam du quartier, il se laisse convaincre que sa professeure (Myriem Akheddiou) est une traîtresse qui doit être éliminée car elle sort avec un juif et décide de passer à l’acte afin de purifier le monde. Sans glorifier ou condamner, les Dardenne font d’ailleurs le choix de ne pas montrer l’étape de l’arrestation et du procès passant directement à la détention en centre fermé pour mineurs. Les spectateurs peuvent à peine entrevoir un jeune garçon en recherche de nouveaux repères qui s’engouffre avec naïveté dans une interprétation littérale de la foi religieuse. Ici, l’adhésion à cette radicalité se fait dans l’arrière-boutique d’un petit commerce, loin des camps d’entraînement djihadistes ou des lieux de culte, pour aboutir à la tentative d’assassinat d’un proche et non à un attentat tuant plusieurs personnes au hasard.

 

Le Jeune Ahmed

Le Jeune Ahmed

 

La pratique radicale d’une religion n’est pas généralisée à une communauté entière. Ahmed y est montré comme un cas particulier parmi ses proches. Pourtant, cette finesse d’écriture que l’on constate de prime abord finit parfois par s’estomper. Certains constats paraissent trop brefs ou trop forcés avec des moments-clés qui semblent manquer. L’approche habituelle des frères, visant à saisir un personnage à un instant précis, sans se préoccuper de ce qu’il a vécu pour en arriver là, fonctionne cette fois moins bien. Le récit aurait pu se pencher davantage sur l’évolution d’Ahmed au lieu de nous présenter directement un garçon dont la mère (Claire Bodson) est préoccupée en constatant que son fils, qu’elle voyait encore un mois auparavant passer son temps à jouer à la console, a enlevé tous les posters de sa chambre et se tourne vers le fanatisme religieux.

 

Malgré ce scénario inégal, Le Jeune Ahmed pousse à l’interrogation, en grande partie grâce à sa mise en scène sobre qui s’affranchit de toute amalgame ou exagération, montrant l’impact de la radicalisation du jeune protagoniste uniquement sur son entourage. Troublante et brute, la nouvelle réalisation des frères Dardenne renoue avec la simplicité de leurs premiers longs-métrages, révélant âprement l’impuissance de l’entourage et des institutions à déradicaliser les jeunes, enfermés dans des croyances inflexibles.

 

 

   

  • LE JEUNE AHMED
  • Sortie salles : 22 mai 2019
  • Réalisation : Luc Dardenne et Jean-Pierre Dardenne
  • Avec : Idir Ben Addi, Olivier Bonnaud, Myriem Akheddiou, Victoria Bluck, Claire Bodson, Othmane Moumen
  • Scénario : Luc Dardenne et Jean-Pierre Dardenne
  • Production : Luc Dardenne, Jean-Pierre Dardenne, Denis Freyd
  • Photographie : Benoît Dervaux
  • Montage : Marie-Hélène Dozo et Tristan Meunier
  • Décors : Igor Gabriel
  • Costumes : Maïra Ramedhan-Levi
  • Distribution : Diaphana
  • Durée : 1h24

 

Commentaires

A la Une

Cannes 2024 : La sélection officielle dévoilée

La sélection officielle de cette 77e édition du Festival de Cannes promet d’être intéressante. Un nouveau film de Yórgos Lánthimos avec Emma Stone, le retour de la saga Mad Max, un projet de Francis Ford Coppola vieux de presque 40 ans, et bien d’autres surprises…

Cannes 2024 : Megalopolis de Francis Ford Coppola présenté sur la Croisette

Le réalisateur de 85 ans signe son retour avec son film autofinancé Megalopolis, qui sera présenté en compétition à la 77e édition du Festival de Cannes. 

George Lucas recevra une Palme d’Or d’honneur lors du 77e Festival de Cannes

Dans une galaxie pas si lointaine, à Cannes, lors de la Cérémonie de clôture du 77e festival, George Lucas, célèbre scénariste, réalisateur et producteur de la saga Star Wars, recevra une Palme d’Or d’honneur.

Dune 3 et Nuclear War : les prochains projets de Denis Villeneuve

La collaboration entre Denis Villeneuve et Legendary ne semble pas prête de s’arrêter. Après le succès du second volet des aventures de Paul Atréides, les prochains projets du réalisateur pour le studio…

Un Matrix 5 en préparation chez Warner Bros avec Drew Goddard à la réalisation

Le studio lance le développement d’une suite de la saga Matrix qui marque un tournant pour la franchise car il ne sera pas réalisé par les Wachowski.

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 GODZILLA X KONG : LE NOUVEL EMPIRE 442 704 1 442 704
2 KUNG FU PANDA 4 334 599 2 1 160 497
3 DUCOBU PASSE AU VERT ! 231 183 1 231 183
4 ET PLUS SI AFFINITES 149 749 1 149 749
5 DUNE DEUXIEME PARTIE 143 811 6 3 864 690
6 PAS DE VAGUES 94 548 2 265 365
7 IL RESTE ENCORE DEMAIN 87 633 4 465 632
8 LA PROMESSE VERTE 74 908 2 251 189
9 SIDONIE AU JAPON 53 732 1 53 732
10 LE JEU DE LA REINE 49 130 2 156 002

Source: CBO Box office

Nos Podcasts