Livre / Géographie zombie, les ruines du capitalisme : critique

Publié par Jacques Demange le 13 mai 2019

Résumé : Depuis la déflagration La Nuit des morts-vivants en 1968, les zombies ont colonisé nos imaginaires et le box-office. On a beaucoup écrit sur ces créatures trahissant les pires angoisses des sociétés post-industrielles, un peu moins sur les personnages leur faisant face. Or les films de zombies mettent en scène des monstres, mais aussi des individus lambda contraints de réinventer, individuellement et collectivement, leur rapport au monde. De Zombie à World War Z, en passant par The Walking Dead et 28 jours plus tard, les personnages confrontés à la crise zombie perdent pied dans un monde en ruines, instable, liquide. Face à cette incertitude chronique, ils développent des stratégies diverses pour survivre et, si possible, redonner du sens à leur environnement et « refaire monde ». Géographie zombie, les ruines du capitalisme explore via le cinéma les défis géographiques et politiques que doivent relever nos sociétés, de notre rapport à l’Autre à la manière dont nous concevons nos lieux d’habitation.

♥♥♥♥

 

Geographie zombie les ruines du capitalisme

Géographie zombie les ruines du capitalisme

Depuis quinze ans, les études sur le zombie au cinéma se multiplient, accompagnant la forte popularité de ses productions cinématographiques et contribuant à son intronisation au rang de nouvelle icône de la culture populaire (à l’exception du vampire, son actuelle notoriété ne semble avoir d’équivalent au sein du folklore fantastique). Difficile donc de se démarquer au sein d’un corpus éditorial aussi riche et il faut d’emblée signaler sur ce point la qualité du présent ouvrage. En choisissant d’aborder la figure du mort-vivant par le biais de la géographie, Manouk Borzakian, géographe et fondateur du blog Géographie et cinéma, ne cherche rien de moins qu’étudier « le rapport des sociétés occidentales à leur environnement et (…) l’évolution de ce rapport depuis une cinquantaine d’années ». Le zombie apparaît alors comme un motif réflexif et fantasmatique renvoyant aux problématiques bien réelles de la sphère géopolitique. En résulte deux approches complémentaires mais tenant d’un intérêt inégal. Cherchant dans un premier temps à définir une anthropologie-zombie à la lumière de critères sociaux et politiques, Borzakian propose un travail qui relève plus de la redite que de la réelle exploration. Les arguments développés sont souvent pertinents mais n’apportent pas d’éléments totalement nouveaux par rapport aux recherches précédentes (notamment celles consignées dans le collectif Politique des zombies dirigé par Jean-Baptiste Thoret publié chez Ellipses en 2007 et qui se présente comme la véritable synthèse sur la question de l’altérité zombiesque). C’est lorsque l’auteur choisit de déporter sa problématique vers la figure du survivant que ses propos deviennent réellement consistants. Car c’est bien à partir de l’humain que se configure la perception d’un nouveau territoire à l’intérieur duquel il faudra apprendre à vivre autrement. À partir d’un large corpus d’exemples (des films aux séries tv) l’étude propose une analyse très complète des topographies post-apocalyptiques. Architectures, motif de la ruine, lieux clôturés, urbanisme marqué par la nostalgie de ses anciens habitants constituent les lieux clés d’une réflexion féconde et savamment référencée. La qualité de l’ensemble pousse à prolonger la problématique de l’auteur à l’intérieur d’une plus vaste cinématographie. Car au-delà du seul film de zombies, les réflexions déployées ici peuvent inclure l’ensemble des productions mettant en scène des espaces colonisés par un imaginaire de la dévastation. Cette ultime remarque souligne l’ouverture théorique d’un ouvrage dont la perspective principale assure la singularité au sein du champ éditorial des mort-vivants cinématographiques (et télévisuels). Si une filmographie sélective proposée en fin d’ouvrage permet de cartographier sous une forme synthétique l’argumentation de l’auteur, on regrettera l’absence de bibliographie.

 

 

 

  • GEOGRAPHIE ZOMBIE, LES RUINES DU CAPITALISME
  • Auteur : Manouk Borzakian
  • Éditions : Playlist Society
  • Collection : Cinéma/essai
  • Date de parution : 14 mai 2019
  • Format : 128 pages
  • Tarif : 14 € (print) – 7 € (numérique)

Commentaires

A la Une

The Hand of God : Paolo Sorrentino retourne à Naples pour son prochain film pour Netflix

Probablement dédié à l’illustre footballeur Diego Maradona, The Hand of God marque le retour du réalisateur dans sa ville natale… Lire la suite >>

I’m Thinking of Ending Things : l’intriguant thriller écrit par Charlie Kaufman pour Netflix

Le scénariste adepte des histoires sinueuses a écrit et réalisé l’adaptation du roman horrifique I’m Thinking of Ending Things de… Lire la suite >>

Un jour sans fin pourrait être décliné en série

Le fameux Jour de la marmotte maintes fois vécu par Bill Murray pourrait revenir sur le petit écran, dans une… Lire la suite >>

Yes, God, Yes : Natalia Dyer se laisse aller à la tentation dans un trailer divinement drôle

La star de Stranger Things poursuit ses débuts au cinéma dans un premier rôle hilarant, celui d’une lycéenne catholique confrontée… Lire la suite >>

Le Maestro Ennio Morricone nous quitte à 91 ans

Le compositeur italien principalement connu pour ses nombreuses musiques de film est décédé le 6 juillet 2020 des suites d’une… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 167 748 16 380 533
2 DE GAULLE 100 544 17 716 749
3 L'OMBRE DE STALINE 67 452 2 84 880
4 EN AVANT 67 233 17 682 890
5 INVISIBLE MAN 43 494 18 672 280
6 THE DEMON INSIDE 39 963 2 50 232
7 FILLES DE JOIE 28 192 2 28 192
8 RADIOACTIVE 25 701 16 69 150
9 L'APPEL DE LA FORET 22 152 19 1 203 400
10 NOUS, LES CHIENS... 22 113 2 22 113

Source: CBO Box office

Nos Podcasts