Résumé : Dans les années 1960, l’art cinétique s’impose partout en Europe avec ses peintures à illusions d’optique, reliefs à lumière motorisés, et environnements à vertige. Art du mouvement et de la lumière, le cinéma s’empare de l’Op art, produisant toute une gamme de réemplois, du décor à l’intrigue. L’exposition présente ces frictions entre les deux arts à travers 30 films et 150 oeuvres et documents.

♥♥♥♥♥

 

Op Art - le diable au corps - livre

Op Art – le diable au corps – livre

Si les influences réciproques entre arts plastiques et cinéma sont fréquemment soulignées au sein des ouvrages généraux ou consacrés à un réalisateur en particulier, la mention de l’Op Art reste plus discrète. Ce courant artistique qui prend son essor au tout début des années 1960 sous la férule du GRAV (Groupe de Recherche d’Art Visuel) connaît pourtant une popularité immense au sein d’une société de consommation friande de nouveautés et d’objets artistiques à l’identité sérielle. L’exposition « Le diable au corps » organisée au MAMAC de Nice (du 17 mai 2019 au 29 septembre 2019) et placée sous la direction d’Hélène Guenin, directrice du MAMAC, et Pauline Mari, historienne de l’art et déjà auteure d’un très bon ouvrage consacré à ce sujet (Le Voyeur et l’Halluciné. Au cinéma avec l’op art, Presses universitaires de Rennes, 2018), propose une exploration d’une relation dont la profondeur est parfaitement rapportée par la belle édition de son catalogue. Les trois essais constituant cet ouvrage rapportent les différentes caractéristiques d’une relation protéiforme voyant le cinéma se (re)saisir des œuvres de l’Op Art à travers un curieux jeu de citations, d’emprunts, de reprises plus ou moins conscientes et assumées. Car si l’Op Art participe de plein fouet à la révolution culturelle et politique des sixties, sa réception auprès des critiques et des cinéastes reste mitigée et ambiguë (exemple de Georges Clouzot de La Prisonnière à l’inachevé L’Enfer). C’est pourtant bien du côté du cinéma, que les plasticiens du mouvement trouvent une sorte de légitimité. Les œuvres hybrides de William Klein (Qui êtes vous Polly Magoo?), les allusions lointaines de Godard (Alphaville ; Pierrot le fou) ou directes d’Antonioni (Blow-Up) soulignent la valeur d’une posture artistique qui a toujours pris soin de considérer la perception d’un spectateur devenu sujet à part entière de dispositifs dont l’immersion oscille entre le plaisir ludique (Les 400 coups) et l’assujettissement oppressif (Orange mécanique). Du cinéma d’auteur aux productions plus populaires (les décors de L’Homme au pistolet d’or), les spirales kaléidoscopiques de l’Op Art creusent le mouvement de l’image projetée, magnétisant ses perspectives de lecture et d’écriture. À la qualité de ces différents écrits s’ajoute une illustration riche et somptueuse. Les nombreuses images retracent l’histoire du mouvement entre expositions, photographies de mode et évidemment reprises filmiques.

 

 

 

  • QUAND L’OP ART ÉLECTRICE LE CINÉMA. LE DIABLE AU CORPS
  • Autrices : Hélène Guenin et Pauline Mari (sous la direction de)
  • Éditions : In Fine
  • Date de parution : 30 mai 2019
  • Format : 144 pages
  • Tarif : 28 €

Commentaires

A la Une

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Rachel Weisz dans la peau d’Elizabeth Taylor 

Rachel Weisz incarnera la superstar hollywoodienne Elizabeth Taylor, dans un biopic consacré à l’actrice militante, figure de la lutte contre… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BELLE EPOQUE 565 429 1 565 429
2 JOKER 463 547 5 5 074 165
3 HORS NORMES 382 646 3 1 529 131
4 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 295 221 4 2 402 411
5 ABOMINABLE 262 442 3 1 637 561
6 MIDWAY 238 069 1 238 069
7 RETOUR A ZOMBIELAND 161 784 2 458 756
8 TERMINATOR : DARK FATE 126 753 3 850 150
9 MON CHIEN STUPIDE 122 483 2 412 739
10 AU NOM DE LA TERRE 107 892 7 1 845 632

Source: CBO Box office

Nos Podcasts