L’Affaire Pasolini de David Grieco : critique

Publié par CineChronicle le 20 août 2019

Synopsis : Pendant l’été 1975, Pier Paolo Pasolini termine le montage de son dernier film, « Salò ou les 120 journées de Sodome ». Son œuvre suscite de fortes polémiques et provoque des débats par la radicalité des idées qu’il y exprime. Au mois d’août, le négatif original du film est dérobé et une rançon importante est exigée. Prêt à tout pour récupérer son film, Pasolini va se laisser enfermer dans une terrible machination qui le conduira à sa perte.

♥♥♥♥♥

 

Affaire Pasolini - affiche

L’Affaire Pasolini – affiche

Il est amusant de constater que quarante ans après son meurtre sur une plage d’Ostie le 2 novembre 1975, Pier Paolo Pasolini a suscité coup sur coup deux films sur ses derniers jours : Pasolini d’Abel Ferrara, sorti fin 2014, et l’Affaire Pasolini, de David Grieco, sorti en 2016 en Italie mais qui sort aujourd’hui en France. Cependant, si le portrait avec Willem Dafoe dans le rôle-titre était surtout une lettre d’amour d’un artiste radical envers un autre, Grieco, qui avait rédigé le mémorandum du procès sur la mort de Pasolini, épouse la théorie du complot. Le cinéphile sait que Pasolini mettait, au moment de sa mort, la dernière patte à son dernier film, Salo ou les 120 journées de Sodome ; mais ce serait oublier qu’intellectuel engagé et écrivain de renom, il travaillait également sur son dernier roman, resté inachevé, Pétrole. Il devait s’agir d’un roman à clef sur la mort de l’industriel du pétrole Enrico Mattei, et en particulier sur son successeur Eugenio Cefis, président de l’Eni et Montedison et à la tête d’un gigantesque réseau de corruption, lié à la mafia, au parti démocrate-chrétien et aux néofascistes. Un complot d’autant plus réel que dans les années 1990, la vie politique italienne explosa avec le scandale de la loge maçonnique P2, qui réunissait industriels, politiciens, hommes d’églises, militaires et mafieux dans un gigantesque réseau de corruption. Publié dans le contexte des Années de Plomb, des affrontements entre communistes et fascistes en Italie, un tel roman, aidé de la notoriété de Pasolini, aurait créé un terrible scandale et la mort de Pasolini était préférable pour certains… Si comme dans le film de Ferrara, on retrouve différentes vignettes des derniers jours de Pasolini (ses relations avec sa mère, celle, plus trouble, avec son jeune amant et supposé assassin Pino Pelosi, son travail sur Salo, son dernier interview avec un journaliste français – campé par François-Xavier Demaison), le film est surtout un thriller.

 

Affaire PasoliniAffaire PasoliniAffaire PasoliniAffaire Pasolini

 

Campé par l’acteur-chanteur Massimo Ranieri, aperçu dans quelques Claude Lelouch et dont la ressemblance avec l’auteur est frappante, Pasolini s’attache particulièrement à son enquête et se rend vite compte que sa vie est en danger. Autour de lui, la narration suit différentes trames parallèles, qu’il s’agisse des amis militants d’extrême-droite de Pelosi, de la tentative de rançon sur les négatifs de Salo et des pouvoirs occultes dérangés par l’enquête de Pasolini. Tout finira par s’imbriquer pour le prendre au piège. La fin était déjà connue, c’est un whodunit dans la grande tradition italienne du film politique, d’Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon à Il Divo. Si le spectateur français pourra être largué s’il connaît mal la politique italienne, l’Affaire Pasolini est surtout une enquête à charge, assénant la thèse de l’assassinat politique et se permettant, pour appuyer son propos, des scènes pas forcément fines, du député se fournissant de la cocaïne cachée dans des dragées de baptême au plan final montrant Pasolini inanimé et couvert de pétrole…

 

Or, en montrant Pasolini en Don Quichotte condamné d’avance tentant de démolir le réseau de corruption du pays, Grieco critique aussi le système qui a réussi à se maintenir, pourri jusqu’à l’os et qui a permis l’émergence de Berlusconi et, à l’heure de sa sortie française, de Salvini. Comme le formule Pasolini en regardant une publicité racoleuse, “c’est la société de consommation qui a gagné, pas le Christ du Vatican”. Rythmée par la musique de Pink Floyd, dans une Rome des années 1970 superbement reconstitué et rendant hommage aux “ragazzi” des rues déjà célébrés par l’auteur, L’Affaire Pasolini est à la fois un biopic rendant hommage à la stature d’intellectuel engagé de Pasolini et un thriller politique historique dans la veine de JFK.

 

Arthur de Boutiny

 

 

 

 

  • L’AFFAIRE PASOLINI (La Macchinazione)
  • Sortie salles : 21 août 2019
  • Réalisation : David Grieco
  • Avec : Massimo Ranieri, Libero De Rienzo, Matteo Taranto, Milena Vukotic, François-Xavier Demaison, Alessandro Sardelli, Roberto Citran, Catrinel Marlon, Paolo Bonacelli…
  • Scénario : David Grieco et Guido Bulla
  • Production : Dominique Desforges
  • Photographie : Fabio Zamarion
  • Montage : Francesco Bilotti
  • Décors : Carmelo Agate
  • Costumes : Nicoletta Taranta
  • Musique : Pink Floyd et Roger Waters
  • Distribution : 2iFILMS
  • Durée : 1h53

 

Commentaires

A la Une

21 films du Studio Ghibli arrivent sur Netflix

Le géant du streaming va accueillir l’essentiel des longs-métrages du Studio Ghibli. Les chefs-d’œuvre de l’animation japonaise seront disponibles à… Lire la suite >>

Netflix double son effectif à Paris et annonce de nouvelles coproductions françaises

Reed Hastings, patron de la plateforme a inauguré le 17 janvier sa nouvelle succursale parisienne dédiée au développement de contenus… Lire la suite >>

Disney prépare le changement du logo de la 20th Century Fox

Après 106 ans d’existence, le studio historique d’Hollywood va perdre son lien avec la Fox, pour cadrer avec les valeurs… Lire la suite >>

Taika Waititi aux commandes d’un film Star Wars ?

Le réalisateur de Thor Ragnarok impliqué dans la série Star Wars The Mandalorian pourrait bien faire son entrée dans la… Lire la suite >>

Mindhunter : l’avenir de la série semble compromis, la saison 3 en pause

La troisième saison de Mindhunter serait loin d’être à l’ordre du jour pour David Fincher. Planning, contrats, quelles seraient les… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 STAR WARS : EPISODE 9, L'ASCENSION DE SKYWALKER 330 160 4 5 548 146
2 UNDERWATER 169 125 1 169 125
3 LES FILLES DU DOCTEUR MARCH 152 480 2 395 143
4 JUMANJI : NEXT LEVEL 148 794 6 2 967 455
5 LES VETOS 145 744 2 417 242
6 LA REINE DES NEIGES II 115 474 8 7 178 905
7 LES INCOGNITOS 97 837 3 845 468
8 LES ENFANTS DU TEMPS 95 545 1 95 545
9 SOL 83 565 1 83 565
10 LES MISERABLES 82 816 8 1 885 022

Source: CBO Box office

Nos Podcasts