Joker de Todd Phillips : critique

Publié par Erica Farges le 8 octobre 2019

Synopsis : Le film, qui relate une histoire originale inédite sur grand écran, se focalise sur la figure emblématique de l’ennemi juré de Batman. Il brosse le portrait d’Arthur Fleck, un homme sans concession méprisé par la société.

♥♥♥♥♥

 

Joker - affiche

Joker – affiche

Les fans du DCU attendent sa sortie depuis plus de deux ans. Une impatience qui n’a fait qu’aller crescendo et s’est étendu à un panel plus vaste de cinéphiles depuis que Joker a provoqué un vif engouement en remportant le Lion d’Or à la dernière Mostra de Venise, avec une standing-ovation de huit minutes. Distinction inédite pour un long-métrage estampillé super-héros, avec aux commandes un réalisateur habitué à la comédie (Very Bad Trip, War Dogs). Changement radical donc, pour concevoir une origin story sombre qui prend la forme d’un thriller psychologique. À travers la métamorphose exceptionnelle d’Arthur Fleck en Joker (Joaquin Phoenix), Todd Phillips façonne une nouvelle histoire créant une identité humaine à ce super-vilain dont les origines ont déjà eu le droit à plusieurs versions. Au-delà d’une grande liberté artistique, le cinéaste se base aussi sur deux célèbres comics, Killing Joke et The Man Who Laughs. S’ajoute à cette réussite monumentale un Joaquin Phoenix transcendant. Trois fois nommé aux Oscars et récompensé par un Prix d’interprétation masculine à Cannes pour sa performance dans A Beautiful Day, l’acteur de 44 ans confirme ici son talent implacable et qu’il est l’un des meilleurs de sa génération. Si l’on pense aux précédentes interprétations mémorables, comme celles de Jack Nicholson et de Heath Ledger, Phoenix marque ici considérablement son empreinte. Après une transformation physique radicale, il incarne une version totalement revisitée pour relater l’histoire personnelle de ce personnage emblématique de l’univers DC. Batman y est à peine entraperçu dans la peau d’un Bruce Wayne encore enfant. Joker tord ainsi le cou aux codes du film de comics en attribuant au super-méchant la place généralement accordée au super-héros.

 

Joaquin Phoenix - Joker

Joaquin Phoenix – Joker

 

Sans la moindre trace de super-pouvoirs, le film conserve l’iconographie du cartoon tout en marquant son affiliation au film d’auteur. Outre le clin d’œil avec la présence de Robert De Niro dans le rôle du présentateur de talk show, Murray Franklin, idole-ennemi du Joker, Todd Phillips puise à bon escient dans Taxi Driver, Raging Bull et La Valse des Pantins de Scorsese. Il emprunte non seulement l’esthétique des grandes villes déshéritées à ces chefs d’œuvres du 7e art, mais aussi leurs structures qui mettent en scène un protagoniste solitaire et psychologiquement instable évoluant dans un milieu urbain crasseux, violent et hostile pour en faire une allégorie sociétale.

 

Durant le tournage, les rues de Harlem sont ainsi devenues le Gotham City de la fin des années 1970 – début des années 1980. Joker se révèle un reflet percutant de la société actuelle à travers des thématiques excellemment réfléchies, comme l’influence des médias, l’exclusion, la culture de la violence, le mécontentement d’une partie de la population, les conditions précaires du service public…

 

Joaquin Phoenix - Joker

Joaquin Phoenix – Joker

 

Témoignant d’un véritable génie de mise en scène, le film, qui a déjà connu un succès phénoménal avant sa sortie officielle, se retrouve également au cœur d’une polémique. La violence montrée à l’écran et l’apparente valorisation d’un personnage mentalement troublé inquiète certains, surtout après la fusillade d’Aurora en 2012. Pourtant, si Joker montre le point de vue dramatique de ce personnage iconique de la pop culture, il n’en fait pas l’apologie. La figure de ce clown Prince du Crime révèle les failles humaines et systémiques. L’impact de la violence, tantôt retenue, tantôt exposée, vise à pousser à la réflexion sur l’état du monde.

 

S’il est devenu courant d’aborder les problématiques sociales dans l’univers des super-héros, Joker marque un véritable renouveau du genre. Résolument angoissante et atteignant une intensité rarement vue à l’écran, l’oeuvre de Todd Phillips nous confronte à un puissant miroir de la réalité d’une justesse stupéfiante.

 

 

 

  • JOKER
  • Sortie salles : 9 octobre 2019
  • Réalisation : Todd Phillips
  • Avec : Joaquin Phoenix, Robert De Niro, Zazie Beetz, Frances Conroy, Brett Cullen, Shea Whigham, Bill Camp, Douglas Hodge, Dante Pereira-Olson, Carrie Louise Putrello
  • Scénario : Todd Phillips et Scott Silver
  • Production : Todd Phillips, Bradley Cooper, Emma Tillinger Koskoff, David J. Webb
  • Photographie : Lawrence Sher
  • Montage : Jeff Groth
  • Décors : Mark Friedberg
  • Costumes : Mark Bridges
  • Musique : Hildur Gudnadottir
  • Distribution : Warner Bros. France
  • Durée : 2h02

 

Commentaires

A la Une

White Noise : Adam Driver dans la comédie noire du réalisateur de Marriage Story

Le prochain film de Noah Baumbach, sur une terrifiante et hilarante famille américaine d’aujourd’hui, avec Adam Driver, aura droit à… Lire la suite >>

The Veil : Elisabeth Moss à la tête de la nouvelle série du créateur de Peaky Blinders

Alors que la saison 5 de The Handmaid’s Tale est attendue pour la rentrée, l’actrice Elisabeth Moss est annoncée dans… Lire la suite >>

Road House : Jake Gyllenhaal officiellement dans le remake pour Amazon

Pressenti en novembre dernier, Jake Gyllenhaal sera bel et bien dans le remake du film culte des années 80, réalisé… Lire la suite >>

Max Headroom : La série des années 80 fait son retour avec Elijah Wood et Matt Frewer

La série dystopique Max Headroom est actuellement en plein remaniement par la société de production d’Elijah Wood avec le cocréateur… Lire la suite >>

Mort de la star de Star Trek, Nichelle Nichols

L’actrice américaine, admirée par Martin Luther King pour son rôle du lieutenant Nyota Uhura dans Star Trek, nous a quittés… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 THOR : LOVE AND THUNDER 404 765 3 2 129 017
2 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 351 988 4 2 893 838
3 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 333 361 1 333 361
4 TOP GUN : MAVERICK 188 380 10 5 711 998
5 DUCOBU PRESIDENT ! 188 015 3 737 277
6 MENTEUR 151 586 3 585 087
7 JOYEUSE RETRAITE 2 92 299 2 247 790
8 LA NUIT DU 12 72 629 3 241 487
9 JURASSIC WORLD : LE MONDE D'APRES 67 113 8 3 357 635
10 ELVIS 58 542 6 1 074 116

Source: CBO Box office

Nos Podcasts