Le Mans 66 de James Mangold : critique 

Publié par Sévan Lesaffre le 13 novembre 2019

Synopsis : L’ingénieur automobile visionnaire américain Carroll Shelby et son pilote de course britannique surdoué Ken Miles sont envoyés par Ford pour construire un bolide capable de détrôner Ferrari lors des 24 Heures du Mans en 1966.

 

♥♥♥♥

 

Le Mans 66 - affiche

Le Mans 66 – affiche

Au milieu des années 1960, Ferrari, alors en difficultés financières, refuse une proposition de rachat par Ford. En riposte, Henry Ford II (Tracy Letts), à la tête de la Ford Motor Company, décide d’attaquer l’écurie Ferrari sur son terrain : les mythiques 24 Heures du Mans, où les bolides de la marque italienne règnent sans partage depuis six années consécutives. Il s’adjoint les services de Caroll Shelby (incarné par un convaincant Matt Damon), un pilote américain reconverti dans la préparation de voitures de course, pour concevoir ensemble un modèle surpuissant capable de rivaliser avec une Ferrari. Accompagné de son ami, le mécanicien et coureur britannique Ken Miles (Christian Bale, phénoménal), Shelby s’acharne à réaliser cette prouesse en un temps record. Leur parcours est semé d’obstacles à la fois techniques, financiers et relationnels. Représentant d’un cinéma à l’ancienne, l’inclassable James Mangold, ayant débuté comme scénariste chez Disney en 1988 et à qui l’on doit les très réussis Walk the Line et Logan, s’empare du duel entre les deux géants de l’automobile qui fera naître un modèle surpuissant : la légendaire Ford GT40. Épopée cylindrique old school ou buddy movie gonflé à bloc, Le Mans 66 embarque le spectateur dans une course historique qui ravira les amateurs du monde automobile grâce à sa fluidité narrative et à son réalisme déconcertant. Car, si la reconstitution de la course de l’époque est ici d’une redoutable précision, le cinéaste, qui s’est plongé dans des dizaines d’heures d’archives, parvient à donner vie au circuit de la Sarthe tout en évitant la linéarité du reportage ainsi que la succession trop scolaire de faits historiques.

 

Christian Bale et Matt Damon - Ford vs Ferrari

Christian Bale et Matt Damon – Ford vs Ferrari

 

Dans la lignée de Rush (2013) de Ron Howard qui racontait la rivalité en F1 entre James Hunt et Niki Lauda, Mangold relate le combat entre les constructeurs en se focalisant sur le sentiment de camaraderie et la passion qui unit ses deux personnages principaux, véritable moteur du film. Au premier plan, Damon en patron tourmenté et Bale en as du volant rustre et puriste, composent un tandem d’outsiders tenaces prêts à tout pour relever le défi de leur carrière. Les deux amis aux caractères diamétralement opposés ont le même objectif et unissent leurs forces pour y parvenir. Ensemble, ils vont redorer le blason du constructeur américain, même s’ils ne partagent pas la même vision que le groupe automobile.

 

De l’élaboration du véhicule – tous les rutilants bolides utilisés sont d’ailleurs des reproductions fidèles des engins de l’époque – aux entraînements intensifs du coureur Ken Miles, le film retrace l’incroyable aventure humaine de ce binôme indéfectible dans un XXème siècle défini par l’essor de l’automobile. Sans une profusion d’effets spéciaux habituellement requise à Hollywood, Le Mans 66 alterne de manière assez académique le drame, les montées d’adrénaline et le réalisme des scènes de course jusqu’à la gigantesque séquence consacrée à la célèbre compétition étalée sur quarante minutes. James Mangold place sa caméra au ras du bitume, filme à hauteur d’homme et nous embarque dans l’habitacle, au plus près de ces pilotes intrépides, avec virtuosité, énergie et intensité.

 

Christian Bale et Matt Damon - Ford vs Ferrari

Christian Bale et Matt Damon – Ford vs Ferrari

 

Le long-métrage questionne également l’existence d’un sport dangereux qui tue ses participants. À travers une séquence anodine, celle de l’arrivée en hélicoptère du grand patron, le réalisateur met en avant le paradoxe entre le divertissement devenu synonyme de luxe et les morts qu’il engendre. L’ironie culmine lorsque Henry Ford, face aux italiens furibards, s’éclipse pour aller dîner alors que la course bat son plein. Autre détail, Le Mans 66 ne cesse de procéder à des parallèles entre Hollywood et le milieu automobile. Bale incarne alors le talent, Damon le réalisateur et Letts le producteur et commanditaire de ce projet à hauts risques.

 

Le Mans 66 est aussi un film politique. Dans ce western déguisé, James Mangold critique le système fordien, dénonce le capitalisme d’une certaine Amérique qui délaisse les accidentés, s’attaque à l’American way of life opposant l’artisanat à l’industrie et privilégiant les enjeux marketing et publicitaires au détriment de l’humain. À bord de leur Turbo Terrific, Christian Bale et Matt Damon incarnent ces fous du volant avec brio, en clin d’œil au charismatique Steve McQueen dans Le Mans de Lee H. Katzin, qui fut un échec commercial aux États-Unis à sa sortie en 1971.

 

 

 

  • LE MANS 66 (Ford v Ferrari)
  • Sortie : 13 novembre 2019
  • Réalisation : James Mangold
  • Avec : Matt Damon, Christian Bale, Caitriona Balfe, Tracy Letts, Jon Bernthal, Josh Lucas, Noah Jupe, Remo Girone, Ray McKinnon, JJ Feild, Jack McMullen, Rudolf Martin, Gian Franco Tordi, Joe Williamson, Marisa Petroro…
  • Scénario : Jez Butterworth, John-Henry Butterworth, Jason Keller d’après l’œuvre de A.J. Baime
  • Production : James Mangold, Peter Chernin, Jenno Topping
  • Photographie : Phedon Papamichael
  • Montage : Michael McCusker, Andrew Buckland
  • Décors : François Audouy
  • Costumes : Daniel Orlandi
  • Musique : Marco Beltrami, Buck Sanders
  • Distribution : Twentieth Century Fox France
  • Durée : 2h32

 

Commentaires

A la Une

Heat 2 : une date de sortie enfin annoncée pour le roman de Michael Mann

Annoncé en 2016, Heat 2 sera publié en août 2022 aux États-Unis et reviendra sur les origines des protagonistes puis… Lire la suite >>

Gaspard Ulliel nous a quittés à l’âge de 37 ans

L’acteur Gaspard Ulliel est décédé tragiquement ce 19 janvier 2022 des suites d’un accident de ski en Savoie. Ses débuts… Lire la suite >>

A Man Called Ove : Tom Hanks sous la direction de Marc Forster

Marc Forster réalisera l’adaptation américaine de A Man Called Ove avec Tom Hanks dans le rôle principal pour un début… Lire la suite >>

Weird – The Al Yankovic Story : Daniel Radcliffe dans la peau du musicien humoriste

Daniel Radcliffe va jouer le rôle de Weird Al dans un biopic commandé par les sociétés de production Funny or… Lire la suite >>

Moon Knight : Oscar Isaac se dévoile en super-héros Marvel

Disney lance les festivités du Marvel Cinematic Universe pour l’année 2022 avec le premier trailer de sa nouvelle série Moon… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 SPIDER-MAN : NO WAY HOME 310 286 5 6 444 355
2 ADIEU MONSIEUR HAFFMANN 261 930 1 261 930
3 SCREAM 212 555 1 212 555
4 TOUS EN SCENE 2 145 018 4 2 147 464
5 THE KING'S MAN : PREMIERE MISSION 131 293 3 670 114
6 OUISTREHAM 126 975 1 126 975
7 EN ATTENDANT BOJANGLES 125 509 2 353 985
8 LICORICE PIZZA 75 170 2 192 041
9 ENCANTO, LA FANTASTIQUE FAMILLE MADRIGAL 71 194 8 2 601 773
10 MATRIX RESURRECTIONS 61 990 4 919 226

Source: CBO Box office

Nos Podcasts