Livre / Fatima de Philippe Faucon. Scènes de la vie éthique : critique

Publié par Jacques Demange le 25 novembre 2019

Résumé : Deux semaines après avoir obtenu le César du meilleur film pour Fatima, Philippe Faucon et Soria Zeroual étaient les invités de l’émission de télévision, On n’est pas couché. Alors que tous se demandaient si le choix de l’Académie des arts et techniques du cinéma n’avait pas été dicté par de mauvaises raisons, Léa Salamé commença par suggérer que la force réaliste du film pouvait être un obstacle à sa candidature artistique avant de conclure que Fatima était un film sans art. Luc Vancheri ne s’est pas donné pour tâche de réparer un tort, la critique a fait bon accueil au film, il a en revanche cherché à retrouver les problèmes esthétiques et philosophiques qui rééclairent les situations narratives et les choix de mise en scène d’un film qui ne saurait se réduire à sa question sociale.

♥♥♥♥♥

 

Fatima de Philippe Faucon - livre

Fatima de Philippe Faucon – livre

Si celui qui pratique l’analyse filmique doit toujours se focaliser sur les images qu’il commente, son discours peut par ailleurs s’enrichir de nouvelles strates de sens s’inscrivant dans la singularité même de son objet d’étude. C’est ce que nous rappelle l’ouvrage de Luc Vancheri, professeur en études cinématographiques à l’université Lumière Lyon , co-directeur de la revue Écrans et spécialiste de l’esthétique du cinéma, qui introduit sa réflexion par un retour sur la polémique suscitée par les trois César remportés par Fatima de Philippe Faucon. Ce débat, initié rappelons-le par Guillaume Gallienne qui avait considéré que ces récompenses étaient d’abord dues au caractère politiquement correcte du film de Faucon, avait trouvé un écho singulier auprès de la journaliste Léa Salamé qui au cours de l’émission On n’est pas couché avait cherché à justifié la position de Gallienne en reprochant à Fatima son absence de « postulat esthétique ». Loin de juger cette discussion comme anecdotique, Vancheri en fait la clé d’entrée d’un ouvrage qui de séquence en séquence et de plan en plan, cherche à démontrer la légitimité artistique d’un film et, partant, de (re)considérer certaines images (cinématographiques, littéraires, picturales) qui continuent d’interroger notre perception du monde. La perspective adoptée par l’auteur est donc double, s’inscrivant d’abord dans une approche historique, avant de répondre à certains enjeux esthétiques. L’apparente simplicité qui habite la mise en scène de Faucon permet ainsi de revenir à l’essentiel.

 

Auprès de Vancheri, ce que l’on a pu considérer comme d’anciens débats se voient conférés un second souffle et prouvent qu’ils n’ont rien perdu de leur vivacité. Les rapports entre art et divertissement, esthétique et politique, l’appréhension du contemporain, la politique des auteurs, ou encore le rôle joué par le philosophe dans la Cité constituent les différents axes d’une étude qui s’attelle à revenir sur la pratique de l’analyse filmique pour dépasser la seule intention descriptive qu’on lui assigne trop souvent. Comme l’écrit Vancheri, « le destin [des] plans est lié à celui de toutes ces images qui font commerce d’art et d’histoire ». Et si « le cinéma est un lieu d’expérimentation de la vie humaine », alors il faut convenir à ses côtés que le dispositif employé par Faucon permet d’éclairer certains enjeux de notre société en inscrivant ses motifs, figures et thématiques au sein d’un champ iconologique qui appelle à une réflexion approfondie de la conduite et de l’éthique promulguées par sa mise en scène.

 

Le voile, la banlieue, le geste d’écriture, le rapport communautaire ou la relation au corps sexué se relisent ainsi à la lumière d’une généalogie visuelle et philosophique que l’auteur prend soin d’élargir à l’ensemble du cinéma contemporain (sont ainsi convoqués aux côtés de Faucon, les productions de Sharunas Bartas, Carlos Reygadas, Tsai Ming-liang, Bruno Dumont ou Béla Tarr) ; un foisonnant corpus d’exemples et de références qui fait d’autant plus regretter l’absence de bibliographie et filmographie. Se distinguent au fil de ces pages l’érudition d’un auteur et la qualité d’une collection qui considère la production cinématographique comme une passerelle apte à réfléchir nos manières d’interroger les films dans la singularité même de leurs pensées.

 

 

 

  • FATIMA DE PHILIPPE FAUCON. SCÈNES DE LA VIE ÉTHIQUE
  • Auteur : Luc Vancheri
  • Éditions : Presses universitaires de Strasbourg
  • Collection : Écouter/Voir
  • Langues : français uniquement
  • Date de parution : 7 novembre 2019
  • Format : 286 pages
  • Tarif : 10 €

Commentaires

A la Une

21 films du Studio Ghibli arrivent sur Netflix

Le géant du streaming va accueillir l’essentiel des longs-métrages du Studio Ghibli. Les chefs-d’œuvre de l’animation japonaise seront disponibles à… Lire la suite >>

Netflix double son effectif à Paris et annonce de nouvelles coproductions françaises

Reed Hastings, patron de la plateforme a inauguré le 17 janvier sa nouvelle succursale parisienne dédiée au développement de contenus… Lire la suite >>

Disney prépare le changement du logo de la 20th Century Fox

Après 106 ans d’existence, le studio historique d’Hollywood va perdre son lien avec la Fox, pour cadrer avec les valeurs… Lire la suite >>

Taika Waititi aux commandes d’un film Star Wars ?

Le réalisateur de Thor Ragnarok impliqué dans la série Star Wars The Mandalorian pourrait bien faire son entrée dans la… Lire la suite >>

Mindhunter : l’avenir de la série semble compromis, la saison 3 en pause

La troisième saison de Mindhunter serait loin d’être à l’ordre du jour pour David Fincher. Planning, contrats, quelles seraient les… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 STAR WARS : EPISODE 9, L'ASCENSION DE SKYWALKER 330 160 4 5 548 146
2 UNDERWATER 169 125 1 169 125
3 LES FILLES DU DOCTEUR MARCH 152 480 2 395 143
4 JUMANJI : NEXT LEVEL 148 794 6 2 967 455
5 LES VETOS 145 744 2 417 242
6 LA REINE DES NEIGES II 115 474 8 7 178 905
7 LES INCOGNITOS 97 837 3 845 468
8 LES ENFANTS DU TEMPS 95 545 1 95 545
9 SOL 83 565 1 83 565
10 LES MISERABLES 82 816 8 1 885 022

Source: CBO Box office

Nos Podcasts