Sites de divertissement

Sites de divertissement

L’augmentation du trafic pourrait conduire à une réduction des bandes passantes vers les sites de divertissement au profit du télétravail.

 

 

 

En confinement, le télétravail et les sessions de repos ne font pas bon ménage. En effet, alors que toute la France tourne au ralenti, et que la majorité des salariés travaillent de chez eux, les connexions se multiplient et le trafic internet est au plus haut. Coup de théâtre ce 15 mars, le Journal Du Dimanche affirme que les opérateurs de télécoms pourraient bien réduire les bandes passantes vers les sites de divertissement au profit des sites professionnels en cas de forte affluence.

 

Si pour l’instant, comme l’assure Arthur Dreyfuss, président de la Fédération Française des Télécoms, « Les infrastructures sont dimensionnées pour absorber des pics d’activité », la prise d’assaut des jeux en ligne tels que Fortnite, de Youtube ou des plateformes telles que Netflix et tout bientôt Disney+ pourrait à l’avenir causer problème.

 

La quarantaine du pays exigée par l’enclenchement du stade 3 samedi 14 mars afin d’endiguer la pandémie de COVID-19, a entraîné une adaptation du réseau et des opérateurs : « Tous les opérateurs télécoms ont mobilisé des milliers d’ingénieurs et de techniciens qui superviseront et entretiendront l’ensemble du réseau ». Toutefois, si l’utilisation venait à dépasser un certain seuil, les opérateurs se réservent la possibilité de fermer les robinets, privilégiant les « usages professionnels », explique le JDD, sans spécifier plus en détails ce qu’englobe ce terme.

 

Cette immiscion des télécoms dans la vie privée de leurs clients n’est pas inédite. Aux États-Unis par exemple, les opérateurs s’arrogent le droit de réduire les bandes passantes vers certains sites, afin de limiter la consommation de données. Un bridage sélectif relayé en 2018 par BFMTV, qui cite une étude de David Choffnes, laquelle prouve que les applications de streaming telles que Netflix et Amazon Prime sont les plus concernées, et ce suivant les opérateurs du pays. Si les entreprises visées plaident la simple gestion de réseau, l’orientation commerciale vers des forfaits onéreux pour atteindre un débit plus satisfaisant est grandement suspectée.

 

Pour l’heure, en France, aucune décision n’est encore prise et la saturation du réseau n’est pas encore constatée. 

Commentaires

A la Une

Twin Peaks : Kyle MacLachlan propose aux fans de fêter les 30 ans de la série avec lui

Le confinement n’empêchera pas les adeptes de Twin Peaks de se réunir pour fêter les trente ans de sa première… Lire la suite >>

J.K. Rowling lance « Harry Potter at Home », une plateforme pour occuper les enfants

La célèbre autrice britannique propose aux parents un site éducatif centré sur l’univers de Poudlard et ses sorciers, pour apprendre… Lire la suite >>

Le remake de Candyman écrit par Jordan Peele sortira à l’automne 2020

Le retour du terrible Candyman sur grand écran devra attendre septembre prochain.       Il va falloir patienter pour… Lire la suite >>

Call Me By Your Name : le réalisateur confirme la suite avec le casting du premier film au complet

La pépite aux allures de dolce vita oscarisée pour son scénario en 2018, va bien connaître une suite sur grand… Lire la suite >>

Hollywood : premières images de la minisérie Netflix de Ryan Murphy

La nouvelle série progressiste du créateur de Glee et American Horror Story sera consacrée à un groupe de talents dans… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts