Blood Machines de Seth Ickerman : critique

Publié par Jacques Demange le 2 septembre 2020

Synopsis : Blood Machines suit deux chasseurs de l’espace qui traquent une machine tentant de s’émanciper. Après l’avoir abattue, ils assistent à un phénomène mystique : le spectre d’une jeune femme s’arrache de la carcasse mécanique comme si cette dernière avait une âme. Démarre une course poursuite à travers l’espace pour comprendre la nature de ce phénomène.

♥♥♥♥

 

Blood Machines - affiche

Blood Machines – affiche

En 2016, un petit ovni audiovisuel faisait connaître le nom de Seth Ickerman aux (vrais) aficionados de musique électronique et aux (plus curieux des) cinéphiles. Derrière ce pseudonyme, deux français, Raphaël Hernandez et Savitri Joly-Gonfard, réalisateurs du clip Turbo Killer pour le musicien Carpenter Brut. Ce court métrage d’un peu plus de quatre minutes reflétait un travail visuel de haut vol, entrelaçant une esthétique pop et univers psychédélique tout droit débarqué d’une case de Métal hurlant. Loin de se limiter à une simple illustration musicale, Turbo Killer condensait un imaginaire qui se devait tout naturellement d’être transposé sur grand écran. C’est aujourd’hui chose faite avec Blood Machines, moyen métrage qui récupère à son compte l’énergie formelle du court Turbo Killer en développant son récit à travers une ambiance SF aux accents mythologiques. La relation du corps à la machine se creuse d’une réflexion sur le rapport des sexes hautement actuelle mais, heureusement, privée de toute velléité didactique. Car c’est bien l’atmosphère qui prédomine ici, et dont l’originalité invite à la formulation de nouveaux concepts. « Film plastique » ou « clip cinématographique », Blood Machines assume sa différence, quitte à laisser parfois son spectateur perplexe. Car si l’excellente qualité des effets numériques (récompensés par un Génie Award des Effets visuels au Paris Images Digital Summit) assure la dimension opératique du film, leur monumentalisme plombe parfois l’intérêt de l’intrigue. Qu’importe sans doute face à la sidération que nous procurent ces vastes décors polychromatiques desquels se détache le lyrisme d’un corps rendu à sa nudité virginale. Reste de la vision du film une série d’affects qui concrétisent l’ambition première de ce projet : dépasser l’anecdote narrative pour viser une expérience totale des sens. 

 

Blood Machines

Blood Machines

 

S’épanouissant dans les extrêmes, le film assure chacun de ses grands écarts formels par la maîtrise d’un rythme dont la réussite est d’autant plus impressionnante que le format du moyen métrage reste difficile à appréhender. La seconde qualité du film se situe du côté de ses coulisses. Bien que Blood Machines n’ait pas été réalisé dans les mêmes conditions que Turbo Killer (dont le plateau de tournage principal se situait dans le garage/atelier des deux cinéastes), le film conserve l’esprit Do it yourself de son prédécesseur.

 

Produit grâce au mini-studio français Logical Pictures, spécialisé dans les films de genre à budget limité, et à une campagne de financement participatif en deux temps (2016 et 2019), distribué par CGR Events, Blood Machines affirme la possibilité de combiner petits moyens et efficacité technique. Sur le plateau ou lors de la phase de post-production, l’expérience professionnelle des collaborateurs de création (parmi lesquels les excellents studios VFX Trimaran et Black Lab) a accompagné la débrouillardise habituelle des deux cinéastes.

 

Le court rappel de cette genèse permet de souligner l’importance tenue par Blood Machines dans le circuit de l’industrie cinématographique française et internationale.

 

 

 

  • BLOOD MACHINES
  • Sortie en salles : depuis le 1er septembre 2020
  • Chaîne / Plateforme : sur Shudder depuis le 21 mai 2020
  • Réalisateur : Seth Ickerman
  • Avec : Elisa Lasowski, Joëlle Berckmans, Noémie Stevens, Anders Heinrichsen, Christian Erickson, Natasha Cashman, Walter Dickerson
  • Scénario : Seth Ickerman
  • Producteurs : Frédéric Fiore, Alexis Perrin, Yannick Bossenmeyer
  • Photographie : Philip Lozano
  • Décorateur : Julien Richard
  • Montage : Seth Ickerman
  • Musique : Carpenter Brut
  • Distribution : CGR Events
  • Durée : 50 minutes

 

Commentaires

A la Une

The Bikeriders : Michael Shannon retrouve le réalisateur Jeff Nichols

Pour son sixième long-métrage, le cinéaste Jeff Nichols fait à nouveau appel à son acteur fétiche Michael Shannon, et collabore… Lire la suite >>

Wednesday : Première bande-annonce de la série de Tim Burton

Après trois ans d’absence, le réalisateur américain a dévoilé les images de sa première série télévisée pour le géant du… Lire la suite >>

Wise Guys : Robert De Niro dans le prochain film de gangsters de Barry Levinson

L’acteur de 79 ans retrouve le scénariste des Affranchis et s’associe au réalisateur de Rain Man, Barry Levinson, pour un… Lire la suite >>

Le Magicien d’Oz : Kenya Barris à la réalisation du remake

Le créateur de la série Black-ish, Kenya Barris, prend les rênes du remake du Magicien d’Oz pour le studio Warner… Lire la suite >>

Modigliani : Johnny Depp à la réalisation d’un biopic sur le célèbre peintre coproduit par Al Pacino

Pour son second long-métrage, l’acteur américain s’attaque au sculpteur italien Amedeo Modigliani, avec Al Pacino en tant que coproducteur.  … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ONE PIECE FILM RED 575 182 1 575 182
2 BULLET TRAIN 313 237 2 804 304
3 NOPE 224 705 1 224 705
4 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 213 497 6 3 358 761
5 THOR : LOVE AND THUNDER 197 826 5 2 577 053
6 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 191 457 3 747 548
7 TOP GUN : MAVERICK 180 658 12 6 057 934
8 LA TRES TRES GRANDE CLASSE 157 884 1 157 884
9 DUCOBU PRESIDENT ! 97 550 5 967 713
10 MENTEUR 82 714 5 777 133

Source: CBO Box office

Nos Podcasts