Rambo – Last Blood de Adrian Grunberg : critique 

Publié par Sévan Lesaffre le 25 septembre 2019

Synopsis : Vétéran de la guerre du Vietnam, John Rambo va devoir affronter un cartel mexicain après l’enlèvement de la fille d’un ami.

 

♥♥♥♥♥

 

Rambo Last Blood - affiche

Rambo Last Blood – affiche

Avec Rambo : Last Blood, cinquième épisode de la saga, Adrian Grunberg (Kill the Gringo) s’attaque au légendaire soldat américain imaginé par le romancier David Morrell dans First Blood publié en 1972, et se voit attribuer la lourde tâche de diriger l’infatigable Sylvester Stallone qui, trente-sept ans après avoir incarné le héros dans le premier volet, est parvenu à conserver son trône sur l’autel de la pop culture. En effet, c’est en 1982 que le vétéran du Vietnam, devenu l’un de ses personnages fétiches, trouve le chemin des écrans. Héritier du Nouvel Hollywood, Rambo explore la part d’ombre et le traumatisme d’une Amérique défaite qui doit se reconstruire en oubliant ses héros sacrifiés. Nombreuses sont les légendes qui capitulent : Dustin Hoffman, Al Pacino, Steve McQueen, Clint Eastwood, Nick Nolte, Robert de Niro et Michael Douglas lisent le scénario avant de le refuser, le jugeant trop violent, trop brutal, trop dérangeant. Le cinéaste australien Ted Kotcheff confie alors le rôle à Stallone, la star de Rocky sorti en 1977. L’acteur italo-américain accepte, à condition de transformer le personnage – décrit dans le script comme un psychopathe – en victime de l’armée et de la société. Il veut montrer un homme perdu, hanté par les souvenirs de la guerre, qui, ne parvenant pas à se réinsérer, dissimule son humanité derrière une extrême brutalité. La photographie d’Andrew Laszlo et la musique de Jerry Goldsmith contribueront à faire de Rambo un classique du septième art, succédant à l’explosif Voyage au bout de l’enfer de Micheal Cimino.

 

Sylvester Stallone - Rambo Last Blood

Sylvester Stallone – Rambo Last Blood

 

Après trois suites à la fois maladroites, patriotiques et pyrotechniques (un retour spectaculaire dans la jungle vietnamienne dans Rambo II, un détour cartoonesque en Afghanistan dans Rambo III ou une véritable boucherie commise en Birmanie dans John Rambo), l’ex soldat, fatigué et désabusé, tente de refaire sa vie chez lui aux États-Unis. Installé dans un ranch de l’Arizona, il lutte contre son stress post-traumatique et doit délivrer sa nièce enlevée par les membres impitoyables d’un cartel mexicain. Fustigé par la critique, Rambo V n’est pas à la hauteur des espérances et embarrasse même le créateur du surhomme armé jusqu’aux dents. Si Adrian Grunberg et « l’Étalon italien » s’inspirent ici de mythes tels que John Wayne ou Clint Eastwood pour tenter de bousculer John Rambo, (anti)héros vieillissant et figure complexe qui fascinent toujours, les personnages manquent cruellement d’épaisseur et ce revenge movie semble prisonnier du matériau dont il s’inspire.

 

Sylvester Stallone - Rambo Last Blood

Sylvester Stallone – Rambo Last Blood

 

Cet épilogue sombre et sanglant, qui se veut pourtant en phase avec son époque, tombe dans les travers du western moderne caricatural, piégé par un enjeu scénaristique bien maigre et une mise en scène fonctionnelle soumise au surdécoupage de l’action. Car Rambo se doit de ne jamais être un simple guerrier mais plutôt l’immortel symbole d’une réalité politique. La toute-puissance écrasante de l’Amérique reaganienne dépeinte dans Rambo III fait place aux divagations de l’ère trumpienne à travers la symbolique appuyée de la frontière américano-mexicaine. Hélas, là où First Blood montrait le revers de la médaille du rêve américain, Grunberg brûle toutes ses cartouches, ne sachant que faire de la psychologie de cet homme dressé pour tuer, véritable machine faite pour combattre, qui s’use lors d’une grotesque traque souterraine. Colère vengeresse et violence pulsionnelle ensanglantent le décor, brouillent le propos, si bien que Rambo : Last Blood se traîne, s’embourbe et témoigne de l’épuisement de la franchise qui ambitionnait de repousser les limites du film d’action. Un chant du cygne malheureusement raté.

 

 

 

  • RAMBO : LAST BLOOD
  • Sortie : 25 septembre 2019
  • Réalisation : Adrian Grunberg
  • Avec : Sylvester Stallone, Paz Vega, Sergio Peris-Mencheta, Adrianna Barraza, Yvette Monreal, Óscar Jaenada, Rick Zingale, Fenessa Pineda, Marco de la O, Sheila Shah, Louis Mandylor, Diana Bermudez, Manuel Uriza, Nick Wittman, Aaron Cohen…
  • Scénario : Matt Cirulnick, Sylvester Stallone d’après les personnages de David Morrell
  • Production : Avi Lerner, Kevin King Templeton, Yariv Lerner, Les Weldon
  • Photographie : Brendan Galvin
  • Montage : Carsten Kurpanek, Todd E. Miller
  • Décors : Franco-Giacomo Carbone
  • Costumes : Cristina Sopeña
  • Musique : Brian Tyler
  • Distribution : Metropolitan FilmExport
  • Durée : 1h40
.

Commentaires

A la Une

Edgar Wright planche sur l’adaptation d’un roman de science-fiction

Pour son prochain film, le cinéaste et scénariste britannique abordera le genre de la science-fiction en adaptant le roman Set… Lire la suite >>

L’American Film Institute crée son Movie Club ; Steven Spielberg ouvre avec le Magicien d’Oz

L’organisation culturelle à but non lucratif AFI lance le Movie Club en proposant chaque jour un grand classique, complété par… Lire la suite >>

Confinement : La Comédie-Française lance sa web télé

Les amateurs de théâtre ont de quoi se réjouir. La Maison de Molière transporte les planches de la salle Richelieu… Lire la suite >>

Confinement : projections de quartier, programmations virtuelles, le cinéma de proximité subsiste

Des projections nocturnes d’une cour d’immeubles à Lyon aux initiatives de petites salles, le cinéma reste un biais d’échange et… Lire la suite >>

Mad Max : Anya Taylor-Joy pourrait camper la jeune Furiosa

La star des Nouveaux Mutants a été auditionnée pour jouer le rôle de Furiosa dans le prequel racontant la jeunesse… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts