Yaphet Kotto, un magnétisme à l’état brut

Publié par Jacques Demange le 16 mars 2021
Yaphet Kotto - Alien

Yaphet Kotto – Alien de Ridley Scott (1979)

Principalement connu pour son rôle de méchant dans Vivre et laisser mourir et son personnage d’ingénieur dans Alien, Yaphet Kotto nous a quittés ce lundi 15 mars 2021 à l’âge de 81 ans. Retour sur le parcours de cet acteur qui sut captiver le public et affirmer ses singularités sous le couvert du cinéma de genre.

 

 

 

Yaphet Kotto et Roger Moore - Vivre et laisser mourir

Yaphet Kotto en méchant face à Roger Moore – Vivre et laisser mourir de Guy Hamilton (1973)

Yaphet Kotto, né en 1939 dans le quartier du Bronx à New York, débute sa carrière sur les scènes de théâtre de la côte Est. Il se forme auprès de la troupe de l’Actors Mobile Theatre et suit quelques cours au sein de l’Actors Studio.

 

En 1962, il apparaît dans la pièce de Reginald Rose, Black Monday, dirigée par William E. Hunt pour la scène Off-Broadway, et connaît un certain succès avec son interprétation du personnage de John dans la comédie musicale The Zulu and the Zayda mise en scène par Dore Schary en 1965. Quatre ans plus tard, il officie comme doublure pour le rôle principal de la pièce The Great White Hope de Howard Sackler qui raconte le parcours du boxeur afro-américain Jack Jefferson.

 

Entre ces deux succès théâtraux, Kotto fait ses premiers pas au cinéma dans le film indépendant Nothing But a Man réalisé par Michael Roemer en 1964, production engagée narrant le quotidien difficile d’un couple devant faire face à la discrimination raciale de l’Amérique des années 1960.

 

Quittant les projecteurs de Broadway et le cinéma indépendant pour poursuivre sa carrière sous le soleil de la Californie, Kotto doit accepter de voir ses capacités reléguées à l’arrière-plan. Après des rôles de figuration dans L’Affaire Thomas Crowne (Norman Jewison, 1968) et Cinq cartes à abattre (Henry Hathaway, 1968), il interprète un personnage secondaire intéressant dans On n’achète pas le silence (William Wyler, 1970).

 

Harvey Keitel, Richard Pryor, Yaphet Kotto dans Blue Collar

Yaphet Kotto, Harvey Keitel et Richard Pryor – Blue Collar de Paul Schrader (1978)

En 1972, son rôle du lieutenant William Pope dans Meurtres dans la 110e rue (Barry Shear) impose sa stature à l’écran et lui vaut d’incarner Mister Big, le méchant de Vivre et laisser mourir (Guy Hamilton, 1973), huitième opus des aventures cinématographiques de James Bond.

 

Cette notoriété ne l’empêche pas de prolonger le discours social véhiculé par ses premiers rôles au théâtre et au cinéma. Ainsi de Blue Collar (Paul Schrader, 1978) et Brubaker (Stuart Rosenberg, 1980) qui lui permettent de retrouver la charge critique de ses débuts, aspect que l’on retrouve de façon plus métaphorique dans son personnage d’ingénieur dans Alien (1979) de Ridley Scott.

 

Son jeu physique et son apparence musculeuse l’orienteront naturellement vers le film d’action (Contact mortel [Hal Barwood, 1985] ; L’Œil du tige [Richard Sarafian, 1986] ; Terminal Entry [John Kincade, 1987] ; Running Man [Paul Michael Glaser, 1987]) qui le verra progressivement abandonner sa verve d’antan au profit de représentations plus typées. Imposant sa présence à l’écran à travers une attitude taciturne renvoyant à une certaine conception de la virilité, Kotto se spécialise dans les rôles de policier ou d’agent du FBI qu’il incarne au cinéma (Midnight Run [Martin Brest, 1988] ; Pour l’amour de l’art [Bill Bennett, 1996]) comme à la télévision (le Lieutenant Giardello dans la série Homicide [NBC, 1993-1999]).

 

Cette fin de carrière en demi-teinte ne doit pas faire oublier l’indéniable magnétisme de cet acteur qui sut distiller l’authenticité de ses aptitudes techniques au sein de productions souffrant d’un trop-plein d’artifices.

Commentaires

A la Une

Poker Face : Ellen Barkin rejoint la première série de Rian Johnson

Le réalisateur Rian Johnson présentera prochainement une série policière d’anthologie dont le casting continue de s’agrandir avec la présence d’Ellen… Lire la suite >>

El Conde : Pablo Larrain à la réalisation d’une comédie vampirique pour Netflix

Le réalisateur chilien Pablo Larrain s’associe à Netflix pour la production d’une comédie où le dictateur Augusto Pinochet est un… Lire la suite >>

Enzo le croco : Première bande-annonce pour la comédie musicale avec Javier Bardem

L’adaptation du livre pour enfants Lyle, Lyle, Crocodile, réalisé par le duo comique Will Speck et Josh Gordon, dévoile ses… Lire la suite >>

La comédie musicale Retour vers le futur à Broadway en 2023

Broadway va accueillir la comédie musicale adaptée de la trilogie culte de Robert Zemeckis, Retour vers le futur, l’année prochaine…. Lire la suite >>

À l’Est d’Eden : Florence Pugh dans la prochaine série Netflix écrite par Zoe Kazan

Le géant du streaming Netflix a annoncé la mise en chantier d’une série adaptée de l’œuvre de John Steinbeck, À… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 JURASSIC WORLD : LE MONDE D'APRES 627 968 2 1 927 033
2 TOP GUN : MAVERICK 471 870 4 3 806 879
3 INCROYABLE MAIS VRAI 133 330 1 133 330
4 CHAMPAGNE ! 68 518 2 188 682
5 DOCTOR STRANGE IN THE MULTIVERSE OF MADNESS 64 865 7 3 117 096
6 FRATE 36 400 1 36 400
7 C'EST MAGNIFIQUE ! 25 220 3 149 950
8 COMPETITION OFFICIELLE 24 421 3 116 936
9 MEN 22 829 2 60 250
10 LES BAD GUYS 19 517 11 1 069 641

Source: CBO Box office

Nos Podcasts