Série / Squid Game (saison 1) : critique

Publié par Jacques Demange le 12 octobre 2021

Synopsis : Tentés par un prix alléchant en cas de victoire, des centaines de joueurs désargentés acceptent de s’affronter lors de jeux pour enfants aux enjeux mortels.

♥♥♥♥

 

Squid Game - affiche

Squid Game – affiche

Comme bon nombre de « séries phénomènes » de la plateforme Netflix, Squid Game a d’abord séduit le public par son concept. Reprenant les règles des plus célèbres jeux de cour de récréation pour orchestrer d’authentiques massacres oscillant entre le jouissif et l’horrifique, la production sud-coréenne s’inscrit dans une certaine tradition ludique et carnavalesque du cinéma d’horreur contemporain qui, de Cube (1997) à Saw (2004) en passant par Battle Royal (2000), a cherché à faire sursauter le public à travers la mise en spectacle d’un esprit logique aussi implacable que macabre. En conférant à son récit une dimension chorale, Squid Game parvient ainsi à reprendre à son compte la densité dramatique de ses modèles cinématographiques tout en en prolongeant l’impact par le recours aux codes visuels et narratifs du format sériel. La dilatation temporelle du feuilleton permet ainsi de renforcer l’identification du spectateur à l’égard des principaux protagonistes dont les histoires personnelles se dévoilent au fur et à mesure que les épisodes se succèdent. La structure du scénario se prête par ailleurs particulièrement bien à la pratique du binge-watching. La thématique de la survie et l’accumulation progressive des disparitions confèrent à Squid Game l’aspect d’un reality show, l’idée étant de renforcer l’intérêt du spectateur pour tel ou tel personnage en sachant que sa présence reste tributaire d’une incertitude sans cesse prolongée jusqu’à l’épisode (et à la saison) suivant(e).

 

Squid Game

Squid Game

 

Si la série répond bien aux impératifs du divertissement, la question reste de savoir ce que Hwang Dong-Hyuk, son créateur, a retenu du potentiel critique contenu par son récit. Ici, les choses sont moins probantes. Certes, la représentation de ces forçats joutant entre eux pour récupérer une somme qui leur permettra de sortir de la misère convoque un discours dystopique qui métaphorise la violence du système capitaliste, mais cette démarche suscite plus de malaise que de sidération. En spectacularisant à outrance l’élimination d’une petite colonie d’esclaves, Squid Game s’inscrit dans l’esprit de la série Hunters qui en 2020 cherchait avec beaucoup de maladresses et de mauvais goût à rappeler l’horreur de la barbarie nazie. Squid Game semble ainsi plus donner à voir qu’à réfléchir.

 

C’est en effet par l’image, que la série sauve l’honneur. Basculant sans cesse d’une forme pop acidulée à une esthétique de la pauvreté, Squid Game oppose l’artifice et le réalisme pour mieux coordonner la divergence des points de vue qui rythme son récit. Le mystérieux organisateur de ces jeux se maintient ainsi dissimulé derrière le kitch rutilant d’une façade aussi énigmatique qu’abstraite (les masques portés par ses sbires sont simplement ornés d’un élément géométrique) tandis que ses victimes affichent leur humanité par l’expression de leurs douleurs physiques.

 

Squid Game

Squid Game

 

On reconnaîtra sur ce point un intéressant choix de casting avec notamment la présence de Lee Jung-gae (déjà connu des cinéphiles pour avoir interprété l’un des principaux rôles de The Housemaid [2010] de Im Sang-soo) dont la forte expressivité faciale et sa capacité à passer sans transition d’une émotion à une autre renforce l’intensité des moments forts de la série.

 

C’est donc principalement pour ce rapport de forces qui, comme indirectement, formule une réflexion sur la brutalité de notre société, que Squid Game mérite d’être découvert.

 

 

 

  • SQUID GAME
  • Diffusion : depuis le 17 septembre 2021
  • Plateforme / Chaîne : Netflix
  • Création, Scénario, Réalisation et Production : Hwang Dong-Hyuk
  • Avec : Lee Jung-gae, Park Hae-soo, Wi Ha-Joon, Jung Hoyeon, Oh Yeong-su, Heo Sung-tae, Anupam Tripathi, Lee Byung-hun, Kim Joo-Ryung, Gong Yoo, Greg Chun, Stephen Fu
  • Durée : 9 épisodes de 30 à 60 minutes

 

Commentaires

A la Une

L’Exorciste : Le producteur Jason Blum donne des nouvelles du remake

À l’occasion du Festival international du film de Locarno où il devrait recevoir le prix du Meilleur producteur indépendant, Jason… Lire la suite >>

Les femmes prennent de l’importance dans les films de mafieux

Alors que Prime Vidéo a récemment sorti l’intégralité des épisodes de Bang Bang Baby, de nombreux films et séries utilisent… Lire la suite >>

White Noise : Adam Driver dans la comédie noire du réalisateur de Marriage Story

Le prochain film de Noah Baumbach, sur une terrifiante et hilarante famille américaine d’aujourd’hui, avec Adam Driver, aura droit à… Lire la suite >>

The Veil : Elisabeth Moss à la tête de la nouvelle série du créateur de Peaky Blinders

Alors que la saison 5 de The Handmaid’s Tale est attendue pour la rentrée, l’actrice Elisabeth Moss est annoncée dans… Lire la suite >>

Road House : Jake Gyllenhaal officiellement dans le remake pour Amazon

Pressenti en novembre dernier, Jake Gyllenhaal sera bel et bien dans le remake du film culte des années 80, réalisé… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 THOR : LOVE AND THUNDER 404 765 3 2 129 017
2 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 351 988 4 2 893 838
3 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 333 361 1 333 361
4 TOP GUN : MAVERICK 188 380 10 5 711 998
5 DUCOBU PRESIDENT ! 188 015 3 737 277
6 MENTEUR 151 586 3 585 087
7 JOYEUSE RETRAITE 2 92 299 2 247 790
8 LA NUIT DU 12 72 629 3 241 487
9 JURASSIC WORLD : LE MONDE D'APRES 67 113 8 3 357 635
10 ELVIS 58 542 6 1 074 116

Source: CBO Box office

Nos Podcasts