Dean Stockwell, une espièglerie éternelle

Publié par Jacques Demange le 9 novembre 2021
Dean Stockwell - Code Quantum

Dean Stockwell en inoubliable Al dans la série Code Quantum

Disparu le 7 novembre 2021, Dean Stockwell affiche une carrière impressionnante de longévité. Avec près de quatre-vingt ans de bons et loyaux services rendus au cinéma et à la télévision, l’acteur américain passa d’enfant-star à interprète accompli, prêtant son talent aux plus grands cinéastes de ces huit dernières décennies.

 

 

 

Dean Stockwell - Dune de David Lynch

Dean Stockwell – Dune de David Lynch

De Dean Stockwell, le cinéphile se rappelle d’abord la trogne enfantine qui traversa le cinéma hollywoodien des années 1940 dans différents petits et grands rôles. À onze ans, il incarne le fils de Gregory Peck dans Le Mur invisible d’Elia Kazan, interprétation qui lui vaut le Golden Globe de la jeunesse.

 

Son air espiègle et ses yeux boudeurs se mettent au service du Garçon aux cheveux verts (Joseph Losey, 1948), autre fable social défendant le droit à la différence. Si Stockwell grandit et s’épanouit naturellement devant la caméra, il n’oublie pas que jouer constitue d’abord une profession qui nécessite de se perfectionner.

 

Adolescent, il développe ainsi un jeu fébrile qui valorise le caractère pathologique de certains de ses rôles. Ainsi du criminel intellectuel du Génie du mal (Richard Fleischer, 1959) qui affiche une insolence fascinante et rappelle par moment le Farley Granger de La Corde (Alfred Hitchcock, 1950).

 

Les années 1960 et 1970 le voit participer à certains projets expérimentaux du Nouvel Hollywood, l’acteur apparaissant dans Psych-Out (Richard Rush, 1968) et The Last Movie (1971) de Dennis Hopper (cinéaste qu’il retrouvera encore à deux reprises pour Une trop belle cible [1990] et Chasers [1994]).

 

Si pendant dix ans, Stockwell connaît une période de creux, il revient sur le devant de la scène au cours des années 1980. Apprécié par les grands auteurs (de Wim Wenders à David Lynch en passant par Francis Ford Coppola et Robert Altman), il se spécialise dans des seconds rôles qui lui permettent d’échapper définitivement à son image d’enfant star. Films policier (Police Fédérale Los Angeles [William Friedkin, 1985] ; Le Flic de Bervely Hills [Tony Scott, 1987]) et films de guerre (Jardins de pierre [Francis Ford Coppola, 1987] ; Air Force One [Wolfgang Petersen, 1997]) affichent sa virilité qui valorisent la sobriété d’un jeu devenu pleinement mature.

 

Malgré une riche filmographie, c’est bien grâce au petit écran que Stockwell deviendra un visage familier du grand public contemporain. Parmi les nombreuses séries auxquelles il participa, Code Quantum (1989-1995) demeure la plus populaire. Durant cinq saisons, l’acteur prête ses traits au contre-Amiral Al Calavicci, un hologramme venu soutenir le scientifique Samuel Beckett (Scott Bakula).

 

La fidélité de Stockwell à ce rôle s’explique sans doute par ses potentialités comiques qui, quelques quarante années après ses débuts au cinéma, lui permettaient de réinvestir cet air espiègle appelé à devenir éternel.

Commentaires

A la Une

Ang Lee va réaliser un biopic sur Bruce Lee, avec son propre fils dans le rôle principal

Le réalisateur de Tigre et Dragon et de L’Odyssée de Pi est annoncé aux commandes d’un biopic sur Bruce Lee,… Lire la suite >>

Les Gardiens de la Galaxie Vol. 3 : Une bande-annonce pour la conclusion de la trilogie spatiale de Marvel

La dernière aventure des Gardiens de la galaxie se dévoile à travers une première bande-annonce.       Depuis la… Lire la suite >>

Indiana Jones et le Cadran de la Destinée : Premier trailer pour le cinquième opus de la saga

Le nouveau film Indiana Jones se révèle à travers une première bande-annonce entre nostalgie et grande aventure.      … Lire la suite >>

Easy Rider : Une nouvelle version du film culte en préparation

Plus de cinquante ans après sa sortie, Easy Rider de Dennis Hopper avec Peter Fonda et Jack Nicholson pourrait avoir… Lire la suite >>

Copenhagen Cowboy : Un nouveau trailer coloré et énigmatique pour la série de Nicolas Winding Refn

La nouvelle série du réalisateur de Drive, à destination de Netflix, se dévoile un peu plus à travers une envoûtante… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BLACK PANTHER : WAKANDA FOREVER 392 564 3 2 810 290
2 SIMONE - LE VOYAGE DU SIECLE 201 751 7 2 024 616
3 COULEURS DE L'INCENDIE 129 914 3 620 671
4 LE MENU 124 279 1 124 279
5 RESTE UN PEU 113 050 2 265 745
6 LES MIENS 98 004 1 98 004
7 MASCARADE 77 221 5 798 310
8 LES FEMMES DU SQUARE 66 258 2 172 086
9 ARMAGEDDON TIME 60 612 3 309 249
10 NOVEMBRE 58 451 8 2 298 497

Source: CBO Box office

Nos Podcasts