Livre / Claude Chabrol. Contes cruels : critique

Publié par Jacques Demange le 24 décembre 2021

Résumé : Soucieuse d’emmener le spectateur vers plus de lucidité, l’œuvre de Claude Chabrol emprunte très souvent le détour du cinéma de genre pour mieux sonder l’inégalité sociale ou interroger l’illusion d’émancipation à travers le sort de rêveurs qui courent à leur perte, pour en définitive, derrière la distance du réalisme stylisé, nous rendre proches de monstres qui ne le sont guère moins que l’entourage ou la société dans laquelle ils évoluent.

♥♥♥♥♥

 

Claude Charol - Eclipses n69

Claude Charol – Revue Eclipses n°69

Comme de coutume, la revue Éclipses se propose de revisiter l’œuvre d’un cinéaste consacré à travers différents articles dont la méthode repose pour l’essentiel sur l’analyse de séquences. Dans le cas de Claude Chabrol, cette approche affirme toute sa pertinence, permettant de valoriser la cohérence d’une œuvre qui se définit principalement par un goût pour les extrêmes. Difficile a priori de rapprocher le réalisateur du Beau Serge (1958) et des Cousins (1959) de celui du Docteur M (1990) et de Bellamy (2009). Riche de près de soixante longs métrages réalisés pour le cinéma et de près d’une trentaine de productions pour le petit écran, la filmographie de Chabrol ne se laisse pas aborder facilement et ses admirateurs ont généralement tendance à se focaliser sur ses principales réussites qui, de ses premières réalisations marquées du sceau de la Nouvelle Vague à ses opus majeurs sortis dans les années 1960 et 1970 (Que la bête meure [1969] et Le Boucher [1970]  en tête), dressent le portrait d’un cinéaste aussi à l’aise avec l’esprit du drame familial qu’avec l’atmosphère du film criminel. Violaine Caminade de Schuytter, agrégée de lettre et coordinatrice du présent volume, a ainsi raison de décrire l’art de Chabrol comme celui d’une incommodation, perturbant le critique qui chercherait à interpréter son œuvre à travers une lecture auteuriste. Pourtant, de grands traits communs relient bel et bien ses différents films. En premier lieu, celui de la recherche d’un contraste qui voit Chabrol aborder genres, thématiques et motifs selon l’idée d’une opposition incessante et constructive. Le rapport de forces établi par le couple, essentiel chez lui, se retrouve aussi à travers la confrontation des pratiques.

 

De la page écrite à l’image en mouvement, les auteurs soulignent les qualités d’adaptateur de Chabrol qui retient de ses collaborations avec le scénariste Paul Gégauff un intérêt pour l’histoire manuscrite qui se constitue comme le moteur principal du récit cinématographique. Cet intérêt pour le texte ne retire rien à l’excellence d’une mise en scène brillamment analysée par les différents contributeurs de ce volume et qui permet au cinéaste d’approfondir certains codes génériquement établis (ainsi de son incursion dans le fantastique avec Alice ou la dernière fugue [1972] qui bénéficie ici d’une étude approfondie et particulièrement stimulante) ou d’aborder des postures (la grimace) qui tendent un miroir à nos propres comportements d’animaux sociaux.

 

La recherche de confrontation concerne aussi le tournage, moment particulièrement apprécié par Chabrol qui éprouve dans toute sa complexité le premier facteur humain du Septième art : l’acteur. Ses relations professionnelles avec Stéphane Audran, Jean Yanne ou Isabelle Huppert donnent ainsi lieu à de nombreux propos intéressants qui permettent d’éclairer sous un nouveau jour la figure du cinéaste. Car derrière sa désinvolture apparente, Chabrol s’est toujours révélé un orchestrateur expert, conscient des qualités et des limites de ses films, feignant d’incarner le statut du cinéaste touche-à-tout pour mieux assumer, en toute humilité, son goût pour l’insolite, le bizarre, et les (grands) écarts.

 

 

 

  • CLAUDE CHABROL. CONTES CRUELS
  • Autrice : Violaine Caminade de Schuytter (sous la direction de)
  • Éditions : Éclipses n°69
  • Date de parution : Décembre 2021
  • Langues : Français uniquement
  • Format : 168 pages
  • Tarifs : 15 €

Commentaires

A la Une

Nyad : Jodie Foster rejoint Annette Bening dans le biopic consacré à Diana Nyad

Jodie Foster sera aux côtés d’Annette Bening pour les débuts des documentaristes Jimmy Chin et Elizabeth Chai Vasarhelyi au cinéma,… Lire la suite >>

The Girl From Plainville : premier aperçu d’Elle Fanning dans la série tirée de l’affaire Commonwealth v. Michelle Carter

La prochaine série d’Hulu, prévue pour cet été, reviendra sur l’affaire Michelle Carter, accusée d’homicide involontaire dans le suicide de… Lire la suite >>

Johnny Depp en Louis XV dans le prochain Maïwenn

Discret sur les écrans depuis ses déboires judiciaires, Johnny Depp devrait apparaître sous les traits du roi Louis XV devant… Lire la suite >>

Heat 2 : une date de sortie enfin annoncée pour le roman de Michael Mann

Annoncé en 2016, Heat 2 sera publié en août 2022 aux États-Unis et reviendra sur les origines des protagonistes puis… Lire la suite >>

Gaspard Ulliel nous a quittés à l’âge de 37 ans

L’acteur Gaspard Ulliel est décédé tragiquement ce 19 janvier 2022 des suites d’un accident de ski en Savoie. Ses débuts… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 SPIDER-MAN : NO WAY HOME 310 286 5 6 444 355
2 ADIEU MONSIEUR HAFFMANN 261 930 1 261 930
3 SCREAM 212 555 1 212 555
4 TOUS EN SCENE 2 145 018 4 2 147 464
5 THE KING'S MAN : PREMIERE MISSION 131 293 3 670 114
6 OUISTREHAM 126 975 1 126 975
7 EN ATTENDANT BOJANGLES 125 509 2 353 985
8 LICORICE PIZZA 75 170 2 192 041
9 ENCANTO, LA FANTASTIQUE FAMILLE MADRIGAL 71 194 8 2 601 773
10 MATRIX RESURRECTIONS 61 990 4 919 226

Source: CBO Box office

Nos Podcasts