Résumé : Dans leur majeure partie, les intellectuels n’aiment pas Lelouch ! Trop faciles, toujours identiques à eux-mêmes, laissant la part belle à la vie, à l’innocence et à l’amour, les films de Lelouch ne semblent pas écrits. Et c’est bien là tout le problème. Dans ce court essai, Bruno Lavillatte analyse, à partir des déclarations du grand cinéaste et celles des critiques — souvent formatés par la littérature — les origines de ce désamour entre ceux qui ont dit jadis que « vous n’entendrez plus jamais parler de ce nom » et celui qui, aujourd’hui, a réalisé plus de 50 films !

♥♥♥♥♥

 

Lelouch - livre

Lelouch – livre

Pour Bruno Lavillate, ancien professeur de philosophie et spécialiste de la Renaissance, le cinéma de Claude Lelouche tient d’une simplicité propre à une certaine évidence. De fait, ses films relèvent d’un ressenti qui absout toute mise à distance réflexive ou intellectuelle, une singularité qui explique le désaveu d’une large frange de la critique institutionnelle à son endroit. C’est à partir de ce postulat que l’étude de Lavillate prend corps. Comprendre Lelouche à partir des impressions et des émotions que la vision de ses productions a pu susciter chez l’auteur et son lecteur. L’idée est belle et permet de revenir à l’essentiel : l’espace, le temps, le mouvement, la musique. Se référant à de nombreux entretiens, l’ouvrage analyse les particularités d’un cinéma qui se développe à travers les tonalités d’une émotion partagée. L’art du cinéaste se décline donc selon sa propre méthodologie de tournage : de la simplicité, une pensée qui vogue au gré des images et de l’imprévu des rencontres. Du plan-séquence aristocratique à l’artisanat du montage, de l’improvisation à la direction fédératrice, de son passé de cadreur pour les films d’actualités à ses plus grands succès, son rapport aux nouvelles technologies et à ses contemporains, Lavillate explore les fondements de l’artiste Lelouche. L’écriture de l’auteur, elle aussi, se déploie à travers une certaine liberté de ton(s). Le texte ne craint ni les répétitions ni les exclamations, soulignant un enthousiasme qui donne au lecteur l’envie de retourner aux films et d’éprouver le ressenti qui l’avait submergé alors. Si la qualité de la réflexion n’accuse aucun essoufflement, il faut signaler l’absence de tout annexe. Ni bibliographie ni filmographie donc, un manque qui s’accompagne de la présence ponctuelle de quelques coquilles et d’inversions patronymiques (Jacques Rivette transformé en Claude Rivette par exemple). Bien que ces défauts ne mettent pas directement en cause la valeur général du propos, ils restent malgré tout regrettables.

 

 

 

  • LELOUCH (CLAUDE), RETENEZ BIEN CE NOM… PETITE HISTOIRE D’UNE INCOMPRÉHENSION CRITIQUE
  • Auteur : Bruno Lavillatte
  • Éditions : Ocrée
  • Date de parution : 15 avril 2019
  • Format : 186 pages
  • Tarif : 20 €

Commentaires

A la Une

L’appel des 50 : les éditeurs vidéo français poussent un cri de détresse pour sauver le secteur

Cinquante éditeurs vidéo français s’unissent et appellent à sauver le secteur. Le marché de la copie physique (DVD, Blu-ray, Ultra… Lire la suite >>

Mort de George Floyd : le discours poignant de l’acteur John Boyega

L’interprète de Finn, héros de la saga Star Wars, s’est fait le porte-voix de l’indignation face à l’impunité des meurtres… Lire la suite >>

Ari Aster travaille sur une comédie cauchemardesque de 4 heures

Le réalisateur d’Hérédité et de Midsommar n’en a pas fini de traumatiser des rétines et se lance dans un nouveau… Lire la suite >>

Lovecraft Country : second trailer pour la série coproduite par J.J Abrams et Jordan Peele

La série de huit épisodes de Lovecraft Country, qui donne vie aux créatures lovecraftiennes dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950,… Lire la suite >>

Léa Seydoux dans Le bal des folles d’Arnaud des Pallières

Prochainement à l’affiche des très attendus The French Dispatch et Mourir peut attendre, Léa Seydoux décroche le rôle principal du… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts