Livre / Hommage à Satoshi Kon : critique

Publié par CineChronicle le 27 janvier 2022

Résumé : Réalisateur mythique à la filmographie pourtant abrégée par un décès prématuré, Satoshi Kon propose des œuvres captivantes qui interrogent l’identité : pas seulement celle de l’individu, mais de la société japonaise dans son ensemble. À travers ses héros complexes et protéiformes, aussi bien vedettes du grand écran au crépuscule de leur vie que psychothérapeutes naviguant entre rêve et réalité, un des géants de l’animation japonais nous entraîne dans une odyssée au cœur de la face cachée de la nature humaine.

♥♥♥♥♥

 

Hommage a Satoshi Kon - livre

Hommage a Satoshi Kon – livre

Disparu en 2010, Satoshi Kon profite en France d’une solide réputation consolidée tout au long de ses vingt ans de carrière de mangaka et de réalisateur. Bounthavy Suvilay, journaliste et enseignante, se propose d’analyser l’ensemble de cette œuvre caractérisée par un foisonnement rarement égalé dans le domaine du cinéma (d’animation). Le terme d’ « analyse » a ici son importance. Loin de se limiter à une simple monographie, l’écrit cherche à décrypter les spécificités stylistiques du cinéaste et, partant, à comprendre les modalités de la rencontre entre l’art du dessin et celui des images en mouvement. À grand renfort de citations glanées au sein d’entretiens en langue japonaise, l’auteure montre en quoi l’implication du réalisateur aux différentes étapes de création de ses films se prolonge à travers une réflexion féconde sur les spécificités techniques de sa pratique. Relativisant l’apport du numérique et plus particulièrement des images de synthèse dans la conception de l’œuvre animée, Satoshi Kon prône une maîtrise et une volonté de nuances qui fait écho à la forme même de ses films. Car du souvenir et du rêve, thématiques centrales de sa filmographie, Kon retient le caractère épars et dilué qui permet de valoriser l’élément et le potentiel polysémique contenu par celui-ci. D’où la récupération de la forme aléatoire propre à l’écriture automatique dans la conception de certaines séquences de Paprika (2006), d’où aussi la profusion référentielle dont fait état Millenium Actress (2001), Satoshi Kon composant l’identité de ses rôles à partir de renvois multiples à des figures iconiques du cinéma japonais (Kinuyo Tanaka, Setsuko Hara).

 

Loin de relever d’une quelconque gratuité cinéphile, ces références se mettent au service de l’autoréflexivité engagée par les scénarios du réalisateur. Cette approche déconstructiviste rejoint par ailleurs le désir de Satoshi Ko, de surprendre le spectateur que ce soit par l’inscription d’une temporalité inédite à l’intérieur d’un format particulier (la dynamique répétitive de Perfect Blue [1997], sorti directement en VHS, qui impose au téléspectateur une lecture attentive des images pour saisir les tenants et aboutissants du récit) ou en adoptant une démarche transdisciplinaire qui le voit mêler des motifs provenant d’horizons culturels différents (Tokyo Godfathers [2003] dont la matrice occidentale est réinterprétée par le prisme du regard oriental).

 

Pour Suvilay, l’originalité du réalisateur se trouve dans son montage qui comme chez ses principaux modèles (Jean-Pierre Jeunet, Michel Gondry, le Brazil [1985] de Terry Gilliam) est à la fois perçu comme un producteur de rythmes et le grand pourvoyeur de sensations qui valorisent la puissance cinématographique située au cœur de sa mise en scène.

 

Soucieux de s’adresser à un lectorat qui n’aurait pas nécessairement les clés pour comprendre la teneur de cette analyse, l’écrit aménage des encarts consacrés aux grands principes du découpage (description des raccord, définition de l’effet Koulechov). Se concluant par trois entretiens avec des spécialistes du cinéma d’animation japonais, ce bel hommage affirme une volonté de précision et de clarté forte louable. Il convient enfin de remarquer que l’excellence du fond est parfaitement soutenue par la mise en page de la maison Ynnis qui profite du format Mook pour allouer une grande place aux illustrations de bonne facture.

 

 

 

  • HOMMAGE À SATOSHI KON
  • Auteur : Bounthavy Suvilay
  • Éditions : Ynnis
  • Date de parution : 19 janvier 2022
  • Langues : Français uniquement
  • Format : 128 pages
  • Tarifs : 16,50 €

Commentaires

A la Une

Megalopolis : Le tournage du prochain Coppola commence cet automne

Francis Ford Coppola a terminé le casting de Megalopolis, son drame épique qu’il va tourner cet automne en Géorgie.  … Lire la suite >>

Dune – The Sisterhood : Emily Watson et Shirley Henderson au casting de la série d’HBO Max

Emily Watson et Shirley Henderson seront les têtes d’affiche de la série Dune : The Sisterhood, un préquel de Dune… Lire la suite >>

Diane Kruger en Marlène Dietrich dans la série de Fatih Akin

En 2017, Diane Kruger remportait le prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes pour son rôle dans In the fade…. Lire la suite >>

Le Flic de Beverly Hills 4 : Kevin Bacon rejoint le casting du film Netflix

Le quatrième épisode de la fameuse saga policière prend forme doucement mais sûrement, avec l’arrivée de Kevin Bacon.    … Lire la suite >>

Le Cabinet de curiosités : Une bande-annonce pour la série d’anthologie horrifique de Netflix

Guillermo del Toro nous ouvre les portes de son cabinet de curiosités dans la bande-annonce de la nouvelle série d’horreur… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 AVATAR (REP 2022) 335 359 1 335 359
2 UNE BELLE COURSE 180 034 1 180 034
3 DON'T WORRY DARLING 151 272 1 151 272
4 LES ENFANTS DES AUTRES 142 402 1 142 402
5 KOMPROMAT 126 665 3 468 529
6 REVOIR PARIS 117 695 3 375 320
7 CHRONIQUE D'UNE LIAISON PASSAGERE 82 643 2 202 433
8 LE VISITEUR DU FUTUR 59 583 3 290 613
9 BULLET TRAIN 46 357 8 1 514 561
10 TAD L'EXPLORATEUR ET LA TABLE D'EMERAUDE 44 274 5 440 198

Source: CBO Box office

Nos Podcasts