The Lost Daughter de Maggie Gyllenhaal : critique

Publié par Jacques Demange le 6 janvier 2022

Synopsis : Lors de vacances à la mer en solitaire, Leda est fascinée par une jeune mère et sa fille qu’elle observe sur la plage. Bouleversée par leur relation fusionnelle (ainsi que par leur grande famille bruyante et intimidante), Leda est submergée par la terreur, la confusion et l’intensité de ses souvenirs de maternité précoce.

♥♥♥♥

 

The Lost Daughter - affiche

The Lost Daughter – affiche

C’est à une curieuse rencontre que nous convie The Lost Daughter, premier long métrage de l’actrice Maggie Gyllenhaal. En décrivant le séjour d’une professeur d’université (Olivia Colman) sur la plage d’une côte grecque, le film opte pour la multiplicité de trajectoires soudain abandonnées puis reprises et recommencées afin de retranscrire la profondeur d’une impression. C’est à travers cette désorientation apparente que le film assure sa maîtrise. Inspirée par l’écriture de la romancière italienne Elena Ferrante dont elle se propose d’adapter la prose, la mise en scène de Gyllenhaal oscille entre brutalité et douceur pour mieux déconstruire l’apparente quiétude de son atmosphère. À la manière d’une ethnologue, l’héroïne observe la micro-société qui prend forme devant ses yeux, en décrypte les rapports de force et les enjeux, s’y immisce tout en conservant sa distance. Croyant s’élever au-dessus de la tribu familiale dont elle raille les comportements et habitudes, le personnage ne tarde pas à entamer sa chute. Car, au-delà de la frontière sociale, l’expérience du souvenir comble l’écart, rapproche, consolide et détruit à la fois. C’est par l’anecdote que le récit de The Lost Daughter parvient à jouer au niveau de l’allégorique et du symbole. La perte d’une poupée ou la simple chute d’une pomme de pin se constituent comme des événements dont le caractère au semblant aléatoire n’empêchent la production de sens. Car Gyllenhaal s’emploie à les associer ou plutôt à les télescoper pour explorer l’intensité de ces liens souterrains qui tissent le fil de toute existence.

 

The Lost Daughter

Olivia Colman – The Lost Daughter

 

Le passé réapparaît moins qu’il tombe lui aussi, à la manière des gouttes de pluie ou des rayons du soleil, pour se répandre dans les grains du sable friable et pourtant éprouvant de chaleur et lourd d’humidité. C’est ici que le film de Gyllenhaal parvient à nous faire ressentir le goût de l’impression. Ainsi de l’amertume qui se dégage d’une ambivalence, de l’acidité d’une confrontation ou de la douceur d’une rencontre.

 

Cette communication est à la fois assurée par la mise en scène subtile de la réalisatrice et par l’interprétation d’Olivia Colman. Après The Lobster (Yorgos Lanthimos, 2015) et The Father (Florian Zeller, 2020), l’actrice britannique continue d’afficher une impressionnante aptitude à cerner les nuances de ses personnages. Ses nombreux gros plans prennent une valeur directrice, Colman jouant principalement de ses moues pour exprimer la fragilité et l’inquiétude qui foudroient momentanément l’apparente sérénité de son rôle.

 

The Lost Daughter

The Lost Daughter

 

N’ayons pas peur des comparaisons : The Lost Daughter a parfois les allures d’un Mort à Venise helléniste. Le film réveille en même temps qu’il émerveille par la fraîcheur d’un ton aussi réjouissant que revigorant.

 

 

 

  • THE LOST DAUGHTER
  • Diffusion : 31 décembre 2021
  • Chaîne / Plateforme : Netflix
  • Réalisation : Maggie Gyllenhaal
  • Avec : Olivia Colman, Ed Harris, Dakota Johnson, Jessie Buckley, Peter Sarsgaard, Paul Mescal, Oliver Jackson-Cohen, Jack Farthning, Dagmara Dominczyk
  • Scénario : Maggie Gyllenhaal (d’après le roman Poupée volée d’Elena Ferrante)
  • Production : Charles Dorfman, Maggie Gyllenhaal, Osnat Handelsman-Keren, Talia Kleinhendler
  • Photographie : Hélène Louvart
  • Montage : Affonso Gonçalves
  • Musique : Dickon Hinchliffe
  • Décors : Inbal Weinberg
  • Costumes : Edward K. Gibbon
  • Durée : 2 h 01

 

Commentaires

A la Une

Bones and All : Une bande-annonce pour le film de Luca Guadagnino avec Timothée Chalamet

Le prochain film du réalisateur de Call Me By Your Name, Bones and All, avec Timothée Chalamet, se dévoile dans… Lire la suite >>

Matrix : Un spectacle de danse adapté par le réalisateur Danny Boyle

Trois ans après son dernier film Yesterday et la réalisation de la série Pistols, Danny Boyle ne semble pas près… Lire la suite >>

Longing : Richard Gere à l’affiche du remake du film israélien

Le réalisateur israélien Savi Gabizon sera à la tête du remake de son propre film Longing, sorti en 2017, avec… Lire la suite >>

The Gray House : Kevin Costner et Morgan Freeman à la production d’une série d’espionnage

Les sociétés des productions de Kevin Costner et Morgan Freeman s’associent pour produire une série limitée d’espionnage avec des femmes… Lire la suite >>

Here : Tom Hanks, Paul Bettany et Robin Wright dans le prochain Robert Zemeckis

Alors que son adaptation en live action de Pinocchio est sortie sur Disney+ début septembre, son réalisateur Robert Zemeckis va… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 AVATAR (REP 2022) 335 359 1 335 359
2 UNE BELLE COURSE 180 034 1 180 034
3 DON'T WORRY DARLING 151 272 1 151 272
4 LES ENFANTS DES AUTRES 142 402 1 142 402
5 KOMPROMAT 126 665 3 468 529
6 REVOIR PARIS 117 695 3 375 320
7 CHRONIQUE D'UNE LIAISON PASSAGERE 82 643 2 202 433
8 LE VISITEUR DU FUTUR 59 583 3 290 613
9 BULLET TRAIN 46 357 8 1 514 561
10 TAD L'EXPLORATEUR ET LA TABLE D'EMERAUDE 44 274 5 440 198

Source: CBO Box office

Nos Podcasts