Ai Weiwei, artiste dissident de l’ère numérique, inspire l’opinion publique internationale et brouille les frontières entre art et politique. Arrêté par les autorités chinoises le 3 avril 2011, libéré sous caution le 22 juin, Ai Weiwei est, à ce jour, interdit de sortie du territoire. « Ai WeiWei: Never sorry », est le portrait d’un artiste engagé qui affronte sans relâche l’Etat chinois et nous rappelle de manière essentielle notre besoin de liberté individuelle, politique et artistique.

 

♥♥♥♥

 

La journaliste américaine indépendante Alison Klayman signe un documentaire didactique, sensible et important sur l’artiste et dissident chinois Ai Weiwei, qu’elle a suivi pendant deux ans dans sa lutte acharnée pour la liberté d’expression contre le système du régime communiste de Pékin. Ai WeiWei : Never Sorry, lauréat du prix spécial du Jury au festival de Sundance, retrace le parcours artistique et politique de cette personnalité influente de l’art contemporain de 54 ans, qui a fait la Une des tabloïds internationaux après avoir été arrêté le 3 avril 2011 et réduit au silence dans un lieu tenu secret pendant 81 jours par le gouvernement chinois. Accusé de fraude fiscale, il a été libéré sous caution mais est désormais en liberté surveillée et interdit de sortir du territoire. Dans un traitement classique et au travers d’images fortes et éloquentes, accompagnées d’entretiens avec sa famille (particulièrement sa mère et son unique fils), ses fidèles partisans et des personnalités du monde de l’Art, Klayman nous confronte au combat sans relâche de cet homme charismatique, fils d’un célèbre intellectuel et poète dénoncé comme « ennemi du peuple » de la révolution culturelle. Le documentaire s’ouvre sur le studio d’Ai WeiWei, peuplé de chats, dont l’un possède la faculté de savoir ouvrir les portes, et l’on suit progressivement les différents aspects de sa carrière en tant qu’architecte, plasticien, artiste conceptuel, photographe, blogueur et surtout tweeter militant, courageux et endurant. Ai WeiWei se considère comme ‘un joueur d’échec’ attendant que son adversaire fasse le prochain pas.

 

 

Ai WeiWei : Never Sorry, qui a fait salle comble lors de l’avant-première spéciale à l’Espace Pierre Cardin à Paris, est un puissant reportage contre la répression, à la fois émouvant, drôle et dramatique. Car Alison Klayman brosse le portrait de cet artiste-agitateur original et inspirant de renommée internationale, qui affronte qui affronte au quotidien un danger dont il est pleinement conscient, tout en gardant un esprit plein d’humour, calme, tempéré (Le danger est bien là… mais le danger est plus grand si vous n’agissez pas). Entre menaces, accusations, démolition de son atelier et autre agression physique de la police, Ai WeiWei devient un tweeter fou. Tout se retrouve instantanément exprimé et publié en 140 caractères sur son compte Twitter (@aiww), son unique offensive numérique contre un pouvoir en place dénué de toute transparence et de toute vérité. Il s’exprime encore plus depuis la fermeture de son blog par les autorités chinoises, après avoir dénoncé leur corruption et leur responsabilité et révélé les noms des victimes du séisme au Sichuan en 2008. Outre cet efficace état des lieux sur l’évolution de la Chine, Klayman nous fait voyager d’une exposition à une autre en passant par ses années révélatrices à New York où Ai WeiWei a débuté sa carrière d’artiste conceptuel, puisant ses références chez des artistes comme Andy Warhol. Pour lui, l’art et la politique sont inextricablement liés. On le découvre ainsi à la Tate Modern de Londres en 2010 pour son projet Sunflower Seeds où il a disposé sur le sol près de 100 millions de graines de tournesol en céramique peinte, ou encore posant nu devant l’objectif dans son atelier, entouré de plusieurs femmes, qui a lui a valu d’être accusé de pornographie. Et bien sûr la fameuse série de clichés du doigt d’honneur lancé à des monuments célèbres, dont la Tour Eiffel, qui représente l’affiche française. Il a aussi politisé le tube du moment en succombant au Gangnam style, mais avec des menottes. Ai WeiWei : Never Sorry est un documentaire captivant qui regorge d’aphorismes et de paroles fortes et sensées qui marquent l’esprit révélant un homme d’une grande intelligence dans cette quête inassouvie des droits humains…

 

 

 

AI WEIWEI : NEVER SORRY écrit et réalisé par Alison Klayman en salles le 5 décembre avec Ai WeiWei, Chen Danqing, Changwei Gu, Huang Hung. Producteurs : Alison Klayman, Adam Schlesinger. Directeur de la Photographie : Alison Klayman. Compositeur : Ilan Isakov. Montage : Jennifer Fineran. Distribution : Haut et Court. Durée : 1h31.

.

Commentaires

A la Une

Cannes 2024 : Le Studio Ghibli sera récompensé d’une Palme d’or d’honneur

Pour la première fois de son histoire, le comité d’organisation du Festival de Cannes va décerner une Palme d’Or d’honneur collective à un studio de cinéma. Un choix audacieux pour …

Y a-t-il un flic : Pamela Anderson rejoint Liam Neeson dans le remake 

Le projet de remake de la saga Y a-t-il un flic va raviver la nostalgie de nombreux fans, avec l’arrivée de l’icône Pamela Anderson aux côtés de Liam Neeson.

Cannes 2024 : La Quinzaine des cinéastes dévoile sa sélection officielle

La 56e sélection de la Quinzaine des cinéastes se révèle avec des films indépendants, engagés et atypiques à travers le globe.

Cannes 2024 : La sélection de la Semaine de la Critique

La Semaine de la Critique, qui aura lieu entre le 15 et le 23 mai, a dévoilé sa sélection qui vise toujours à mettre en avant les premiers et seconds longs-métrages.

Cannes 2024 : La sélection officielle dévoilée

La sélection officielle de cette 77e édition du Festival de Cannes promet d’être intéressante. Un nouveau film de Yórgos Lánthimos avec Emma Stone, le retour de la saga Mad Max, un projet de Francis Ford Coppola vieux de presque 40 ans, et bien d’autres surprises…

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 S.O.S FANTOMES : LA MENACE DE GLACE 308 185 1 308 185
2 KUNG FU PANDA 4 300 396 3 1 460 893
3 GODZILLA X KONG : LE NOUVEL EMPIRE 245 400 2 688 104
4 NOUS, LES LEROY 204 366 1 204 366
5 DUCOBU PASSE AU VERT ! 163 343 2 394 526
6 LA MALEDICTION : L'ORIGINE 104 374 1 104 374
7 DUNE DEUXIEME PARTIE 92 500 7 3 957 190
8 LE MAL N'EXISTE PAS 69 187 1 69 187
9 PAS DE VAGUES 63 322 3 328 687
10 ET PLUS SI AFFINITES 58 491 2 208 240

Source: CBO Box office

Nos Podcasts