Avant l’hiver de Philippe Claudel: critique

Publié par CineChronicle le 26 novembre 2013

Paul est un neurochirurgien de soixante ans. Quand on est marié à Lucie, le bonheur ne connaît jamais d’ombre. Mais un jour, des bouquets de roses commencent à être livrés anonymement chez eux au moment même où Lou, une jeune fille de vingt ans, ne cesse de croiser le chemin de Paul. Alors commencent à tomber les masques : les uns et les autres sont-ils vraiment ce qu’ils prétendent être ? La vie de Paul et Lucie est-elle celle dont ils avaient rêvé ? Qui ment et qui est vrai ? Est-il encore temps, juste avant l’hiver de la vie, d’oser révéler les non-dits et les secrets ? Où sont les monstres et qui sont les anges ?

 

♥♥♥♥♥

 

Avant l'Hiver afficheSur des airs d’opéras et avant l’hiver, Philippe Claudel délivre un troisième long-métrage où tombent des jardins secrets et des non-dits, avant que ne fleurissent à nouveau les bourgeons de la vérité et que la vie reprenne son cours. Ce sont encore des personnages enfermés dans leur monde que nous propose le réalisateur d’Il y a longtemps que je t’aime et de Tous les Soleils. Une ambiance glaciale et brumeuse où passe la vie à travers des portraits d’individus bien dépeints. Il s’agit ici d’un couple bourgeois et d’une vie trop rangée avec Paul (Daniel Auteuil), en passe de ne plus ressentir d’émotion, et sa femme Lucie (Kristin Scott Thomas), à la beauté froide et tranquille. Et puis il y a leur meilleur ami psychiatre (Richard Berry) qui semble savoir ce qu’il veut depuis le départ. Ce couple est comme une feuille que la moindre secousse peut ébranler. Leur maison architecturale est une prison dorée, reculée dans un espace verdoyant que Lucie s’efforce de construire et d’entretenir. Cette femme, contrairement à son mari, prend le temps et en a. C’est le syndrome du couple marié depuis longtemps où mari et femme se croisent à l’heure du petit-déjeuner et du dîner en échangeant des banalités et des paroles de confort. Claudel parvient à esquisser ici une vérité rarement atteinte au cinéma. Aucune scène n’est de trop, aucun dialogue n’est superflu, tout est habilement suggéré et doucement accompagné de musique appropriée.

 

Avant l'Hiver

 

C’est un opéra tragique qui se déroule sous nos yeux, une fresque fragile sur l’usure du temps dans le couple et sa progéniture. Un fils banquier affichant une belle réussite professionnelle, une épouse sensible et un enfant qui rayonne de bonheur. Pourtant cette surface lisse dans leurs relations laisse entrapercevoir des failles profondes lors des rares moments familiaux. Père et fils ne s’entendent pas et la bru, devenue mère, semble à son tour accablée par sa vie. Constat terrible. Personne n’est en réalité heureux. Seules les apparences réussissent encore à sauver la donne. Il n’existe à priori aucun élément perturbateur qui puisse dévaster cette vie trop paisible. Sauf que le spontané n’a aucune place. Tout leur emploi du temps est connu d’avance. Le seul débordement est la sœur de Lucie, internée depuis plusieurs années. Son mal être dévaste son visage mais ne semble plus toucher Lucie ni Paul d’ailleurs, qui reste silencieux lors de leur visite à l’hôpital.

 

Avant l'Hiver

 

Mais il y a Lou (Leïla Bekhti) qui surgit de nulle part et rôde autour de Paul, faisant basculer le film dans un thriller au rythme calme. Si ses ambitions sont floues, elle est ici pour le séduire. Mais il ne s’agit pas tant de tromper l’autre que de savoir si chacun s’est trompé sur sa propre vie. La belle Leïla se transforme alors en une rose rouge dont les épines vont piquer la curiosité de cet homme à la vie trop rangée sous une carapace indestructible. Car Paul offre un visage étrangement impassible et des émotions neutres. C’est au travers d’elle que ses questionnements surgissent. Est ce que sa vie a vraiment un sens ? Mais ce personnage féminin pas toujours très bien caractérisé est aussi le défaut du film. A trop vouloir cacher les éléments narratifs, Claudel nous fait nous perdre en conjectures lors des révélations qui tombent comme un cheveu sur la soupe dans le dernier acte. Avant l’Hiver reste cependant une belle ambition, celle d’expliquer le calme apparent d’une vie sans heurts où inlassablement se bousculent les torts des uns et des autres. Ce troisième long-métrage, d’une pudeur exceptionnelle, conte ainsi l’histoire d’une dérive sans gravité mais nécessaire avant l’implosion du jusqu’ici tout-était-resté-parfait.

 

Chloé Anyways

 

 

 

AVANT L’HIVER écrit et réalisé par Philippe Claudel en salles le 27 novembre 2013 avec Kristin Scott Thomas, Daniel Auteuil, Leïla Bekhti, Richard Berry. Producteurs : Yves Marmion et Romain Rojtman. Photographie : Denis Lenoir. Montage : Elisa Aboulker. Décors : Samuel Deshors. Son : Pierre Lenoir, François Dumont, Michel Schillings. Musique : André Dziezuk. Distribution : UGC. Durée : 1h42.


Commentaires

A la Une

Officier et Gentleman : Un remake en préparation avec Miles Teller en tête d’affiche

L’acteur de Whiplash et de Top Gun Maverick reprendra le rôle tenu par Richard Gere dans le film original des… Lire la suite >>

Possession : Robert Pattinson s’associe au réalisateur de Smile pour un remake

L’acteur Robert Pattinson et le réalisateur des deux films Smile, Parker Finn, ont pour projet un remake du classique des… Lire la suite >>

Rebecca Ferguson et Idris Elba au casting du nouveau film de Kathryn Bigelow

Après sept ans d’attente, le retour de la réalisatrice oscarisée Kathryn Bigelow n’a jamais été aussi proche. Elle devrait accueillir… Lire la suite >>

The Hexagonal Hive and a Mouse in a Maze : Tilda Swinton dévoile la bande-annonce de son premier documentaire

L’actrice oscarisée Tilda Swinton, reconnue pour son talent et sa polyvalence, va faire ses débuts derrière la caméra.    … Lire la suite >>

Johnny Depp incarnera Satan et rejoint Jeff Bridges en Dieu dans le prochain Terry Gilliam

Le réalisateur britannique, ex-membre des Monty Python, débutera en janvier le tournage de son prochain long-métrage, The Carnival at the End… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 UN P'TIT TRUC EN PLUS 814 901 6 6 615 548
2 BAD BOYS : RIDE OR DIE 380 123 1 380 123
3 LA PETITE VADROUILLE 160 161 1 160 161
4 FURIOSA : UNE SAGA MAD MAX 129 139 3 733 751
5 LA PLANETE DES SINGES : LE NOUVEAU ROYAUME 124 678 5 2 202 100
6 BLUE & COMPAGNIE 73 907 5 1 059 188
7 ABIGAIL 40 364 2 121 026
8 LE DEUXIEME ACTE 36 950 4 455 689
9 MEMORY 28 125 2 86 758
10 MARCELLO MIO 23 269 3 162 548

Source: CBO Box office

Nos Podcasts