Synopsis : Lorsque le médaillé d’or olympique Mark Schultz est invité par le riche héritier John du Pont à emménager dans sa magnifique propriété familiale pour aider à mettre en place un camp d’entraînement haut de gamme, dans l’optique des JO de Séoul de 1988, Schultz saute sur l’occasion : il espère pouvoir concentrer toute son attention sur son entraînement et ne plus souffrir d’être constamment éclipsé par son frère, Dave. Obnubilé par d’obscurs besoins, du Pont entend bien profiter de son soutien à Schultz et de son opportunité de « coacher » des lutteurs de réputation mondiale pour obtenir – enfin – le respect de ses pairs et, surtout, de sa mère qui le juge très durement. Flatté d’être l’objet de tant d’attentions de la part de du Pont, et ébloui par l’opulence de son monde, Mark voit chez son bienfaiteur un père de substitution, dont il recherche constamment l’approbation. S’il se montre d’abord encourageant, du Pont, profondément cyclothymique, change d’attitude et pousse Mark à adopter des habitudes malsaines qui risquent de nuire à son entraînement. Le comportement excentrique du milliardaire et son goût pour la manipulation ne tardent pas à entamer la confiance en soi du sportif, déjà fragile. Entretemps, du Pont s’intéresse de plus en plus à Dave, qui dégage une assurance dont manquent lui et Mark, et il est bien conscient qu’il s’agit d’une qualité que même sa fortune ne saurait acheter. Entre la paranoïa croissante de du Pont et son éloignement des deux frères, les trois hommes semblent se précipiter vers une fin tragique que personne n’aurait pu prévoir…

 

♥♥♥♥

 

Foxcatcher - affiche

Foxcatcher – affiche

Fascinant, tragique, dérangeant et sinistre, Foxcatcher est un drame psychologique transcendant porté à son ultime point de non retour par la performance d’un trio d’acteurs totalement habités par leurs rôles. Le cinéaste américain des excellents Le Stratège et Truman Capote, qui marquait ses premiers pas en compétition officielle au dernier festival de Cannes, est reparti naturellement avec le Prix de la Mise en Scène, parvenant à galvaniser le monde des sports de lutte. Bennett Miller aborde plusieurs thématiques avec puissance et intelligence comme les rêves de gloire, le désir d’exister et de reconnaissance, les tentations de la richesse, la manipulation et l’abus de pouvoir. Ce drame, inspiré d’une histoire vraie, relate les événements qui ont entraîné l’assassinat de Dave Schultz, frère de Mark Schultz, deux champions de la lutte, dans les années 90 par John E. du Pont, un milliardaire malsain, manipulateur et cyclothymique. Foxcatcher est une œuvre tentaculaire et d’une noirceur manifeste, entièrement axée sur des personnages dans toutes leurs intériorités et leurs compléxités émotionnelles, parfaitement caractérisés, pensés, ressentis, pour livrer au spectateur – averti ou non – une montée en puissance qui prend aux tripes. Mention d’abord à Steve Carrell, ici fulgurant, méconnaissable et littéralement flippant. Récemment nominé à l’Oscar du meilleur acteur, ce spécialiste des comédies américaines est au sommet de son art et laisse enfin éclater toute sa virtuosité. Le regard soutenu, le port haut, le débit lent et un nez encore plus imposant que d’habitude, il dévoile au grand jour sa face cachée d’acteur à la fois grave, fragile, mélancolique et détraquée dans le rôle de ce milliardaire. C’est ce qu’on réclame du cinéma et Bennett Miller nous l’a donné. Mentions enfin à Channing Tatum aussi monumental qu’étonnant dans la peau complexe de Mark Schultz, ce médaillé d’or de lutte en manque d’assurance, évoluant dans l’ombre de son frère Dave, plein d’assurance. Ce dernier, coach et champion de lutte, marié et père de famille, est campé par Mark Ruffalo, également nommé à l’Oscar comme meilleur acteur dans un second rôle, qui dégage toujours autant de solidité et de prestance.

 

Channing Tatum et Steve Carell dans Foxcatcher de Bennett Miller / © Mars Distribution

Channing Tatum et Steve Carell dans Foxcatcher de Bennett Miller / © Mars Distribution

 

Le film se concentre particulièrement sur Mark Schultz et John du Pont, lequel l’ensorcelle par sa folie des grandeurs afin de remporter la coupe du monde olympique. Son objectif est de persuader son frère de rejoindre l’équipe. Entre silence soutenu et bande son au piano habilement utilisée, Foxcatcher fait éclater progressivement toutes les émotions comprimées (colères, hargnes, frustrations, envies, déceptions) et matérialise cette lente descente malsaine jusqu’à son paroxysme brutal. On salue d’ailleurs le travail sur le son qui joue une grande part dans cette réussite. Bennett Miller réaffirme ici sa pleine maîtrise dans l’art de transcender ses personnages et donc son récit. Car en dépit d’un scénario assez simple, coécrit par Dan Futterman et E. Max Frye, il parvient à canaliser une vraie tension palpable et à créer une force d’inertie et une dramatisation au travers de ces personnages existants. Il repousse ainsi les limites de l’univers sportif après Le Stratège, offrant deux heures d’immersion dans la sphère sclérosante de deux frères, au-delà de la rivalité. On les suit ainsi pris au piège des tourments et délires d’un milliardaire déséquilibré, féru d’armes à feu et encore sous l’emprise de sa mère (magnifique Vanessa Redgrave), qui pensait pouvoir tout acheter, bâtir un nouveau héros pour les Etats-Unis et sauver l’humanité…

 

 

 

  • FOXCATCHER de Bennett Miller en salles le 21 Janvier 2015.
  • Avec : Steve Carell, Channing Tatum, Mark Ruffalo, Vanessa Redgrave, Sienna Miller, Anthony Michael Halll, Guy Boyd, Dave Doc Bennett
  • Scénario : E. Max Frye, Dan Futterman
  • Production : Megan Ellison, Bennett Miller, Jon Kilik, Anthony Bregman
  • Photographie : Greig Fraser
  • Décors : Jess Gonchor, Kathy Lucas
  • Montage : Stuart Levy, Conor O’Neill, Jay Cassidy
  • Costumes : KasiaWalicka-Maimone
  • Musique : Rob Simonsen.
  • Distribution : Mars Distribution
  • Durée : 2h10

 .

Commentaires

A la Une

The Hand of God : Paolo Sorrentino retourne à Naples pour son prochain film pour Netflix

Probablement dédié à l’illustre footballeur Diego Maradona, The Hand of God marque le retour du réalisateur dans sa ville natale… Lire la suite >>

I’m Thinking of Ending Things : l’intriguant thriller écrit par Charlie Kaufman pour Netflix

Le scénariste adepte des histoires sinueuses a écrit et réalisé l’adaptation du roman horrifique I’m Thinking of Ending Things de… Lire la suite >>

Un jour sans fin pourrait être décliné en série

Le fameux Jour de la marmotte maintes fois vécu par Bill Murray pourrait revenir sur le petit écran, dans une… Lire la suite >>

Yes, God, Yes : Natalia Dyer se laisse aller à la tentation dans un trailer divinement drôle

La star de Stranger Things poursuit ses débuts au cinéma dans un premier rôle hilarant, celui d’une lycéenne catholique confrontée… Lire la suite >>

Le Maestro Ennio Morricone nous quitte à 91 ans

Le compositeur italien principalement connu pour ses nombreuses musiques de film est décédé le 6 juillet 2020 des suites d’une… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 167 748 16 380 533
2 DE GAULLE 100 544 17 716 749
3 L'OMBRE DE STALINE 67 452 2 84 880
4 EN AVANT 67 233 17 682 890
5 INVISIBLE MAN 43 494 18 672 280
6 THE DEMON INSIDE 39 963 2 50 232
7 FILLES DE JOIE 28 192 2 28 192
8 RADIOACTIVE 25 701 16 69 150
9 L'APPEL DE LA FORET 22 152 19 1 203 400
10 NOUS, LES CHIENS... 22 113 2 22 113

Source: CBO Box office

Nos Podcasts