Synopsis : L’histoire des habitants de la petite ville de Mapleton trois ans après la disparition de 2% de la population mondiale.

 

♥♥♥♥♥

 

The Leftovers - affiche HBO

The Leftovers – affiche HBO

Certaines séries sur le papier laissent songeur par leur thème qui peut paraitre ennuyeux. Ainsi, lors de l’annonce de The Leftovers, il n’était pas évident de vendre aux téléspectateurs l’idée de se plonger dans les déboires psychologiques d’une petite ville des Etats-Unis trois ans après un phénomène mondial au cours duquel 2% de la population a mystérieusement disparu. Mais HBO ne fait pas dans la facilité et c’est bien sa force. Avec The Leftovers, la chaîne a pris tout de même un certain risque. Le pilote dure 72 minutes sans qu’il y ait véritablement d’action. Il ne se passe même quasiment rien. On ne comprend pas non plus les motivations des personnages ni la situation globale. Un peu à l’image de Pique-nique à Hanging Rock, on est confrontés à une histoire étrange dont on ne saisit pas bien les enjeux et un mystère dont on ne comprendra probablement jamais la nature. Mais à l’instar du chef-d’œuvre de Peter Weir, The Leftovers déroule sur 10 épisodes un récit captivant, presque hypnotique, qui frôle la perfection. Et si nous devions n’avoir qu’un seul coup de cœur pour une série cette année, ce serait certainement celle-ci. Il est absolument étonnant de constater à quel point les épisodes peuvent paraître aussi courts alors qu’ils sont d’une durée conséquente, de 51 à 58 minutes. Ce tour de force, HBO l’accomplit haut la main à l’issue du dixième épisode. On se demande dès lors comment l’équipe est parvenue à nous faire partager cette histoire lente, psychologique, philosophique et dramatique sans le moindre faux pas, sans excès de pathos et ni temps mort.

 

Justin Theroux dans The Leftovers / HBO

Justin Theroux dans The Leftovers / HBO

 

The Leftovers est à l’origine un roman de Tom Perrotta (traduit par Les disparus de Mapleton) mais la série reste une adaptation assez libre, réalisée par l’auteur lui-même et Damon Lindelof. Ce dernier est loin d’être un inconnu puisqu’on lui doit une partie de la très controversée révision du script de Jon Spaith pour PROMETHEUS (notre critique). Il a également œuvré sur Star Trek Into Darkness, WORLD WAR Z (notre critique) ou encore Cowboys et Envahisseurs. Mais c’est aussi et surtout un des « pères » de Lost dont il a écrit 45 épisodes. D’où l’inquiétude de beaucoup de se retrouver avec une série qui, malgré d’évidentes qualités, se perdrait dans un récit totalement incompréhensible et à laquelle il serait totalement impossible de donner une fin satisfaisante. Après cette première saison, il est évident que le concept même de cette histoire repose sur un élément capital : il n’y aura certainement jamais d’explication. On pourrait même dire qu’il ne doit pas y en avoir car c’est cet insondable mystère qui donne toute sa force et sa crédibilité à l’histoire.

 

Mais si The Leftovers est une telle réussite, cela ne tient pas seulement au brillant scénario concocté par les deux auteurs mais à la parfaite adéquation de tous les éléments de la production. La réalisation est somptueuse et toujours inspirée. Certaines scènes sont tournées avec tant de délicatesse qu’on a l’impression que la caméra effleure l’image. Mais un élément fondamental mérite d’être salué, c’est le travail de Max Richter sur la musique. Rarement des thèmes musicaux auront aussi bien accompagnés certains passages en en magnifiant l’intensité. Et, à voir avec quelle impatience les internautes attendent la sortie de la bande-originale de la série, il y a fort à parier que les ventes d’albums du brillant compositeur allemand risquent d’augmenter. Certaines de ses compositions pour The Leftovers sont d’ailleurs incluses dans l’album The Memory House dont le magnifique thème au piano, The Twins, et le sublime November dont l’envolée au violon accompagne des scènes marquantes. C’est également Max Richter qui signe le thème du générique, représentant une fresque religieuse partiellement animée qui évoque l’élévation vers le ciel des disparus.

 

Justin Theroux dans The Leftovers - HBO

Justin Theroux dans The Leftovers – HBO

 

Avec des personnages troublants, déstabilisants et attachants, l’interprétation se devait d’être également au sommet. C’est bien le cas ici. On peut même aller jusqu’à affirmer qu’aucun acteur ni aucune actrice ne fait défaut, ce qui semble être devenu un standard de qualité dans les grandes productions américaines. En tête de distribution, Justin Theroux interprète le chef de la police de la ville, Kevin Garvey, dont la famille a volé en éclats après l’événement. Brisé, désespéré, perdu dans ce nouveau monde qu’il ne comprend pas, il flirte avec la folie et redoute de finir comme son père (l’immense Scott Glen). Justin Theroux, totalement habité par son rôle, nous livre une prestation époustouflante et prenante. Toujours à la limite de la rupture, son personnage tente vaille que vaille d’élever sa fille (Margaret Qualley), une adolescente perdue et désabusée, tout en essayant d’accepter le fait que son épouse Laurie (Amy Brenneman) ait adhéré à une étrange secte, les Guilty Remnants. Pour couronner le tout, son fils adoptif, Tommy (Chris Zylka), est parti rejoindre un bien étrange individu, Holy Wayne. Ce dernier, superbement campé par Joseph Paterson, est une sorte de gourou capable de soulager la souffrance des gens. Pour échapper à tous ces problèmes, Kevin Garvey va nouer une relation avec Nora Durst (Carrie Coon), une femme qui a perdu son mari et ses deux enfants trois ans plus tôt.

Commentaires

A la Une

Disclaimer : Cate Blanchett et Kevin Kline dans une série d’Alfonso Cuarón

Apple continue d’attirer de grands noms sur sa plateforme de streaming en offrant une série à Alfonso Cuarón qui dirigera… Lire la suite >>

Renfield : Nicolas Cage en comte Dracula

Universal continue à développer son Dark Universe en s’attaquant au célèbre vampire avec Nicolas Cage et Nicholas Hoult.    … Lire la suite >>

David Gulpilil, du contrechamp au plein cadre

Emporté à l’âge de 68 ans par un cancer du poumon ce 29 novembre 2021, l’acteur australien aborigène David Gulpilil… Lire la suite >>

Stephen Sondheim, compositeur d’images

Disparu le 26 novembre 2021, le compositeur et parolier Stephen Sondheim a su marquer de sa personnalité certaines des plus… Lire la suite >>

Le Dernier Duel : Ridley Scott rejette l’échec sur les millenials et leurs smartphones

Un peu plus d’un mois après la sortie du Dernier Duel, Ridley Scott explique l’insuccès de son drame historique par… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ENCANTO, LA FANTASTIQUE FAMILLE MADRIGAL 526 906 1 526 906
2 LES BODIN'S EN THAILANDE 330 688 2 910 869
3 HOUSE OF GUCCI 293 474 1 293 474
4 ALINE 191 109 3 1 087 526
5 LES ETERNELS 123 205 4 1 579 070
6 RESIDENT EVIL : BIENVENUE A RACCOON CITY 110 288 1 110 288
7 ON EST FAIT POUR S'ENTENDRE 102 040 2 260 962
8 DE SON VIVANT 90 106 1 90 106
9 SUPREMES 77 095 1 77 095
10 AMANTS 72 186 2 208 189

Source: CBO Box office

Nos Podcasts