Synopsis : L’histoire des habitants de la petite ville de Mapleton trois ans après la disparition de 2% de la population mondiale.

 

♥♥♥♥♥

 

The Leftovers - affiche HBO

The Leftovers – affiche HBO

Certaines séries sur le papier laissent songeur par leur thème qui peut paraitre ennuyeux. Ainsi, lors de l’annonce de The Leftovers, il n’était pas évident de vendre aux téléspectateurs l’idée de se plonger dans les déboires psychologiques d’une petite ville des Etats-Unis trois ans après un phénomène mondial au cours duquel 2% de la population a mystérieusement disparu. Mais HBO ne fait pas dans la facilité et c’est bien sa force. Avec The Leftovers, la chaîne a pris tout de même un certain risque. Le pilote dure 72 minutes sans qu’il y ait véritablement d’action. Il ne se passe même quasiment rien. On ne comprend pas non plus les motivations des personnages ni la situation globale. Un peu à l’image de Pique-nique à Hanging Rock, on est confrontés à une histoire étrange dont on ne saisit pas bien les enjeux et un mystère dont on ne comprendra probablement jamais la nature. Mais à l’instar du chef-d’œuvre de Peter Weir, The Leftovers déroule sur 10 épisodes un récit captivant, presque hypnotique, qui frôle la perfection. Et si nous devions n’avoir qu’un seul coup de cœur pour une série cette année, ce serait certainement celle-ci. Il est absolument étonnant de constater à quel point les épisodes peuvent paraître aussi courts alors qu’ils sont d’une durée conséquente, de 51 à 58 minutes. Ce tour de force, HBO l’accomplit haut la main à l’issue du dixième épisode. On se demande dès lors comment l’équipe est parvenue à nous faire partager cette histoire lente, psychologique, philosophique et dramatique sans le moindre faux pas, sans excès de pathos et ni temps mort.

 

Justin Theroux dans The Leftovers / HBO

Justin Theroux dans The Leftovers / HBO

 

The Leftovers est à l’origine un roman de Tom Perrotta (traduit par Les disparus de Mapleton) mais la série reste une adaptation assez libre, réalisée par l’auteur lui-même et Damon Lindelof. Ce dernier est loin d’être un inconnu puisqu’on lui doit une partie de la très controversée révision du script de Jon Spaith pour PROMETHEUS (notre critique). Il a également œuvré sur Star Trek Into Darkness, WORLD WAR Z (notre critique) ou encore Cowboys et Envahisseurs. Mais c’est aussi et surtout un des « pères » de Lost dont il a écrit 45 épisodes. D’où l’inquiétude de beaucoup de se retrouver avec une série qui, malgré d’évidentes qualités, se perdrait dans un récit totalement incompréhensible et à laquelle il serait totalement impossible de donner une fin satisfaisante. Après cette première saison, il est évident que le concept même de cette histoire repose sur un élément capital : il n’y aura certainement jamais d’explication. On pourrait même dire qu’il ne doit pas y en avoir car c’est cet insondable mystère qui donne toute sa force et sa crédibilité à l’histoire.

 

Mais si The Leftovers est une telle réussite, cela ne tient pas seulement au brillant scénario concocté par les deux auteurs mais à la parfaite adéquation de tous les éléments de la production. La réalisation est somptueuse et toujours inspirée. Certaines scènes sont tournées avec tant de délicatesse qu’on a l’impression que la caméra effleure l’image. Mais un élément fondamental mérite d’être salué, c’est le travail de Max Richter sur la musique. Rarement des thèmes musicaux auront aussi bien accompagnés certains passages en en magnifiant l’intensité. Et, à voir avec quelle impatience les internautes attendent la sortie de la bande-originale de la série, il y a fort à parier que les ventes d’albums du brillant compositeur allemand risquent d’augmenter. Certaines de ses compositions pour The Leftovers sont d’ailleurs incluses dans l’album The Memory House dont le magnifique thème au piano, The Twins, et le sublime November dont l’envolée au violon accompagne des scènes marquantes. C’est également Max Richter qui signe le thème du générique, représentant une fresque religieuse partiellement animée qui évoque l’élévation vers le ciel des disparus.

 

Justin Theroux dans The Leftovers - HBO

Justin Theroux dans The Leftovers – HBO

 

Avec des personnages troublants, déstabilisants et attachants, l’interprétation se devait d’être également au sommet. C’est bien le cas ici. On peut même aller jusqu’à affirmer qu’aucun acteur ni aucune actrice ne fait défaut, ce qui semble être devenu un standard de qualité dans les grandes productions américaines. En tête de distribution, Justin Theroux interprète le chef de la police de la ville, Kevin Garvey, dont la famille a volé en éclats après l’événement. Brisé, désespéré, perdu dans ce nouveau monde qu’il ne comprend pas, il flirte avec la folie et redoute de finir comme son père (l’immense Scott Glen). Justin Theroux, totalement habité par son rôle, nous livre une prestation époustouflante et prenante. Toujours à la limite de la rupture, son personnage tente vaille que vaille d’élever sa fille (Margaret Qualley), une adolescente perdue et désabusée, tout en essayant d’accepter le fait que son épouse Laurie (Amy Brenneman) ait adhéré à une étrange secte, les Guilty Remnants. Pour couronner le tout, son fils adoptif, Tommy (Chris Zylka), est parti rejoindre un bien étrange individu, Holy Wayne. Ce dernier, superbement campé par Joseph Paterson, est une sorte de gourou capable de soulager la souffrance des gens. Pour échapper à tous ces problèmes, Kevin Garvey va nouer une relation avec Nora Durst (Carrie Coon), une femme qui a perdu son mari et ses deux enfants trois ans plus tôt.

Commentaires

A la Une

We Are Who We Are : premier teaser pour la minisérie de Luca Guadagnino

Deux adolescents qui échangent sur les rochers d’une plage italienne. Le teaser de la première série du réalisateur de Call… Lire la suite >>

Le bassin de la Villette va accueillir un cinéma flottant

Dans le cadre de l’ouverture de la saison de Paris Plages, le bassin de la Villette sera le théâtre d’un… Lire la suite >>

La suite de Ready Player One va sortir en roman dans les prochains mois

Intitulée Ready Player Two, la suite du roman Player One paraîtra le 24 novembre prochain aux États-Unis.      … Lire la suite >>

The Hand of God : Paolo Sorrentino retourne à Naples pour son prochain film pour Netflix

Probablement dédié à l’illustre footballeur Diego Maradona, The Hand of God marque le retour du réalisateur dans sa ville natale… Lire la suite >>

I’m Thinking of Ending Things : l’intriguant thriller écrit par Charlie Kaufman pour Netflix

Le scénariste adepte des histoires sinueuses a écrit et réalisé l’adaptation du roman horrifique I’m Thinking of Ending Things de… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 126 691 17 507 224
2 LES PARFUMS 121 018 1 121 018
3 EN AVANT 86 495 18 769 385
4 DE GAULLE 75 074 18 791 823
5 L'OMBRE DE STALINE 55 652 3 140 532
6 INVISIBLE MAN 43 454 19 715 734
7 THE DEMON INSIDE 32 818 3 83 050
8 L'APPEL DE LA FORET 25 662 20 1 229 062
9 NOUS, LES CHIENS... 24 040 3 46 153
10 10 JOURS SANS MAMAN 22 575 20 1 151 800

Source: CBO Box office

Nos Podcasts