Synopsis : Des soldats atteints d’une mystérieuse maladie du sommeil sont transférés dans un hôpital provisoire installé dans une école abandonnée. Jenjira se porte volontaire pour s’occuper de Itt, un beau soldat auquel personne ne rend visite. Elle se lie d’amitié avec Keng, une jeune médium qui utilise ses pouvoirs pour aider les proches à communiquer avec les hommes endormis. Un jour, Jenjira trouve le journal intime de Itt, couvert d’écrits et de croquis étranges. Peut-être existe-t-il une connexion entre l’énigmatique syndrome des soldats et le site ancien mythique qui s’étend sous l’école ? La magie, la guérison, la romance et les rêves se mêlent sur la fragile route de Jenjira vers une conscience profonde d’elle-même et du monde qui l’entoure.

 

♥♥♥♥

 

Cemetery of Splendour - affiche

Cemetery of Splendour – affiche

Après sa palme d’or pour Oncle Boonmee, Weerasethakul revient cinq ans plus tard avec Cemetery Of Splendour, sélectionné cette fois dans la section Un Certain Regard. Une histoire mystique, qui ne déroge pas à la règle de l’univers du réalisateur thaïlandais. On suit Jenjira (Jenjira Pongbpas Widner) qui se lie d’affection avec le soldat Itt (Banlop Lomnoi), victime d’une sorte de narcolepsie avec une vingtaine d’autres militaires. Atmosphère comateuse, dimension mystique, trame sonore hors du temps, le spectateur adhère ou rejette. La mise en scène est contemplative, avec des plans fixes de plusieurs minutes. Aucune action physique mémorable, tout passe par le silence, les regards et la nature qui occupe une place déterminante. L’hôpital de fortune dans lequel se déroule l’action est l’un des seuls monuments que l’on voit à l’écran. Si les personnages dialoguent, ce qui prime c’est bel et bien le langage des corps. Les gestuelles sont toujours aussi appuyées dans une retenue irréelle. Le temps semble s’être arrêté et la civilisation devenue une notion complètement révolue. Jenjira rencontre ensuite Keng (Jarinpattra Rueangram), une medium qui arrive à parler avec les hommes endormis. Tour à tour drôle, inquiétant et fascinant, il est bien question de splendeur comme son titre l’indique. On y croise des fantômes, des déesses et l’on apprend que l’hôpital a été construit sur un cimetière de rois et que leurs esprits s’abreuvent de l’énergie des soldats pour continuer à mener des guerres métaphysiques. Les protagonistes sont mystérieux, mais on peut deviner leurs intentions et leur manque d’amour. Au travers d’un regard, une main tendue, des figures de style comme la pieta, le temps passe bizarrement mais émeut. La photographie généralement minimaliste a parfois des tendances baroques qui renvoient directement à Suspiria et ONLY GOD FORGIVES (notre critique), notamment lors de la scène des chambres, plan fixe fantasmagorique de deux minutes. Le final est à l’image du réalisateur, une séquence absurde finit de plonger les lois narratives dans un chaos poétique. Ainsi, Cemetery of Splendour est un film riche, à clefs, qui n’expliquera jamais rien au spectateur qui rentrera (ou pas) dans cette dimension particulière où les protagonistes sont confrontés à eux-mêmes dans une quête intérieure extatique.

 

 

 

  • CEMETERY OF SPLENDOUR (Rak Ti Khon Kaen) écrit et réalisé par Apichatpong Weerasethakul en salles le 2 septembre 2015.
  • Avec : Jenjira Pongbpas Widner, Jarrinpatra Rueangram, Banlop Lomnoi…
  • Production : Charles de Meaux, Simon Field, Hans W. Geissendörfer, Keith Griffiths, Michael Weber, Apichatpong Weerasethakul…
  • Photographie : Diego Garcia
  • Montage : Lee Chatametikool
  • Durée : 2h02
  • Distribution : Pyramide

Commentaires

A la Une

Sidney : Première bande-annonce pour le documentaire sur l’acteur Sidney Poitier

Apple TV+ a dévoilé une bande-annonce pour son documentaire sur Sidney Poitier, qui mêle témoignages et images d’archives, retraçant la… Lire la suite >>

The Bikeriders : Michael Shannon retrouve le réalisateur Jeff Nichols

Pour son sixième long-métrage, le cinéaste Jeff Nichols fait à nouveau appel à son acteur fétiche Michael Shannon, et collabore… Lire la suite >>

Wednesday : Première bande-annonce de la série de Tim Burton

Après trois ans d’absence, le réalisateur américain a dévoilé les images de sa première série télévisée pour le géant du… Lire la suite >>

Wise Guys : Robert De Niro dans le prochain film de gangsters de Barry Levinson

L’acteur de 79 ans retrouve le scénariste des Affranchis et s’associe au réalisateur de Rain Man, Barry Levinson, pour un… Lire la suite >>

Le Magicien d’Oz : Kenya Barris à la réalisation du remake

Le créateur de la série Black-ish, Kenya Barris, prend les rênes du remake du Magicien d’Oz pour le studio Warner… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ONE PIECE FILM RED 575 182 1 575 182
2 BULLET TRAIN 313 237 2 804 304
3 NOPE 224 705 1 224 705
4 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 213 497 6 3 358 761
5 THOR : LOVE AND THUNDER 197 826 5 2 577 053
6 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 191 457 3 747 548
7 TOP GUN : MAVERICK 180 658 12 6 057 934
8 LA TRES TRES GRANDE CLASSE 157 884 1 157 884
9 DUCOBU PRESIDENT ! 97 550 5 967 713
10 MENTEUR 82 714 5 777 133

Source: CBO Box office

Nos Podcasts