Série/ Man Seeking Woman (saison 1): critique

Publié par Guillaume Ménard le 4 mai 2015

Synopsis : Du haut de ses vingt ans, Josh Greenberg se lance dans une quête fantastique pour trouver le véritable amour. Entre aventures cocasses sans lendemain, rencontre avec Hitler, confrontation avec sa propre main, blind date avec un troll et autres voyages dans le temps, les ennuis ne font que commencer…

 

♥♥♥♥♥

 

Man Seeking Woman - affiche

Man Seeking Woman – affiche

Voici sûrement la série ovni du moment qui marque un tournant fantaisiste dans les choix de FXX, chaîne comédie dérivée de FX. Après It’s Always Sunny in Phildadelphia et l’arrivée mitigée de You’re the Worst l’année dernière, c’est Man Seeking Woman qui fait son entrée comique en ce début d’année. La série est basée sur le recueil de nouvelles de Simon Rich, The last girlfriend on Earth and other love stories. C’est l’auteur lui-même qui prend ici la casquette de showrunner. Ecrivain, mais aussi scénariste pour le Saturday Night Live, le jeune prodige nous présente les affres de la rupture dans un monde fantasque. Pendant dix épisodes d’une vingtaine de minutes, on suit Josh Greenberg (Jay Baruchel) qui, après sa rupture avec sa petite amie Maggie (Maya Erskine), tente de retrouver l’amour. L’introduction du pilote donne la note décalée inhérente à la série. Josh est mis à la porte de l’appartement, les bras encombrés par ses affaires personnelles. Un orage éclate, et l’on découvre, hilares, que la pluie s’abattant sur le jeune homme de 27 ans provient d’un nuage qui le suit. Le générique n’est pas en reste et présente de façon concise l’invraisemblance des situations suivantes. Sur un fond blanc, des vignettes dessinées grossièrement s’assemblent pour former un tableau mobile. Inserts et gros plans gribouillés s’entrechoquent. Un bouquet de fleurs, la flèche de Cupidon, des champignons, une soucoupe volante, des préservatifs. Tout y passe pour dépeindre la relation amoureuse et l’absurdité de la série, le tout sur une musique digitale amusante de Photay.

 

Jay Baruchel dans Man Seeking Woman sur FXX

Jay Baruchel dans Man Seeking Woman sur FXX

 

L’univers de Man Seeking Woman est très singulier, relevant de la culture Geek. De retour à sa vie de célibataire, Josh multiplie les rencontres avec les femmes et tombe dès le premier épisode sur un troll. On saisit l’ironie et la métaphore de ces figures qui n’étonneront pas une seconde les personnages. Il est ainsi normal de faire venir un exorciste pour faire oublier son ex, que sa mère torture son fils avec des méthodes dignes de Guantanamo pour avoir des informations sur ses fréquentations, ou encore d’être invité à un mariage en enfer. C’est donc un monde à part dans lequel le spectateur rentre immédiatement. L’humour est omniprésent, et passe sans cesse d’une originalité débordante aux blagues potaches. Mais c’est aussi ici que le bât blesse. Si les intrigues hissent le récit à un niveau jouissif, blindé de références filmiques et de fantasmes adolescents, la chute des épisodes n’est souvent pas du même niveau, et lorgne plus facilement du côté du teen-movie décérébré.

 

Man Seeking Woman sur FXX

Man Seeking Woman sur FXX

 

La structure narrative est répétitive mais néanmoins efficace. On rencontre une nouvelle fille à chaque épisode, qui brosse un panel large en matière de clichés des personnalités féminines. De la fille distante à celle qui veut tout de suite s’engager, le style hyperbolique règne dans la narration. Pourtant, derrière ces dialogues irrésistibles se cache une réflexion intéressante sur la solitude. L’acharnement de Josh, sans cesse relancé par son meilleur ami Mike (Eric André) dépeint bien le malaise d’une société contemporaine effrayée par le concept. Cette quête de l’amour, drôle car désespérée, montre bien cette difficulté à être seul, face à soi-même. C’est exactement cette pression psychologique qui est désignée à travers cette course qui lie le temps et l’étiquette sociale. Ainsi, Josh a une peur bleue de rester célibataire et multiplie les relations, bonnes ou mauvaises, pour éviter cette solitude et le regard des autres.

 

Man Seeking Woman sur FXX

Man Seeking Woman sur FXX

 

La temporalité défile ici à la vitesse de la lumière, incarnée par un montage épileptique qui cite Edgar Wright et plus particulièrement son chef-d’œuvre geek, SPACED, sans jamais atteindre le niveau de son cousin britannique. La bande originale, souvent électronique, accentue ces envolées proche de la folie et cerne aussi le passage à la trentaine et ce refus de grandir. Man seeking Woman joue donc la carte de l’excès, mais devient aussi touchante lorsqu’elle traite les thèmes de l’amitié et de la famille. On retient l’excellent épisode 9, uniquement axé sur la sœur de Josh, Liz (Britt Lower), qui présente la même problématique sous l’angle féminin, éventualité narrative intéressante. Le final de la saison constitue à lui-tout seul un trip SF qui relève aussi le niveau, entre fascination et hilarité. Le budget étant limité, le visuel joue son va-tout avec une photographie très contrastée et un éclairage outrancier, qui en fait une série B totalement assumée. L’utilisation du fond vert est récurrente, et contribue à l’aspect patchwork des décors qui renforce le surréalisme des séquences.

 

Britt Lower et Jay Baruchel dans Man Seeking Woman sur FXX

Britt Lower et Jay Baruchel dans Man Seeking Woman sur FXX

 

Le casting évolue dans ce monde parallèle avec aisance, notamment Jay Baruchel, habitué des comédies (Les Lois de l’Attraction, C’EST LA FIN – notre critique). L’acteur canadien de 33 ans est ici en roue libre pour le plus grand bonheur des téléspectateurs. Brit Lower s’impose, elle, comme la petite révélation, offrant une prestation passive/agressive dans le rôle de la grande sœur. C’est Eric André qui déçoit ici car il ne parvient jamais à faire décoller un personnage enfermé dans des mimiques souvent insupportables et réductrices. Ainsi, Man Seeking Woman a le mérite d’offrir du sang neuf à la comédie romantique, malgré ses défauts. Le public américain s’est senti peu concerné, avec 200 000 téléspectateurs en moyenne par épisode (330 000 pour le pilote) contre les 500 000 de You’re the Worst et les 600 000 d’It’s Always sunny in Philadelphia qui jouent dans la même cour. FXX a tout de même commandé une deuxième saison pour 2016 et donne ainsi sa chance à une série qui, bien qu’imparfaite, innove et ravira la communauté Geek en manque de références culturelles.

 

 

 

  • Série Américaine MAN SEEKING WOMAN diffusée du 14 janvier au 18 mars 2015 sur FXX.
  • Créateur : Simon Rich
  • Avec: Jay Baruchel, Eric André, Britt Lower, Maya Erskine, Robin Duke, Miles Fisher, Mark McKinney…
  • Producteurs: Hartley Gorenstein, Lorne Michaels, Simon Rich, Andrew Singer, Jonathan Krisel
  • Première Saison de 10 épisodes de 22 minutes.


Commentaires

A la Une

L’Exorciste : Le producteur Jason Blum donne des nouvelles du remake

À l’occasion du Festival international du film de Locarno où il devrait recevoir le prix du Meilleur producteur indépendant, Jason… Lire la suite >>

Les femmes prennent de l’importance dans les films de mafieux

Alors que Prime Vidéo a récemment sorti l’intégralité des épisodes de Bang Bang Baby, de nombreux films et séries utilisent… Lire la suite >>

White Noise : Adam Driver dans la comédie noire du réalisateur de Marriage Story

Le prochain film de Noah Baumbach, sur une terrifiante et hilarante famille américaine d’aujourd’hui, avec Adam Driver, aura droit à… Lire la suite >>

The Veil : Elisabeth Moss à la tête de la nouvelle série du créateur de Peaky Blinders

Alors que la saison 5 de The Handmaid’s Tale est attendue pour la rentrée, l’actrice Elisabeth Moss est annoncée dans… Lire la suite >>

Road House : Jake Gyllenhaal officiellement dans le remake pour Amazon

Pressenti en novembre dernier, Jake Gyllenhaal sera bel et bien dans le remake du film culte des années 80, réalisé… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 THOR : LOVE AND THUNDER 404 765 3 2 129 017
2 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 351 988 4 2 893 838
3 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 333 361 1 333 361
4 TOP GUN : MAVERICK 188 380 10 5 711 998
5 DUCOBU PRESIDENT ! 188 015 3 737 277
6 MENTEUR 151 586 3 585 087
7 JOYEUSE RETRAITE 2 92 299 2 247 790
8 LA NUIT DU 12 72 629 3 241 487
9 JURASSIC WORLD : LE MONDE D'APRES 67 113 8 3 357 635
10 ELVIS 58 542 6 1 074 116

Source: CBO Box office

Nos Podcasts