Apprentice de Boo Junfeng : critique

Publié par CineChronicle le 31 mai 2016

Synopsis : Aiman officie dans une prison de haute sécurité. Rahim, le bourreau en chef, y accompagne les derniers jours des condamnés. Rapidement, il prend le jeune gardien sous son aile et lui apprend les ficelles du métier. Aiman s’avère être un exécutant très appliqué, mais sa conscience et ses véritables motivations le rattrapent peu à peu…

♥♥♥♥

 

Apprentice - affiche

Apprentice – affiche

Il est temps de (re)découvrir le cinéma singapourien. Apprentice, sélectionné dans la section Un Certain Regard du 69e Festival de Cannes, est le deuxième long métrage du jeune trentenaire Boo Junfeng. Réalisateur et scénariste, Boo a soigneusement fabriqué, en cinq ans, ce prisme moral permettant d’observer la face cachée de la ville-État. Si de nombreux cinéastes ont jeté leur regard sur les détenus, comme Frank Darabont (Les Evadés, La Ligne verte), Stuart Rosenberg (Brubaker) ou encore Jacques Audiard (Un prophète), le film de prison est devenu rapidement un genre à part entière. Boo décrit dans Apprentice le dilemme éthique d’un surveillant pénitentiaire sur la question de la peine de mort dans une prison placée au coeur des banlieues singapouriennes. Discipliné et taciturne, Aiman (Fir Rahman) quitte l’armée et rejoint la prison. On comprend pourquoi ce changement de trajectoire au moment où le réalisateur dévoile le secret du protagoniste. Ce personnage garde sa tempérance avant d’entrer en relation avec le bourreau en chef Rahim, impeccablement interprété par Wan Hanafi Su. À travers ce contact, Boo nous glisse subtilement un message culturel. Comme Aiman, Rahim a l’habitude de s’adresser à ses collègues en anglais alors qu’entre eux, c’est le malais qui est utilisé. En réalité, dans ce pays qui compte quatre langues officielles en raison de la diversité ethnique, l’anglais reste le plus courant. Le pays a connu une forte montée en puissance au cours des cinquante dernières années. Or, avec le pragmatisme économique et les politiques d’immigration du gouvernement, la population, issue d’une culture malaise, se retrouve souvent marginalisée, voir délaissée. C’est la raison pour laquelle Aiman et Rahim peuvent se rapprocher facilement dans cette institution remplie d’officiers singapouriens chinois. Le chef commence dès lors à transmettre ses connaissances du métier à son apprenti. Il lui apprend l’importance du courage pour exécuter la pendaison, car « un bon exécutant ne se pose pas de questions », comme l’indique la tagline de l’affiche.

.

Apprentice de Boo Junfeng

Apprentice de Boo Junfeng

.

La mise en scène de Boo est chargée de tension, à l’instar de cette scène où notre duo, d’une alchimie incroyable, se trouve dans le bureau de Rahim, assis, le front trempé de sueur, la figure voilée par la fumée de cigarette. L’atmosphère est à la fois intime et étrange. Les images absorbent notre attention. Ici, un « jeu de Tai-chi » règne et nos interrogations se multiplient à l’envi : pourquoi veut-il qu’Aiman devienne un bourreau ? Que ressent un exécutant en faisant ce travail ? Comment Rahim a-t-il pu faire ce métier pendant trente ans ?… Les réponses se dévoilent au fur et à mesure du récit. Durant la longue et lourde introspection d’Aiman, la collaboration entre Boo Junfeng et Benoît Soler, son directeur de la photographie, est optimale. Tous deux parviennent à provoquer un sentiment vif et troublant : les gros plans sont délicatement cadrés, l’alternance des champs-contrechamps est maîtrisée, les séquences en vue subjective s’enchaînent et l’approche visuelle se veut quasi documentaire. Boo Junfeng atteint ainsi son objectif de repousser les limites. Car au Singapour, où la législation pénalise ceux qui mâchent un chewing-gum en place publique, le cinéma commence à élever les débats sur des sujets sensibles, comme cet épatant Apprentice.

.

Wei Lan

.

.

.

  • APPRENTICE écrit et réalisé par Boo Junfeng en salles le 1er juin 2016.
  • Avec : Fir Rahman, Wan Hanafi Su, Ahmad Mastura, Boon Pin Koh, Nickson Cheng, Crispian Chan, Gerald Chew…
  • Production : Raymond Phathanavirangoon, Fran Borgia, Tan Fong Cheng
  • Photographie : Benoît Soler
  • Montage : Natalie Soh, Lee Chatametikool
  • Décors : James Page
  • Costumes : Meredith Lee
  • Musique : Alexander Zekke
  • Distribution : Version Originale / Condor
  • Durée : 1h36

.

Commentaires

A la Une

Billy Summers : J.J. Abrams va produire une adaptation du dernier polar de Stephen King

Le réalisateur des derniers Star Wars produira une adaptation du best-seller de Stephen King, Billy Summers, via sa société Bad… Lire la suite >>

Here : Tom Hanks et Robin Wright rajeunis numériquement dans le prochain film de Robert Zemeckis

Robert Zemeckis réunit trente ans plus tard le duo de Forrest Gump, Tom Hanks et Robin Wright, pour son prochain… Lire la suite >>

Swamp Thing : James Mangold en discussions pour réaliser un film pour le nouveau DCU

Dévoilé cette semaine par James Gunn et Peter Safran, le nouveau catalogue de films du DC Universe comptera une adaptation… Lire la suite >>

Tomb Raider : Phoebe Waller-Bridge prépare une série dérivée pour Amazon

L’héroïne des jeux vidéo Tomb Raider reprendra bientôt vie sur le petit écran, dans une série créée par Phoebe Waller-Bridge…. Lire la suite >>

Jennifer Aniston et Julia Roberts échangent leurs corps dans le prochain film de Max Barbakow

La nouvelle comédie de Max Barbakow réunira Julia Roberts et Jennifer Aniston, dans le corps l’une de l’autre.    … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 AVATAR : LA VOIE DE L'EAU 514 002 7 8 388 607
2 BABYLON 347 316 2 856 112
3 PATTIE ET LA COLERE DE POSEIDON 210 409 1 210 409
4 MAYDAY 160 006 1 160 006
5 TIRAILLEURS 121 709 4 1 036 166
6 LE CHAT POTTE 2 : LA DERNIERE QUETE 116 750 8 2 582 422
7 VAINCRE OU MOURIR 107 762 1 107 762
8 TAR 98 869 1 98 869
9 DIVERTIMENTO 80 541 1 80 541
10 LA GUERRE DES LULUS 71 781 2 271 828

Source: CBO Box office

Nos Podcasts