Synopsis : Nancy surfe en solitaire sur une plage isolée lorsqu’elle est attaquée par un grand requin blanc. Elle se réfugie sur un rocher, hors de portée du squale. Elle a moins de 200 mètres à parcourir à la nage pour être sauvée, mais regagner la terre ferme sera le plus mortel des combats…

♥♥♥♥

 

Instinct de Survie The Shallows - affiche

Instinct de Survie The Shallows – affiche

Sous-genre à part dans le cinéma horrifique, le film de requin est né véritablement il y a 40 ans, en 1975, grâce au mythique Les Dents de la Mer de Steven Spielberg, considéré comme le premier blockbuster de l’histoire du cinéma. Ce chef-d’oeuvre, sur une bande originale tétanisante de John Williams, traumatise toujours autant bon nombre de spectateurs tout en alimentant le mythe du requin tueur. A contrario des films de serpents, d’araignées ou autres bestioles, la peur du requin émane de l’inconnu des profondeurs aquatiques et de son imposante mâchoire acérée. Bien sûr, Les Dents de la Mer, qui a joué un rôle prépondérant dans la psychose, a fait des petits avec notamment trois piètres suites, des sous copies comme La Mort au Large, et de nombreuses parodies. Mais le début des années 2000 a vu émerger pléthore de séries Z en direct-to-video, comme les Shark Attack, Sharknado, Ghost Shark, L’Attaque du Requin a deux têtes et autres croisements improbables Sharktopus. Rares sont les films ayant véritablement donné de l’intérêt à ces prédateurs marins redoutés, incompris, mal aimés mais des plus fascinants du règne animal, misant davantage sur le premier degré des attaques de squales. Dans les tentatives plus ou moins convaincantes, on retient Peur BleueOpen Water, The Reef ou bien Shark 3D. Rien à se mettre véritablement sous la dent donc. Aujourd’hui, c’est au tour du cinéaste espagnole d’Esther de nourrir les fans en manque de squale dans l’imaginaire collectif. À chaque film, Jaume Collet-Serra a souvent confronté la notion d’identité physique à l’identité psychique et réelle, comme le thriller horrifique Esther et les films d’action Sans identité ou encore Night Run. Il capture ici, et sous tous les angles possibles, la splendide Blake Lively pour redonner au film de requin ses lettres (sexy) de noblesse.

.

Blake Lively dans Instinct de Survie The Shallows

Blake Lively dans Instinct de Survie The Shallows

.

Instinct de Survie démarre sur les chapeaux de roues avec un flashforward plutôt efficace et annonciateur de quelques bonnes scènes de crocs acérés et affamés. Un jeune garçon retrouve une caméra Go-Pro fixé à un casque abandonné sur le sable et visionne son contenu en même temps que nous, jusqu’à ce que surgisse face écran la mâchoire de l’animal. La scène suivante s’ouvre sur Nancy (Blake Lively, dans son meilleur rôle), une étudiante en médecine en questionnement, qui se rend sur cette fameuse plage qu’affectionnait particulièrement sa mère décédée depuis peu. Paysage idyllique, plein soleil, calme et mer azurée, tout semble parfait. Elle fait la rencontre de deux surfeurs et profite des vagues géantes en solitaire, jusqu’à la première attaque de ce monstre marin sanguinaire, particulièrement agressif et violent. Contrairement à ses précédents films, Jaume Collet-Serra opte ici pour une photographie lumineuse et une caméra collée à son personnage. Si Instinct de survie déploie un scénario simple, prévisible et limité, cette modeste série B se révèle un huis clos à ciel ouvert plaisant et rythmé. En s’inspirant de certaines références, comme 127 HEURES (notre critique) et GRAVITY (notre critique), on assiste ici au combat d’une femme avec son environnement. Au centre, un requin traquant sa proie coincée sur un rocher à quelques mètres du rivage. Collet-Serra combine ainsi course contre la montre – pour passer de ce minuscule récif à une balise -, et séquences d’action stressantes en mer.

.

Instinct de Survie The Shallows

Instinct de Survie The Shallows

.

Instinct de survie se présente dès lors comme le film de requin sans doute « le plus adulte » depuis Les Dents de la Mer, ponctuant le tout avec quelques touches d’humour légères, comme cette complicité entre Nancy et cette mouette blessée à l’aile qu’elle nomme Steven Seagull. La bande originale de Marco Beltrami apporte également sa part de suspense, tout comme le titre Bird set free de Sia dans le générique de fin. Néanmoins, Instinct de survie souffre de défauts certains. Le cinéaste de 42 ans multiplie les ralentis superflus, les plans sur la plastique en bikini de Blake Lively, les faux rebondissements (l’homme ivre sur la plage) ou encore les effets visuels d’incrustation cheap de son visage lorsqu’elle surfe – et ce, en dépit de ses treize heures d’entraînement par jour pour se préparer au tournage. Pourtant, et malgré ces scories, Instinct de Survie – The Shallows fonctionne et reste une petite série B estivale bien calibrée et prenante qui peut faire passer l’envie à certain(e)s d’aller faire trempette sans y réfléchir à deux fois.

.

Alexis Gonçalves

.

.

.

  • INSTINCT DE SURVIE – The Shallows réalisé par Jaume Collet-Serra en salles depuis le 17 août 2016.
  • Avec : Blake Lively, Angelo Lozano Corzo, Jose Manuel Trujillo Salas, Sedona Legge, Oscar Jaenada, Brett Cullen
  • Scénario : Anthony Jaswinski
  • Production : Lynn Harris, Matti Leshem
  • Photographie : Flavio Martinez Labiano
  • Montage : Joel Negron
  • Montage effets sonores : P.K. Hoover
  • Décors : Hugh Bateup
  • Costumes : Kym Barrett
  • Superviseurs effets visuels : Scott E. Anderson, David Nelson
  • Musique : Marco Beltrami
  • Distribution : Sony Pictures
  • Durée : 1h27

.

Commentaires

A la Une

Confinement : La Comédie-Française lance sa web télé

Les amateurs de théâtre ont de quoi se réjouir. La Maison de Molière transporte les planches de la salle Richelieu… Lire la suite >>

Confinement : projections de quartier, programmations virtuelles, le cinéma de proximité subsiste

Des projections nocturnes d’une cour d’immeubles à Lyon aux initiatives de petites salles, le cinéma reste un biais d’échange et… Lire la suite >>

Mad Max : Anya Taylor-Joy pourrait camper la jeune Furiosa

La star des Nouveaux Mutants a été auditionnée pour jouer le rôle de Furiosa dans le prequel racontant la jeunesse… Lire la suite >>

Le réalisateur Thomas Lilti redevient médecin face à la pandémie

Le réalisateur d’Hippocrate a décidé de rejoindre les rangs de ses confrères soignants en pleine crise pandémique de Covid-19.  … Lire la suite >>

Confinement : The Jokers invite petits et grands à jouer avec son cahier d’activités cinéphile

Le distributeur hexagonal de Parasite vous offre de petits jeux ludiques et un concours autour du cinéma, pour divertir petits… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts