Comancheria de David MacKenzie: critique

Publié par Antoine Gaudé le 5 septembre 2016

Synopsis : Après la mort de leur mère, deux frères organisent une série de braquages, visant uniquement les agences d’une même banque. Ils n’ont que quelques jours pour éviter la saisie de leur propriété familiale, et comptent rembourser la banque avec son propre argent. À leurs trousses, un ranger bientôt à la retraite et son adjoint, bien décidés à les arrêter.

♥♥♥♥

 

Comancheria - affiche

Comancheria – affiche

Le nouveau film de David MacKenzie, présenté dans la section parallèle Un Certain Regard à Cannes puis hors compétition à Deauville, s’avère aussi être son meilleur, après Les Poings contre les murs ou encore Perfect Sens. Comancheria est un pur western contemporain qui évoque autant ceux des frères Coen (No Country for old men, TRUE GRIT – notre critique) que les classiques du genre, en particulier le splendide Seuls sont les indomptés (1962) de David Miller, avec l’immense Kirk Douglas. La grande force est d’avoir réussi ici à parfaitement lier des duos tragicomiques d’une efficacité redoutable. Pour la vision ironique du monde moderne, MacKenzie offre à Jeff Bridges – qui n’est pas si redneck qu’il en a l’air – et à Gil Birmingham, une relation d’amitié virile faite de discrimination de circonstances (les blagues de Bridges sur les indiens) et de remarques bien senties sur les mœurs texanes. Quant à la vision tragique du monde, le cinéaste américain l’injecte dans la relation fraternelle qui unit les personnages de Ben Foster, au jeu maniéré et toujours aussi grinçant, et de Chris Pine, d’une justesse incroyable. Comancheria recèle ainsi de surprises scénaristiques qui font la richesse des westerns contemporains, à l’image de la réponse violente des villageois qui ne se font pas prier pour prendre eux-mêmes en chasse les renégats. Lorsque la dialectique fondatrice du genre, entre modernité et tradition, s’entrechoque souvent de manière violente (cf. la scène de la station essence), c’est finalement pour mieux signifier le conflit original du western : la conquête d’une terre vierge. Encore une fois, il est question de récupérer une terre, cette fois-ci volée par les banques. Les deux frères unissent donc leur force pour assurer au petit frangin (Pine), le plus sage des deux, une dignité de père qui se refuse à lui depuis son divorce. Des agissements qui agencent l’opposition classique entre la loi de la communauté, incarnée par le Texas Rangers (Bridges), et une loi dite « morale », incarnée par les deux frères qui amènent à légitimer la violence, mais non à la questionner (les limites du cinéma de MacKenzie). Grâce à la bande originale de Nick Cave et de Warren Ellis, habitués du genre après The Proposition et DES HOMMES SANS LOI – notre critique) réalisés par John Hillcoat, Comancheria reste ainsi la preuve que le western n’est toujours pas mort. Et qu’il revit de temps en temps lorsque des cinéastes adaptent les motifs et les thèmes à des préoccupations actuelles (les banques sont les voleurs de notre époque) tout autant que mythiques (la famille, le foyer…) afin de réfléchir sur notre nature d’être humain.

.

Antoine Gaudé

.

.

.

  • COMANCHERIA (Hell Or High Water) de David MacKenzie en salles le 7 septembre 2016
  • Avec : Jeff Bridges, Chris Pine, Ben Foster, Katy Mixon, Gil Birmingham, Marine Ireland, Margaret Bowman…
  • Scénario : Taylor Sheridan
  • Production : Peter Berg, Carla Hacken, Sidney Kimmel, Julie Yorn
  • Photographie : Gilles Nuttgens
  • Montage : Jake Roberts
  • Décors : Steve Cooper
  • Costumes : Malaysia Turzanska
  • Musique : Nick Cave, Warren Ellis
  • Distribution : Wild Bunch
  • Durée : 1h42

.

Commentaires

A la Une

Disclaimer : Cate Blanchett et Kevin Kline dans une série d’Alfonso Cuarón

Apple continue d’attirer de grands noms sur sa plateforme de streaming en offrant une série à Alfonso Cuarón qui dirigera… Lire la suite >>

Renfield : Nicolas Cage en comte Dracula

Universal continue à développer son Dark Universe en s’attaquant au célèbre vampire avec Nicolas Cage et Nicholas Hoult.    … Lire la suite >>

David Gulpilil, du contrechamp au plein cadre

Emporté à l’âge de 68 ans par un cancer du poumon ce 29 novembre 2021, l’acteur australien aborigène David Gulpilil… Lire la suite >>

Stephen Sondheim, compositeur d’images

Disparu le 26 novembre 2021, le compositeur et parolier Stephen Sondheim a su marquer de sa personnalité certaines des plus… Lire la suite >>

Le Dernier Duel : Ridley Scott rejette l’échec sur les millenials et leurs smartphones

Un peu plus d’un mois après la sortie du Dernier Duel, Ridley Scott explique l’insuccès de son drame historique par… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ENCANTO, LA FANTASTIQUE FAMILLE MADRIGAL 526 906 1 526 906
2 LES BODIN'S EN THAILANDE 330 688 2 910 869
3 HOUSE OF GUCCI 293 474 1 293 474
4 ALINE 191 109 3 1 087 526
5 LES ETERNELS 123 205 4 1 579 070
6 RESIDENT EVIL : BIENVENUE A RACCOON CITY 110 288 1 110 288
7 ON EST FAIT POUR S'ENTENDRE 102 040 2 260 962
8 DE SON VIVANT 90 106 1 90 106
9 SUPREMES 77 095 1 77 095
10 AMANTS 72 186 2 208 189

Source: CBO Box office

Nos Podcasts