Deauville 2016/ Miles Ahead de Don Cheadle : critique

Publié par Antoine Gaudé le 7 septembre 2016

Synopsis : Fin des années 1970. À l’apogée de sa carrière, Miles Davis, précurseur du jazz moderne, disparaît du devant de la scène pendant cinq ans. Seul et reclus, il souffre d’une douleur chronique à la hanche, son talent est mis à mal par les drogues et les analgésiques, et les fantômes du passé ne tardent pas à venir le hanter. Lorsque Dave Braden, un journaliste musical particulièrement rusé, réussit à faire le forcing pour entrer chez l’artiste, une complicité s’installe entre les deux hommes : ils vont tenter ensemble de récupérer un enregistrement volé des dernières compositions du musicien. Le comportement imprévisible de Miles Davis est aggravé par les souvenirs de son mariage raté avec la belle et talentueuse danseuse Frances Taylor qui fut aussi sa muse…

♥♥♥♥♥

 

Miles Ahead - affiche

Miles Ahead – affiche

Miles Ahead de Don Cheadle, présenté en avant-première au Festival de Deauville mais disponible en VOD depuis le 17 juillet, relate une période controversée de la vie du trompettiste Miles Davis. Premier élément original, l’acteur Cheadle, qui signe son premier long métrage derrière la caméra, ne dresse pas un portrait flatteur de la star. Bien au contraire, son Miles Davis est un homme violent, alcoolique, drogué… S’il prévient qu’il n’aime pas le terme de « jazz » pour qualifier sa musique, c’est qu’il la voit davantage comme une musique à caractère « social ». Évidemment, la musique de Davis n’a rien de social – lui-même est déconnecté de toute réalité -, elle traduit surtout un sentiment de révolte, voire d’insouciance caractérisée par ses improvisations qu’embrasse parfaitement la mise en scène virevoltante de Cheadle, par ailleurs excellent dans le rôle. Le rythme est ainsi au diapason de la musique : ralentie et voluptueuse quand il s’agit d’être sexy, accélérée et tendue quand il s’agit d’être énergique. Les musiques réagissent à l’humeur lunatique de Davis, véritable « pile électrique » qui ne tient pas en place. La quête du « trésor » – cette fameuse bande volée et censée annoncer son miraculeux comeback – dans laquelle se trouvent entraîner Davis et Braden (Ewan McGregor) n’est qu’un leurre, une illusion de plus dans l’enfumoir qu’est l’esprit de Davis. La grande idée du film est alors d’avoir su mélanger l’histoire, la vraie, l’authentique, à celle romancée par Miles Davis himself. Il y a donc un double jeu à l’intérieur du récit qui consiste à raconter, de manière presque fantaisiste, les malheurs de nos deux garçons partis en quête de cette bande volée à la manière d’un duo comique type Laurel et Hardy. L’enchaînement des situations, plus improbables les unes que les autres, laissent à penser que la légende est en train d’exercer son pouvoir de séduction et de manipulation sur l’audimat. Et le pire, c’est que cela fonctionne. Seul bémol à cette histoire rocambolesque, l’alternance des époques avec l’intrusion d’un Miles Davis à son apogée artistique lorsqu’il fréquentait encore sa muse, Frances Taylor (Corinealdi). Certaines de ces séquences sont clairement un ton en dessous du reste. Mais qu’importe, Miles Ahead reste un biopic quasi expérimental tant il cherche dans sa musicalité la forme la plus à même de saisir le caractère hallucinant de la musique de Davis. Bien loin des hagiographies coutumières ou des récits romanesques à l’ambition abyssale, ce biopic est la preuve qu’il est encore possible de traiter la vie d’un homme ayant existé sans avoir le besoin de l’authentifier ou de la statufier.

.

.

.

  • MILES AHEAD de Don Cheadle disponible en VOD depuis le 17 juillet 2016, mais sera diffusé sur OCS City le mardi 1er novembre à 20h40.
  • Avec : Don Cheadle, Ewan McGregor, Emayatzy Corinealdi, Michael Stuhlbarg, Keith Stanfield, Morgan Wolk, Nina Smilow…
  • Scénario : Steven Baigelman, Don Cheadle
  • Production : Robert Ogden Barnum, Don Cheadle, Pamela Hirsch, Darryl Porter, Daniel Wagner, Vince Wilburn Jr., Lenore Zerman
  • Photographie : Roberto Schaefer
  • Montage : John Axelrad, Kayla M. Emter
  • Décors : Hannah Beachler
  • Costumes : Gersha Phillips
  • Musique : Robert Glasper
  • Distribution : Sony Pictures Home Entertainment
  • Durée : 1h40

.

Commentaires

A la Une

Les nommés aux César 2022

Ce mercredi 26 janvier, Véronique Cayla, Présidente de l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma, a communiqué les films sélectionnés… Lire la suite >>

Brad Pitt et Damien Quintard relancent le studio d’enregistrement Miraval dans le sud de la France

C’est durant l’été 2022 que les portes du nouveau studio Miraval rouvriront après une refonte par Brad Pitt, aidé du… Lire la suite >>

Civil War : Kirsten Dunst dans le prochain Alex Garland

Le réalisateur britannique Alex Garland continue sa collaboration avec A24 pour produire son prochain film Civil War, avec Kristen Dunst… Lire la suite >>

Nyad : Jodie Foster rejoint Annette Bening dans le biopic consacré à Diana Nyad

Jodie Foster sera aux côtés d’Annette Bening pour les débuts des documentaristes Jimmy Chin et Elizabeth Chai Vasarhelyi au cinéma,… Lire la suite >>

The Girl From Plainville : premier aperçu d’Elle Fanning dans la série tirée de l’affaire Commonwealth v. Michelle Carter

La prochaine série d’Hulu, prévue pour cet été, reviendra sur l’affaire Michelle Carter, accusée d’homicide involontaire dans le suicide de… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 SPIDER-MAN : NO WAY HOME 208 524 6 6 652 879
2 ADIEU MONSIEUR HAFFMANN 170 581 2 432 511
3 NIGHTMARE ALLEY 142 309 1 142 309
4 SCREAM 122 173 2 334 728
5 TOUS EN SCENE 2 105 801 5 2 253 265
6 L'AMOUR C'EST MIEUX QUE LA VIE 105 611 1 105 611
7 THE KING'S MAN : PREMIERE MISSION 88 329 4 758 443
8 EN ATTENDANT BOJANGLES 86 141 3 440 126
9 OUISTREHAM 85 285 2 212 260
10 TENDRE ET SAIGNANT 72 295 1 72 295

Source: CBO Box office

Nos Podcasts