Frantz de François Ozon : critique

Publié par Lucia Miguel le 7 septembre 2016

Synopsis : Au lendemain de la guerre 14-18, dans une petite ville allemande, Anna se rend tous les jours sur la tombe de son fiancé, Frantz, mort sur le front en France. Mais ce jour-là, un jeune Français, Adrien, est venu se recueillir sur la tombe de son ami allemand. Cette présence à la suite de la défaite allemande va provoquer des réactions passionnelles dans la ville.

♥♥♥♥♥

 

Frantz - affiche

Frantz – affiche

Après avoir exploré les méandres de la transsexualité dans Une nouvelle amie (2014), François Ozon porte à l’écran, pour son seizième long métrage, une pièce de Maurice Rostand, déjà adaptée par Ernst Lubitsch dans L’Homme que j’ai tué (Broken Lullaby, 1932). Frantz est le récit d’un secret et d’une histoire d’amour aux teintes tragiques, dont l’action se déroule au lendemain de la Première Guerre mondiale. Dans un petit village allemand, Anna (Paula Beer) survit après avoir perdu son fiancé, Frantz. Le quotidien de la jeune femme est rythmé par les visites au cimetière et la tristesse de la vie au sein de la famille du soldat. À l’instar de l’image en noir et blanc, l’existence a perdu sa palette de couleurs, jusqu’au jour où, lors de l’une de ses visites au cimetière, Anna aperçoit un jeune homme en pleurs aux pieds de la tombe de son fiancé tombé au combat. En plaçant son point de vue du côté de la famille d’un soldat allemand, Ozon donne une intéressante profondeur à son intrigue située entre le drame et le thriller psychologique. On ressent ici toute la haine franco-allemande et l’animosité d’après-guerre, mais ce qui compte finalement est la reconstruction, physique ou spirituelle des individus. L’esthétique visuelle et l’atmosphère sont aussi brillamment installées grâce à son directeur de la photographie Pascal Marti. Initialement décidé à tourner en couleur, le réalisateur préfère opter pour le noir et blanc après avoir découvert les décors et les photos du village des années 1920. L’attrait de Frantz se trouve essentiellement dans l’introduction de séquences en couleur à certains moments. Celle-ci apparaît progressivement pour insuffler de la vie dans cet univers de mort. Elle surgit avec le bonheur s’assimilant à des moments de trêve et de répit. Des instants où les personnages peuvent se permettre d’esquisser un sourire. Paula Beer, transcendante et lumineuse, incarne remarquablement l’abnégation des veuves des soldats, déchirées entre le deuil et l’envie de continuer à vivre. Pierre Niney excelle également dans son rôle de jeune homme torturé, poussé à bout par la hantise de cet homme disparu et d’un secret inavoué. Frantz est ce personnage à la fois absent (son image n’apparaît que sur différentes photos) et absolument omniprésent. Si l’émotion peine à s’épanouir et si ces faux-semblants ne semblent finalement pas si trompeur, Frantz propose une belle réflexion sur la mémoire, l’amitié, le deuil, le mensonge et la peur de l’étranger. En cette époque de troubles et de déchirements entre les peuples, tout devient ici relatif et la souffrance n’a pas de nationalité. Frantz reste gravé dans le cœur de ses proches comme le devoir de mémoire doit rester gravé dans l’esprit de l’individu/spectateur.

.

.

.

  • FRANTZ de François Ozon en salles le 7 septembre 2016
  • Avec : Pierre Niney, Paula Beer, Ernst Stötzner, Marie Gruber, Anton von Lucke, Johann von Bülow.…
  • Scénario : François Ozon d’après la libre adaptation de Broken Lullaby de Ernst Lubitsch
  • Production : Eric Altmayer, Nicolas Altmayer
  • Photographie : Pascal Marti
  • Montage : Laure Gardette
  • Décors : Michel Barthélemy
  • Costumes: Pascaline Chavannes
  • Musique : Philippe Rombi
  • Distribution : Mars Films
  • Durée : 1h54

.

Commentaires

A la Une

César 2024 : Anatomie d’une Chute rafle la mise avec six récompenses

L’Olympia accueillait la 49e Cérémonie des César ce vendredi 23 février. Si les récompenses n’ont pas créé de grandes surprises,… Lire la suite >>

Micheline Presle, star de Falbalas et du Diable au Corps, s’éteint à 101 ans

La doyenne du cinéma français, qui a partagé l’affiche avec les plus grands de l’époque comme Paul Newman et Erroll Flynn, nous a quittés ce 21 février.

Jurassic World 4 : Gareth Edwards en pourparlers pour réaliser le prochain volet

Après le départ de David Leitch, c’est Gareth Edwards, réalisateur de Rogue One, qui serait envisagé par Universal pour reprendre les rênes de l’univers Jurassic Park.

American Nails : Abel Ferrara prépare un film de gangsters moderne avec Asia Argento et Willem Dafoe

Abel Ferrara, réalisateur de Bad Lieutenant et de The King of New York prépare une histoire de gangsters moderne située en Italie, avec Asia Argento et Willem Defoe dans les rôles principaux.

Christopher Nolan aimerait réaliser un film d’horreur

À l’occasion d’un entretien avec la British Film Institute de Londres, Christopher Nolan, réalisateur d’Oppenheimer, de la trilogie The Dark Knight…

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BOB MARLEY : ONE LOVE 772 865 1 772 865
2 MAISON DE RETRAITE 2 526 067 1 526 067
3 COCORICO 383 132 2 967 838
4 CHIEN & CHAT 314 952 1 314 952
5 MADAME WEB 207 894 1 207 894
6 LE DERNIER JAGUAR 177 731 2 400 111
7 LA ZONE D'INTERET 130 142 3 535 450
8 DAAAAAALI ! 116 376 2 325 922
9 TOUT SAUF TOI 112 338 4 451 874
10 SANS JAMAIS NOUS CONNAITRE 74 540 1 74 540

Source: CBO Box office

Nos Podcasts