Frantz de François Ozon : critique

Publié par Lucia Miguel le 7 septembre 2016

Synopsis : Au lendemain de la guerre 14-18, dans une petite ville allemande, Anna se rend tous les jours sur la tombe de son fiancé, Frantz, mort sur le front en France. Mais ce jour-là, un jeune Français, Adrien, est venu se recueillir sur la tombe de son ami allemand. Cette présence à la suite de la défaite allemande va provoquer des réactions passionnelles dans la ville.

♥♥♥♥♥

 

Frantz - affiche

Frantz – affiche

Après avoir exploré les méandres de la transsexualité dans Une nouvelle amie (2014), François Ozon porte à l’écran, pour son seizième long métrage, une pièce de Maurice Rostand, déjà adaptée par Ernst Lubitsch dans L’Homme que j’ai tué (Broken Lullaby, 1932). Frantz est le récit d’un secret et d’une histoire d’amour aux teintes tragiques, dont l’action se déroule au lendemain de la Première Guerre mondiale. Dans un petit village allemand, Anna (Paula Beer) survit après avoir perdu son fiancé, Frantz. Le quotidien de la jeune femme est rythmé par les visites au cimetière et la tristesse de la vie au sein de la famille du soldat. À l’instar de l’image en noir et blanc, l’existence a perdu sa palette de couleurs, jusqu’au jour où, lors de l’une de ses visites au cimetière, Anna aperçoit un jeune homme en pleurs aux pieds de la tombe de son fiancé tombé au combat. En plaçant son point de vue du côté de la famille d’un soldat allemand, Ozon donne une intéressante profondeur à son intrigue située entre le drame et le thriller psychologique. On ressent ici toute la haine franco-allemande et l’animosité d’après-guerre, mais ce qui compte finalement est la reconstruction, physique ou spirituelle des individus. L’esthétique visuelle et l’atmosphère sont aussi brillamment installées grâce à son directeur de la photographie Pascal Marti. Initialement décidé à tourner en couleur, le réalisateur préfère opter pour le noir et blanc après avoir découvert les décors et les photos du village des années 1920. L’attrait de Frantz se trouve essentiellement dans l’introduction de séquences en couleur à certains moments. Celle-ci apparaît progressivement pour insuffler de la vie dans cet univers de mort. Elle surgit avec le bonheur s’assimilant à des moments de trêve et de répit. Des instants où les personnages peuvent se permettre d’esquisser un sourire. Paula Beer, transcendante et lumineuse, incarne remarquablement l’abnégation des veuves des soldats, déchirées entre le deuil et l’envie de continuer à vivre. Pierre Niney excelle également dans son rôle de jeune homme torturé, poussé à bout par la hantise de cet homme disparu et d’un secret inavoué. Frantz est ce personnage à la fois absent (son image n’apparaît que sur différentes photos) et absolument omniprésent. Si l’émotion peine à s’épanouir et si ces faux-semblants ne semblent finalement pas si trompeur, Frantz propose une belle réflexion sur la mémoire, l’amitié, le deuil, le mensonge et la peur de l’étranger. En cette époque de troubles et de déchirements entre les peuples, tout devient ici relatif et la souffrance n’a pas de nationalité. Frantz reste gravé dans le cœur de ses proches comme le devoir de mémoire doit rester gravé dans l’esprit de l’individu/spectateur.

.

.

.

  • FRANTZ de François Ozon en salles le 7 septembre 2016
  • Avec : Pierre Niney, Paula Beer, Ernst Stötzner, Marie Gruber, Anton von Lucke, Johann von Bülow.…
  • Scénario : François Ozon d’après la libre adaptation de Broken Lullaby de Ernst Lubitsch
  • Production : Eric Altmayer, Nicolas Altmayer
  • Photographie : Pascal Marti
  • Montage : Laure Gardette
  • Décors : Michel Barthélemy
  • Costumes: Pascaline Chavannes
  • Musique : Philippe Rombi
  • Distribution : Mars Films
  • Durée : 1h54

.

Commentaires

A la Une

Disney+ atteint les 50 millions d’abonnés dans le monde

Le service de vidéo à la demande de Disney disponible depuis mercredi en France, connaît un succès considérable cinq mois… Lire la suite >>

La Nuit du chasseur : un remake du classique en préparation

Soixante-cinq ans après sa sortie hexagonale, un projet d’adaptation du culte de Charles Laughton, incarné par l’inoubliable Robert Mitchum, est… Lire la suite >>

Tyler Rake : Chris Hemsworth en mercenaire dans le trailer musclé du nouveau film Netflix

Netflix enrichit son catalogue d’exclusivités avec cette production des frères Russo portée par Chris Hemsworth et Golshifteh Farahani.    … Lire la suite >>

Cannes 2020 : Thierry Frémaux rejette l’idée d’un Festival numérique

Selon les propos de Thierry Frémaux, une édition numérique du Festival de Cannes, reporté à une date ultérieure, n’est certainement… Lire la suite >>

Twin Peaks : Kyle MacLachlan propose aux fans de fêter les 30 ans de la série avec lui

Le confinement n’empêchera pas les adeptes de Twin Peaks de se réunir pour fêter les trente ans de sa première… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts