Musique/ Star Trek Sans Limites par Michael Giacchino : critique

Publié par Jérôme Nicod le 9 septembre 2016

Résumé : Le crash du vaisseau amiral de la saga spatiale est aussi celui d’un compositeur qui nous avait habitué à davantage de panache et de subtilité. À l’instar du film, la musique manque d’originalité, recycle le thème principal à l’envi et ne procure du plaisir à l’écoute que par intermittence. Dans les bacs depuis le 29 juillet, édité par Varese Sarabande.

♥♥♥♥♥

 

Star Trek Sans Limites (Star Trek Beyond) - pochette

Star Trek Sans Limites (Star Trek Beyond) – pochette

Lorsque J.J. Abrams a entrepris de rebooter Star Trek, qui fête ses 50 ans cette année, il a demandé à l’un de ses complices de toujours, Michael Giacchino, d’en composer la bande originale. Une nouvelle fois, le duo a réalisé des merveilles, après leur collaboration sur les volets 3 et 4 de Mission: Impossible. Giacchino a créé pour l’occasion un nouveau thème Star Trek, exceptionnel, qui puise sa source dans le travail d’Alexandre Courage (auteur du thème de la première série TV) et son esprit dans celui de Jerry Goldsmith (auteur de la majorité des épisodes cinéma, dont les incontournables Star Trek – The Motion Picture et Star Trek V). L’opus suivant, Star Trek Into Darkness, sans doute l’un des meilleurs de la série des treize épisodes portés sur le grand écran, a repoussé les limites ; Giacchino compose en effet l’une de ses meilleures bandes originales. Puissante, élégante, mélodique, elle a soulevé le film pour le porter encore plus haut, plus loin, beyond comme on le formule désormais. Ce nouveau chapitre, Star Trek Sans Limites, était donc attendu avec une impatience non dissimulée. Et Paramount a mis les petits plats dans les grands : la première mondiale s’est déroulée à l’occasion du dernier Comic-Con de San Diego devant un écran IMAX, avec un orchestre de 90 musiciens qui a joué en direct la partition musicale de Giacchino. Hélas, la déception est à la hauteur de l’attente, de taille, avec sans doute l’un des scores les plus faibles du compositeur et l’un des plus faibles de toute la série cinématographique.

.

Star Trek Sans Limites (Star Trek Beyond)

Star Trek Sans Limites (Star Trek Beyond)

.

Star Trek Sans Limites comporte en effet de nombreux problèmes que le score ne parvient pas à résoudre. La musique raconte le film au lieu de le mettre en valeur. C’est d’autant plus malheureux que l’esthétique, les décors et les effets spéciaux sont magnifiques, peut-être les plus beaux jamais vus dans la saga. Mais la faiblesse d’un scénario trop linéaire renvoie qualitativement le film à l’un des 703 épisodes de la série télévisée, et malheureusement sa musique avec. Ce n’est pas la première fois qu’un opus cinéma de Star Trek manque son passage au cinéma ; le dernier en date était Star Trek : Nemesis (10e volet). Il a sonné le glas de la précédente équipe sous la houlette du Capitaine Jean-Luc Picard, juste avant le reboot. Mais dans ce dernier cas, le film a été sauvé du naufrage artistique par la musique de Jerry Goldsmith, qui lui a conféré une dimension très nettement supérieure. Aucun thème majeur n’emporte l’écoute ici, les orchestrations sont assez banales et, pour tenir les 61 minutes de l’album, Giacchino décline jusqu’à la nausée son thème Star Trek (et aussi, accessoirement, celui de London Calling, du précédent opus). Le principal problème de ce thème est qu’il n’est pas un thème d’action, mais un thème de climat, il incarne l’univers de la saga. Le décliner ainsi le banalise. Penser la possibilité de composer une bande originale en utilisant des déclinaisons à volonté du thème principal est toujours un risque majeur, et peu l’ont réussi.

 

.

Star Trek Sans Limites (Star Trek Beyond)

Star Trek Sans Limites (Star Trek Beyond)

.

Peut-être l’année dernière Giacchino a-t-il été épaté par le travail de Joe Kramer, qui a pris sa suite dans la saga Mission Impossible ? Lorsque J.J. Abrams a demandé à Giacchino d’assurer la bande originale, pour les deux opus qu’il a réalisés, ce dernier a puisé dans l’ADN de la musique de Lalo Schifrin et créé de nombreuses mélodies, souvent fabuleuses : MISSION IMPOSSIBLE – PROTOCOLE FANTÔME (notre critique film) est un chef d’oeuvre musical pour film d’action. Joe Kramer, pour le cinquième opus, a choisi de puiser non pas dans l’ADN mais dans le choix des instruments et du tempo, et utilisé des dérivatifs permanents du thème principal créé par Schifrin. La BO de MISSION IMPOSSIBLE – ROGUE NATION (notre critique film) est une des meilleures de 2015, bien que le thème ne soit pas un thème d’action.

.

Dans Star Trek Sans Limites, le choix artistique risqué de Giacchino plombe l’album, au moins dans sa première moitié. Night of Yorktown semble de la musique au kilomètre qui ne sert pas les sublimes images numériques 3D. Au contraire, elle les banalise à grand renfort de clichés et d’un choeur attendu, sans compter les nombreux emprunts stylistiques à JURASSIC WORLD (notre critique musicale). A Swarm Reception est lourd, aux effets trop appuyés. On sauve de ce naufrage Jaylah Damage et ses percussions, bien que le morceau ne soutienne pas l’intérêt jusqu’à la fin de ses 2 minutes 50. Il faut attendre la seconde moitié de l’album pour susciter les rares premières émotions.

.

Sofia Boutella (Jaylah) - Star Trek Sans Limites (Star Trek Beyond)

Sofia Boutella (Jaylah) – Star Trek Sans Limites (Star Trek Beyond)

.

MotorCycles of Relief, bien qu’il utilise le Star Trek thème, est assez puissant et emporte l’écoute. Mocking Jaylah est plutôt réussi ; on devine que ce nouveau personnage a été la véritable source d’inspiration du compositeur. Mais le style pompier de l’ensemble n’emmène vers aucune mélodie, si ce n’est une courte séquence mixant le Star Trek thème de Giacchino et celui de Courage. C’est encore une jeune femme, Jaylah, qui va inspirer un compositeur de la saga intergalactique, à l’image de John Williams, dont le thème de Rey est la belle surprise de l’album du dernier STAR WARS : LE RÉVEIL DE LA FORCE (notre critique musicale). Crash Decision est puissant et met en avant un thème très réussi, avant de conclure à nouveau sur le Star Trek thème, le meilleur morceau de l’album, mais un peu assourdissant. Le thème final au piano, Par-Tay for the Course ressemble une nouvelle fois trop à celui de Jurassic World dans son introduction, mais ensuite ne va nulle part. C’est encore la version originale du thème Star Trek qui termine le mieux cet album en manque d’inspiration, au regard du travail habituel de son compositeur et celui de son illustre prédécesseur, Jerry Goldsmith.

.

Le plus inattendu musicalement : la présence à l’écran de trois chansons. On peut entendre Fight the Power de Public Enemy et Sabotage des Beastie Boys. Le générique de fin est illustré par une pop-song en lieu et place d’une suite musicale orchestrale, qui vient par la suite. Rihanna interprète Sledgehammer, dont les paroles résonnent comme une parfaite conclusion à cette immense déception : « J’ai frappé un mur, je ne m’étais jamais sentie aussi abattue. Telle une cascade, mes larmes tombaient sur le sol. On a laissé une piscine de crimes salés. Que pourrais-je faire pour te faire changer d’avis ? Rien. »

.

.

.

Star Trek Sans Limites (Star Trek Beyond) - pochette

Star Trek Sans Limites (Star Trek Beyond) – pochette

Star Trek Beyond par Michael Giacchino

Durée: 61:13

  1. Logo And Prosper (1:47)
  2. Thank Your Lucky Star Date (2:15)
  3. Night On The Yorktown (5:36)
  4. The Dance Of The Nebula (2:22)
  5. A Swarm Reception (2:30)
  6. Hitting The Saucer A Little Hard (6:10)
  7. Jaylah Damage (2:50)
  8. In Artifacts As In Life (1:51)
  9. Franklin, My Dear (2:50)
  10. A Lesson In Vulcan Mineralogy (5:17)
  11. MotorCycles Of Relief (3:17)
  12. Mocking Jaylah (3:26)
  13. Crash Decisions (3:16)
  14. Krall-y Krall-y Oxen Free (4:23)
  15. Shutdown Happens (4:35)
  16. Cater-Krall In Zero G (2:17)
  17. Par-tay For The Course (2:46)
  18. Star Trek Main Theme (3:45)

.

Commentaires

A la Une

If It Bleeds : Darren Aronofsky, Ben Stiller et Blumhouse acquièrent trois nouvelles du recueil de Stephen King

If It Bleeds, le recueil de nouvelles horrifiques de l’auteur dont les adaptations sont les plus prolifiques au monde intéresse… Lire la suite >>

Incroyable mais vrai : Quentin Dupieux prépare son nouveau film

Après Mandibules qui sortira prochainement, Quentin Dupieux retrouve Alain Chabat et Anaïs Demoustier pour une nouvelle comédie invraisemblable, Incroyable mais… Lire la suite >>

The Boys : l’équipe de bras cassés est de retour dans le trailer de la saison 2

Humour noir, hémoglobine, têtes tranchées et traque sans merci rythment le premier trailer de la deuxième saison de The Boys,… Lire la suite >>

We Are Who We Are : premier teaser pour la minisérie de Luca Guadagnino

Deux adolescents qui échangent sur les rochers d’une plage italienne. Le teaser de la première série du réalisateur de Call… Lire la suite >>

Le bassin de la Villette va accueillir un cinéma flottant

Dans le cadre de l’ouverture de la saison de Paris Plages, le bassin de la Villette sera le théâtre d’un… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 126 691 17 507 224
2 LES PARFUMS 121 018 1 121 018
3 EN AVANT 86 495 18 769 385
4 DE GAULLE 75 074 18 791 823
5 L'OMBRE DE STALINE 55 652 3 140 532
6 INVISIBLE MAN 43 454 19 715 734
7 THE DEMON INSIDE 32 818 3 83 050
8 L'APPEL DE LA FORET 25 662 20 1 229 062
9 NOUS, LES CHIENS... 24 040 3 46 153
10 10 JOURS SANS MAMAN 22 575 20 1 151 800

Source: CBO Box office

Nos Podcasts