Musique/ Star Wars – Le Réveil de la Force par John Williams: critique

Publié par Jérôme Nicod le 22 décembre 2015

Résumé : Le CD de la bande originale du film est disponible depuis le 18 décembre 2015, édité par Disney Records. Le Réveil de la Force est aussi celui de John Williams, 83 ans, tant il réussit à surprendre une nouvelle fois, en retrouvant son énergie créative des années 70, après les déceptions de ces tout derniers albums. Puissant, subtil, glorieux, émouvant, sensible, sombre, bref, indispensable. L’album de l’année.

 

♥♥♥♥♥

 

Bande originale Star Wars - Le Reveil de la Force par John Williams

Bande originale Star Wars – Le Reveil de la Force par John Williams

L’univers de Star Wars, sorti de l’imagination de Georges Lucas mais souvent réalisé par d’autres, doit beaucoup à son accompagnement sonore. Ce nouvel opus a la chance de toujours bénéficier des talents d’origine, Ben Burt (illustrateur sonore, qui a aussi travaillé à l’expression orale de Wall-E), et bien sûr John Williams. Ce son, unique dans la galaxie des films de genre, contribue à donner à Star Wars le sentiment d’un univers propre, dans lequel on revient à chaque fois avec gourmandise. À la différence de JURASSIC WORLD (notre critique), ce nouvel épisode de STAR WARS – LE RÉVEIL DE LA FORCE (notre critique), sans être un grand film, est parfait pour relancer la série. Il en va de même pour la musique de John Williams. Moins imaginative que celles de Un Nouvel Espoir ou L’Empire contre Attaque, elle est exactement celle qu’il faut aujourd’hui. Quelques jolis thèmes, dont celui de Rey, mais pas de thème de méchant. Certes, composer des thèmes par personnages se pratique moins aujourd’hui, et le méchant de cette nouvelle trilogie est encore inabouti. On entend des débuts de mélodies, des phrases inachevées dans Kylo Ren arrives at the Battle ou dans Snoke dont les chants rappellent les racines de l’Empereur dans la prélogie. Mais pas de score à la hauteur de celui de Dark Vador – que l’on entend brièvement dans le film, lorsque son masque broyé apparaît à l’écran, mais qui ne figure pas dans l’album.

 

Star Wars Le Reveil de la ForceStar Wars - Le Reveil de la ForceStar Wars - Le Reveil de la ForceStar Wars - Le Reveil de la Force

 

Le Réveil de la Force démarre avec le traditionnel générique évoluant sur la musique de la scène d’ouverture. L’orchestration est un peu différente, plus fraîche. Comme pour chaque film, la version de l’album diffère de celle du cinéma, Williams collant au rythme des images. Pour les fins connaisseurs, les différences les plus notables sont dans La Revanche des Sith, la version grand écran étant encore plus forte que celle de l’album. Ici, dès les trois premières minutes, nous sommes embarqués dans un espace musical extrêmement riche. La charge émotionnelle est très forte lorsque apparaissent Han, Leia et Luke. Pour ceux qui ont eu la chance de découvrir les épisodes lors de leurs sorties initiales, les revoir enfin, trente ans plus tard, est une profonde émotion. Williams a pris soin d’eux comme d’un trésor. Le thème Han et Leia est une réinterprétation d’un morceau créé en 1977. Avec douceur et tendresse, il fait monter les larmes aux yeux. Les violoncelles prennent davantage d’importance, avec l’âge des personnages. Depuis 1977, John Williams a créé un univers musical de plus d’une dizaine d’heures. Un space opera devenu opéra, qui peut réellement s’écouter dans l’ordre chronologique, alors qu’on ne saurait trop conseiller au néophyte de découvrir la saga dans l’ordre IV-V-VI-VII et ensuite I-II-III. Après l’ambition musicale de la prélogie, il revient à son style des années 1970-80.

 

Et pour les connaisseurs de son œuvre, c’est inespéré. Ce sont les années qui ont vu naître les fameux scores des Dents de la Mer (1974), d’Indiana Jones (1981), de Superman (1979)… Le solo de hautbois qui ouvre The Scavenger est une illustration de ce style ; il marque la première apparition du thème de Rey qui va traverser l’album comme un fil rouge. C’est résolument elle le centre d’intérêt de cette nouvelle trilogie. Le bref morceau, très sensible et magique, qui introduit BB-8 est un clin d’œil stylistique à l’apparition d’E.T. (1982). March of the Resistance est comme une réponse à The Imperial March, plus connu comme thème de Dark Vador. L’aspect militaire est mélangé musicalement à des éléments positifs de motivation. Il laisse deviner l’improvisation s’opposant au caractère stratégique et déterminé de la marche de Vador. The Way of the Force sonne comme une gourmandise, dont le final est destiné aux fans de la première heure. Scherzo for X-Wings est un délicieux clin d’œil stylistique (mais pas seulement) à Scherzo for Motocycle and Orchestra dans Indiana Jones et la dernière croisade : une diablerie, qui joue avec le thème principal pour le dynamiter en retombées énergiques et positives. C’est la première fois que Williams se permet cet effet dans la saga !

 

Star Wars - Le Reveil de la ForceStar Wars - Le Reveil de la ForceStar Wars - Le Reveil de la ForceStar Wars - Le Reveil de la Force

 

Comme évoqué plus haut, il y a en apparence moins de thèmes fédérateurs dans cet album, mais les nombreuses mélodies s’inscrivent en cohérence avec l’ensemble. Williams a tant écrit pour la saga, qu’il a développé, au-delà des phrases musicales, un langage lui permettant de raconter une immense variété d’histoires, tout en restant au sein de l’univers qu’il a constitué. Il s’agit bien d’une musique originale, bien que faisant appel à des morceaux mondialement connus, mais jamais Williams ne reprend des phrases habituelles de son style. Pour illustrer le propos, disons que la musique composée pour TINTIN (notre critique), son dernier grand album, empruntait beaucoup à d’autres films. Ici tout est nouveau, comme si Le Réveil de la Force et cet album avaient été créés en 1986. Cette généreuse partition de 77 minutes s’écoute en continu, des détails apparaissent et les couches secondaires surgissent. Il est tellement inconcevable de confier à un autre la musique de Star Wars qu’on souhaite à John Williams la santé d’une nouvelle trilogie et plus encore. Personne d’autre n’a aujourd’hui une telle force, une telle richesse. Disney a confié à Alexandre Desplat le défi de créer un univers musical pour un spin-off de la saga, Rogue One : A Star Wars Story de Gareth Edwards : c’est un choix risqué, tant ce dernier a déçu pour Harry Potter. On aurait préféré la force mélodique et orchestrale d’un Patrick Doyle.

 

Pour la première fois, la musique a été jouée par le Hollywood Studio Orchestra à Los Angeles et non plus par l’habituel London Symphony Orchestra. La particularité de cet orchestre est d’être composé de musiciens engagés par contrats pour chaque occasion, à la différence du London, constitué de permanents. Cela s’entend, tout comme la qualité d’enregistrement qui n’a pas la précision coutumière, mais demeure d’un très beau niveau. La grande classe, pour le compositeur le plus complet et le plus élégant du cinéma contemporain ! Le prochain album du maestro sera disponible pour la sortie en juillet 2016 du BON GROS GÉANT réalisé par son ami Steven Spielberg.

 

 

 

Bande originale Star Wars - Le Reveil de la Force par John Williams

Bande originale Star Wars – Le Reveil de la Force par John Williams

Star Wars – Le Réveil de la Force par John Williams

Durée: 77:08

  1. Main Title and the Attack on the Jakku Village (6:25)
  2. The Scavenger (3:39)
  3. I Can Fly Anything (3:11)
  4. Rey Meets BB-8 (1:31)
  5. Follow Me (2:54)
  6. Rey’s Theme (3:11)
  7. The Falcon (3:32)
  8. That Girl With The Staff (1:58)
  9. The Rathtars! (4:05)
  10. Finn’s Confession (2:08)
  11. Maz’s Counsel (3:07)
  12. The Starkiller (1:51)
  13. Kylo Ren Arrives At The Battle (2:01)
  14. The Abduction (2:25)
  15. Han And Leia (4:41)
  16. March of the Resistance (2:35)
  17. Snoke (2:03)
  18. On the Inside (2:05)
  19. Torn Apart (4:19)
  20. The Ways Of The Force (3:14)
  21. Scherzo For X-Wings (2:32)
  22. Farewell And The Trip (4:55)
  23. The Jedi Steps And Finale (8:51)

Commentaires

A la Une

Confinement : La Comédie-Française lance sa web télé

Les amateurs de théâtre ont de quoi se réjouir. La Maison de Molière transporte les planches de la salle Richelieu… Lire la suite >>

Confinement : projections de quartier, programmations virtuelles, le cinéma de proximité subsiste

Des projections nocturnes d’une cour d’immeubles à Lyon aux initiatives de petites salles, le cinéma reste un biais d’échange et… Lire la suite >>

Mad Max : Anya Taylor-Joy pourrait camper la jeune Furiosa

La star des Nouveaux Mutants a été auditionnée pour jouer le rôle de Furiosa dans le prequel racontant la jeunesse… Lire la suite >>

Le réalisateur Thomas Lilti redevient médecin face à la pandémie

Le réalisateur d’Hippocrate a décidé de rejoindre les rangs de ses confrères soignants en pleine crise pandémique de Covid-19.  … Lire la suite >>

Confinement : The Jokers invite petits et grands à jouer avec son cahier d’activités cinéphile

Le distributeur hexagonal de Parasite vous offre de petits jeux ludiques et un concours autour du cinéma, pour divertir petits… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts