Livre/ Hollywood, la cité des femmes par Antoine Sire : critique

Publié par Jacques Demange le 29 octobre 2016

Résumé :  Hollywood, la cité des femmes est le premier livre à décrire avec précision la trajectoire des femmes qui ont construit le mythe hollywoodien. D’une plume érudite et passionnée, l’auteur évoque plus d’une centaine d’actrices et ouvre sur une nouvelle lecture de l’histoire d’Hollywood, à travers le rôle des femmes.

♥♥♥♥♥

 

Hollywood, la cité des femmes - Antoine Sire

Hollywood, la cité des femmes – Antoine Sire

En 1953, dans leur numéro consacré à la femme au cinéma, les Cahiers du cinéma titraient leur éditorial par une question rhétorique : « Où sont passés les Garbo d’antan ? », avant de décrire ces « divinités muettes » descendues de leur Olympe pour se métamorphoser tragiquement en un « souillon verni, platiné…et dégrafé à la Marilyn Monroe » aboutissant logiquement à une dégradation du mythe et à la disparition de sa métaphysique. Pour radicale que soit cette opinion, celle-ci semble témoigner d’une pensée, ô combien obscurisante, qui continue d’agiter une certaine tendance de la cinéphilie française. C’est dire l’importance de ce monumental essai qui pose un regard à la fois neuf et singulier sur l’histoire du classicisme hollywoodien (1930-1955). Aborder le cinéma par le prisme de la femme relève de la plus cohérente des logiques, semble indiquer Antoine Sire, auteur, acteur et personnalité publique aux multiples talents, dès son introduction. On l’a peut-être oublié, mais la popularisation du divertissement cinématographique participa de l’intérieur aux mouvements d’émancipation de la femme. À l’écran aussi, les choses évoluent. Au fil des années, les stéréotypes s’effacent et les rôles féminins profitent d’une caractérisation psychologique plus fouillée. Si certains types persistent (Mary Pickford en jeune fille pure, Theda Bara en vamp), leur représentation dépasse souvent le schématisme pour aboutir à des images plus contrastées, sinon tempérées.

.

Paradoxe hollywoodien oblige, ce sont souvent des hommes qui seront à l’origine des plus beaux portraits de femmes : Cecil B. DeMille et Erich von Stroheim d’abord, puis George Cukor, Howard Hawks, Frank Capra, Alfred Hitchcock. Là où les gender studies anglo-saxonnes firent de la femme un instrument idéologique mis au service d’une critique appuyée du système hollywoodien, Antoine Sire en fait un objet d’étude particulièrement intéressant, à la fois contextuel, technologique, et esthétique. Des « Cendrillons » socialisées de la Grande Dépression (Jean Arthur, Barbara Stanwyck) aux femmes libérées des women’s pictures (Dorothy Malone, Jane Wyman) de l’après-guerre, en passant par les héroïnes pulsionnelles du film noir (Lauren Bacall, Veronica Lake, Gene Tierney, Lana Turner), l’auteur dresse un panorama très complet de l’histoire états-unienne. Cette évolution rencontre des problématiques plus techniques (l’arrivée du son, de la couleur), idéologiques (jouer avec ou contre le Production Code entré en vigueur en 1934), sociales, mythographiques, voire civilisationnelles (l’immigration, puis l’intégration d’actrices européennes).

.

Vingt chapitres répartis en cinq parties et s’étalant sur quelques 1200 pages, La cité des femmes décrite par Sire prend des allures d’encyclopédie. À travers ses portraits d’actrices, l’auteur entre avec humour dans le détail, décrivant Fay Wray comme la première « scream queen » de l’histoire du cinéma (et dont les talents vocaux ne se limitaient pas à King Kong, loin s’en faut), rappelant le bégaiement rapidement contrôlé de Marion Davies, ou le relooking subi par Greta Garbo à la MGM. La focalisation sur certains classiques en particulier (Sérénade à trois, Duel au soleil, La Comtesse aux pieds nus, entre autres) permet de revenir sur le tournage de films dont l’efficience fut souvent déterminée par la présence de leurs vedettes féminines. L’érudition amoureuse et passionnée dont fait montre l’écriture de Sire rappelle le Kevin Brownlow de La Parade est passée (Institut Lumière/Actes Sud, 2011), les deux auteurs partageant un style concis, n’oubliant jamais l’implication subjective sans pour autant tirer vers les facilités de l’expression emphatique.

.

La mise en page, cosignée par l’Institut Lumière et Actes Sud, associe l’élégance à un souci de clarté. Ouvrage préfacé par Thierry Frémaux et Bertrand Tavernier, photographies en noir et blanc qui confinent au sublime, tandis que les annexes s’affirment comme des prolongements essentiels (filmographies et biblographies très complètes, indexes des noms et des œuvres venant assurer la clarté de la lecture). « Si Garbo est entrée dans la légende comme un symbole d’Hollywood, Marlene Dietrich, elle, s’est inscrite dans l’histoire comme une des femmes les plus marquantes du XXe siècle » écrit Sire. Une remarque qui peut être généralisée à l’ensemble des actrices étudiées par l’auteur. Ni divinité ni souillon, ces dernières apparaissent, in fine, comme les figures les plus emblématiques de l’histoire de leur pays.

.

.

.

  • HOLLYWOOD, LA CITÉ DES FEMMES – Histoire des actrices de l’âge d’or d’Hollywood (1930-1955) par Antoine Sire disponible aux éditions Institut Lumière/Actes Sud depuis octobre 2016.
  • 1266 pages
  • 59 €

Commentaires

A la Une

Wise Guys : Robert De Niro dans le prochain film de gangsters de Barry Levinson

L’acteur de 79 ans retrouve le scénariste des Affranchis et s’associe au réalisateur de Rain Man, Barry Levinson, pour un… Lire la suite >>

Le Magicien d’Oz : Kenya Barris à la réalisation du remake

Le créateur de la série Black-ish, Kenya Barris, prend les rênes du remake du Magicien d’Oz pour le studio Warner… Lire la suite >>

Modigliani : Johnny Depp à la réalisation d’un biopic sur le célèbre peintre coproduit par Al Pacino

Pour son second long-métrage, l’acteur américain s’attaque au sculpteur italien Amedeo Modigliani, avec Al Pacino en tant que coproducteur.  … Lire la suite >>

L’actrice et chanteuse Olivia Newton-John est décédée à l’âge de 73 ans

La célèbre interprète de Sandy Olsson dans la comédie musicale Grease a poussé son dernier souffle des suites d’un long… Lire la suite >>

L’Exorciste : Le producteur Jason Blum donne des nouvelles du remake

À l’occasion du Festival international du film de Locarno où il devrait recevoir le prix du Meilleur producteur indépendant, Jason… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BULLET TRAIN 460 136 1 460 136
2 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 251 426 5 3 145 264
3 THOR : LOVE AND THUNDER 250 210 4 2 379 227
4 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 222 730 2 556 091
5 TOP GUN : MAVERICK 165 278 11 5 877 276
6 DUCOBU PRESIDENT ! 132 886 4 870 163
7 MENTEUR 109 332 4 694 419
8 L'ANNEE DU REQUIN 79 534 1 79 534
9 LA NUIT DU 12 54 557 4 296 044
10 JOYEUSE RETRAITE 2 52 910 3 300 700

Source: CBO Box office

Nos Podcasts