Tu ne tueras point de Mel Gibson : critique contre

Publié par Antoine Gaudé le 11 novembre 2016

Synopsis : 1945, alors que la guerre dans le Pacifique faisait rage et que les forces américaines menaient l’une des batailles les plus acharnées du conflit sur l’île d’Okinawa, un soldat s’est distingué. Desmond T. Doss, un objecteur de conscience, qui bien qu’ayant fait le serment de ne jamais tuer ni toucher à une arme, voulut servir son pays et s’engagea dans l’infanterie. Fidèle à ses convictions et armé de son seul courage, il a sauvé la vie de dizaines de soldats blessés en les ramenant un par un en sureté, sous le feu ennemi.

♥♥♥♥♥

 

Tu ne tueras point de Mel Gibson - affiche

Tu ne tueras point de Mel Gibson – affiche

On a cru un moment que Mel Gibson (Braveheart, La Passion du Christ, Apocalypto) avait trouvé dans cette histoire vraie d’un objecteur de conscience et de son exploit miraculeux le moyen d’affiner sa vision théologique, d’éviter les rapprochements symboliques faciles, voire même de s’affranchir de cette mise en scène viscérale portée sur la mutilation des corps… Mais dans sa quête outrancière d’un réalisme cinglant – comme si la reconstitution d’une explosion en disait plus long que n’importe quel plan de nature ou même de gros plan – la rêverie humaniste de Gibson s’estompe au profit d’une (nouvelle) passion christique de l’Élu. Avant d’être un film de guerre, Tu ne tueras point est surtout une affaire de religion et de croyances. Le destin de Desmond Doss (excellent Andrew Garfield) – de sa plus « tendre » enfance en Virginie à la bataille d’Okinawa en passant par le camp militaire – n’est que souffrances et supplices (malgré l’intermède amoureuse) jusqu’à sa reconnaissance finale, de martyr à héros national. Alors que l’enfance semblait avoir tout du paradis naturel sur Terre, certaines failles sont déjà béantes : vétéran de la Grande Guerre, son père est un alcoolique extrêmement violent. L’épisode traumatique de Desmond qui manque de tuer son frère avec une brique a également l’effet d’une « bombe » dans son comportement adulte. L’intelligence – ou la singularité-  de Desmond fait logiquement peur aux autres, renforçant la bêtise du genre humain, surtout de l’institution militaire. Mais fidèle à ses principes, Desmond assume et accepte toutes les humiliations et autres châtiments en tout genre.

.

Andrew Garfield - Tu ne tueras point

Andrew Garfield – Tu ne tueras point

.

Éloge du sacrifice et de la Foi, Tu ne tueras point est ainsi imprégné de visions divines (sa descente de la colline sur un brancard, sa douche pour se nettoyer du sang, etc.) placées sous le regard d’une foule bigarrée, d’abord interrogatrice et malveillante puis hagarde et excusée. Promesse d’un Soldat Ryan 2.0 avec surenchère de corps en charpie, de giclures intempestives de sang et d’ironie propre à toute condition humaine (le fait de mourir au bout de dix secondes de bataille), Tu ne tueras point ne fait évidemment pas dans la demi-mesure. Mais cette accumulation d’effets putassiers aux allures de réalisme macabre et gore ne rend pas forcément service au film, ici dépourvu de tout lyrisme. On peut en effet reprocher le manque de hauteur de la mise en scène de Gibson, en particulier lorsqu’il s’attarde sur les soldats japonais, filmés vulgairement comme des bêtes sauvages insensibles à l’idée de mort en caricaturant par exemple leur rituel du seppuku. On est ainsi très loin du geste politique et artistique que nous offrait Eastwood avec son magnifique diptyque Mémoires de nos pères et Lettres d’Iwo Jima.

.

La seule chose de cinématographiquement pertinent réside dans la représentation d’un héroïsme christique aux vertus utopiques (charité, espérance). Les héros de Mel Gibson ne font pour ainsi dire que galoper – le plus droit si possible – à la fois pour survivre, s’enfuir, agir ou encore mourir : de William Wallace à Desmond Doss en passant par Patte de Jaguar mais également dans ses interprétations de Martin Riggs, de Mad Max et autres Benjamin Martin… En cela, ils ont beaucoup de points communs avec un certain Forest Gump, dont l’incessante et insouciante course s’inscrivait également dans cette idée de fuite du temps ; cette lutte contre les nombreux visages de la mort. Ce sont des héros jusqu’au-boutiste qui trouvent dans la « course » leur plus belle inspiration. L’héroïsme de Gibson conserve en cela un aspect enfantin et ludique que le visage poupin de Garfield retranscrit à merveille. Nietzche disait que « chaque homme cache en lui un enfant qui veut jouer ». Desmond qui, quels que soient les humiliations physiques et mentales dont il fut la victime au cours de sa vie, a toujours conserver ce courage et cette distance (les scènes d’escalade avec son frère, ces petits sourires lors des réprimandes du sergent) qui lui permettent aujourd’hui de s’élever jusqu’aux astres.

.

.

.

  • TU NE TUERAS POINT (Hacksaw Ridge) de Mel Gibson en salles depuis le 9 novembre 2016.
  • Avec : Andrew Garfield, Teresa Palmer, Vince Vaughn, Sam Worthington, Luke Bracey, Hugo Weaving, Rachel Griffiths, Damien Thomlinson…
  • Scénario : Andrew Knight, Robert Schenkkan
  • Productions : Bill Mechanic
  • Photographie : Simon Duggan
  • Montage : John Gilbert
  • Décors : Mark Robins
  • Costumes : Lizzy Gardiner
  • Distribution : Metropolitan FilmExport
  • Durée : 2h11

.

Commentaires

A la Une

Lovecraft Country : second trailer pour la série coproduite par J.J Abrams et Jordan Peele

La série de huit épisodes de Lovecraft Country, qui donne vie aux créatures lovecraftiennes dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950,… Lire la suite >>

Léa Seydoux dans Le bal des folles d’Arnaud des Pallières

Prochainement à l’affiche des très attendus The French Dispatch et Mourir peut attendre, Léa Seydoux décroche le rôle principal du… Lire la suite >>

Cannes 2020 : The French Dispatch, Soul parmi les 56 films sélectionnés

Pierre Lescure et Thierry Frémaux ont dévoilé ce mercredi 3 juin les 56 longs-métrages sélectionnés pour être présentés dans différents… Lire la suite >>

[Vidéo] Décès de George Floyd : Spike Lee réagit en citant son film Do The Right Thing

Le réalisateur américain au cinéma militant a monté une vidéo qui rapproche l’arrestation qui a entraîné la mort de l’Afro-Américain… Lire la suite >>

Cinémas : l’UGC George V va fermer définitivement

L’UGC George V des Champs-Élysées tire sa révérence. Le bail de l’établissement, probablement transformé en hôtel de luxe, ne sera… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts