Manchester by the sea de Kenneth Lonergan : critique

Publié par Antoine Gaudé le 11 décembre 2016

Synopsis : C’est l’histoire de la famille Chandler, famille de classe ouvrière du Massachusetts. Après la mort subite de Joe son frère ainé, Lee devient le tuteur légal de son neveu. Lee doit faire face à un passé tragique qui l’a séparé de sa femme Randi ainsi que de la communauté où il est né et a été élevé.

♥♥♥♥

 

Manchester by the Sea - affiche

Manchester by the Sea – affiche

Le troisième long-métrage de l’américain Kenneth Lonergan, Manchester by the sea s’avère être la quintessence de ce que le cinéma indépendant américain peut offrir de mieux. À savoir, une écriture qui donne la part belle aux personnages. Une étude de caractère aboutie qui se refuse à tout manichéisme et qui tente de trouver le point d’équilibre entre un réalisme poignant, c’est-à-dire la capacité d’inscrire des personnages dans un contexte social précis, sans pour autant oublier leur dimension romanesque. L’écriture scénaristique est à ce titre un pur régal : les personnages ainsi que les dialogues sont d’une grande intelligence ; la mise en place des flashbacks, sous forme de souvenir, et leur rapport avec l’instant présent tisse parfaitement les relations entre chaque personnage. Il y a chez Lonergan une rigueur d’écriture impressionnante. La mécanique scénaristique atteint parfois une telle perfection que le filmage apparaît par moments dissonant ; la mise en scène a tendance à surligner le drame. Il n’y qu’à voir le rôle dévolu à la musique : un répertoire magnifique et foisonnant qui rend ses vertus à la musique classique. Mais alors que le drame se noue et se resserre lors de purs moments de tragédie, Lonergan est amener à surcharger via un choix de travelling, une note musicale ou même de plans sur une mer agitée. On a parfois le sentiment que Lonergan veut faire plus qu’un drame sur la perte, qu’il ambitionne de créer une œuvre totale et absolue, sorte de synthèse de tous les arts – visions picturales de l’architecture et de la géographie du Massachussetts, Bob Dylan côtoie ici une sonate d’Haendel, le romanesque s’invite dans la tragédie. Ce sont pourtant les scènes intimes et les plus basiques que le cinéaste touche juste et loin. Mais qu’importe. Les personnages, supportés par un casting formidable (Casey Affleck, Kyle Chandler, Michelle Williams, Lucas Hedges), possèdent tous leur zone d’ombre et de lumière. Jamais l’une prend le pas sur l’autre. 

.

Casey Affleck - Manchester by the Sea

Casey Affleck – Manchester by the Sea

.

Alcoolique et violent, Lee Chandler (Affleck) vit dans l’ombre de son défunt frère, Joe (Kyle Chandler). Père aimant, frère protecteur, citoyen avenant, Joe possédait de bien belles vertus humaines mais celles-ci étaient sûrement trop écrasantes pour sa propre fratrie, Lee et Donny. Ce dernier est partie vivre dans le Minnesota. Sa mort a laissé un vide que personne n’est en mesure de remplir. La fonction apparaît bien trop prestigieuse et lourde pour quiconque, en particulier pour Lee qui survit avec le pire des traumatismes sur la conscience, des « fantômes » qui ne cessent de ressurgir. Quant au fils de Joe, Patrick (Lucas Hedges), désormais jeune homme dans la fleur de l’âge, celui-ci lie une toute nouvelle relation avec son oncle, chacun tentant d’aider l’autre à exorciser son mal-être. La lumière provient de cette rencontre, d’une amitié mi-paternelle mi-fraternelle qui, malgré les aléas de la vie, produit un élan sublime, de nouvelles aspirations. Avec Manchester by the sea, Lonergan signe un beau film de personnages dans la plus grande tradition américaine ; un drame sur le deuil, la longue et solitaire reconstruction post-tragédie. La voix et le regard de Casey Affleck, l’un des acteurs les plus introverties du cinéma américain, et prétendant sérieux à l’Oscar, donnent une présence physique et mentale absolument remarquable à ce personnage souffreteux et insociable dont la force de caractère et l’humanité se dissimulent derrière cette (fausse) fragilité.

.

.

.

  • MANCHESTER BY THE SEA écrit et réalisé par Kenneth Lonergan en salles le 14 décembre 2016
  • Avec : Casey Affleck, Michelle Williams, Kyle Chandler, Lucas Hedges…
  • Production : Matt Damon, Gigi Pritzker, Chris Moore, Kevin Walsh, Lauren Beck, Kimberly Steward…
  • Photographie : Jody Lee Lipes
  • Montage : Jennifer Lame
  • Décors : Ruth de Jong
  • Costume : Leissa Toth
  • Musique : Lesley Barber
  • Distribution : Universal Pictures
  • Durée : 2h15

.

Commentaires

A la Une

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Rachel Weisz dans la peau d’Elizabeth Taylor 

Rachel Weisz incarnera la superstar hollywoodienne Elizabeth Taylor, dans un biopic consacré à l’actrice militante, figure de la lutte contre… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BELLE EPOQUE 565 429 1 565 429
2 JOKER 463 547 5 5 074 165
3 HORS NORMES 382 646 3 1 529 131
4 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 295 221 4 2 402 411
5 ABOMINABLE 262 442 3 1 637 561
6 MIDWAY 238 069 1 238 069
7 RETOUR A ZOMBIELAND 161 784 2 458 756
8 TERMINATOR : DARK FATE 126 753 3 850 150
9 MON CHIEN STUPIDE 122 483 2 412 739
10 AU NOM DE LA TERRE 107 892 7 1 845 632

Source: CBO Box office

Nos Podcasts