Cannes 2017/ Brigsby Bear de Dave McCary : critique

Publié par Antoine Gaudé le 25 mai 2017

Synopsis : Après 25 ans de vie avec ses parents dans un maison isolée James décide d’aller vivre sa vie. Il emménage à Cedar Hills et apprend que personne – excepté lui – ne connaît l’émission Brigsby Bear Adventures, qui s’est d’ailleurs arrêtée sans jamais se terminer. Pour affronter sa nouvelle vie le jeune homme décide de mettre en pratique les leçons de Brigsby et de lui donner une fin.

♥♥♥♥♥

 

Brigsby Bear - affiche

Brigsby Bear – affiche

Déjà présenté à Sundance et sélectionné pour clore la Semaine de la critique, Brigsby Bear de Dave McCary a tout du prototype du film indépendant américain. L’écriture emphatique de ce type de film, totalement normé, équivaut en quelque sorte à sortir l’artillerie lourde : histoire rocambolesque à fort potentiel humoristique, musique pontifiante selon la gravité des situations, morale mielleuse et final bienveillant. Alors que l’on pouvait s’attendre à une comédie irrévérencieuse par l’un des auteurs de l’émission satirique Saturday Night Live, qui plus est produite par d’ex-enfants chéris du show le Lonely Island ainsi que les nouveaux rois de la comédie US, Phil Lord et Chris Miller (22 Jump Street), Brigsby Bear ne fait finalement qu’actionner tous les leviers de l’écriture automatique qui a fait la renommée de Sundance depuis le succès de Little Miss Sunshine dont on retrouve ici l’acteur Greg Kinnear. Des blagues sympathiques mais jamais subversives, aux relations conflictuelles (les parents, la sœur…) et amicales (son nouveau copain vidéaste), le film ne dépasse jamais les schémas dans lesquels ce cinéma se morfond et se complaint avec, il faut le reconnaître, une certaine efficacité dans le comique, souvent aidé par de bons comédiens. Et si l’idée de base possédait un potentiel comique et/ou dramatique, à défaut d’être pleinement original, le film choisit, comme guidé par les modes et les consensus actuelles, la voie de la nostalgie, du fétichisme et de l’artisanal. L’universalité du propos – conserver son âme d’enfant pour encore faire preuve d’imagination et d’inventivité – et sa valse de bons sentiments finissent par engloutir le postulat de base, celui d’un enfant kidnappé, coupé du monde et dont la seule interaction est une émission avec un ours qui sauve le monde en envoyant des messages pédagogiques, comme une version cheap de Dora l’exploratrice.

.

.

.

  • BRIGSBY BEAR de Dave McCary en salles prochainement
  • Avec : Kyle Mooney, Mark Hamill, Claire Danes, Andy Samberg, Greg Kinnear…
  • Scénario : Kevin Costello, Kyle Mooney
  • Production : Will Allegra, Phil Lord, Chris Miller, Mark Roberts, Andy Samberg…
  • Photographie : Christian Sprenger
  • Montage : Jacob Craycroft
  • Décors : Brandon Tonner-Connolly
  • Costumes : Sarah Mae Burton
  • Musique : David Wingo
  • Distribution : Sony Pictures
  • Durée : 1h40

.

Commentaires

A la Une

Cannes 2020 : The French Dispatch, Soul parmi les 56 films sélectionnés

Pierre Lescure et Thierry Frémaux ont dévoilé ce mercredi 3 juin les 56 longs-métrages sélectionnés pour être présentés dans différents… Lire la suite >>

[Vidéo] Décès de George Floyd : Spike Lee réagit en citant son film Do The Right Thing

Le réalisateur américain au cinéma militant a monté une vidéo qui rapproche l’arrestation qui a entraîné la mort de l’Afro-Américain… Lire la suite >>

Cinémas : l’UGC George V va fermer définitivement

L’UGC George V des Champs-Élysées tire sa révérence. Le bail de l’établissement, probablement transformé en hôtel de luxe, ne sera… Lire la suite >>

WandaVision : un ancien X-Men intègre le casting

L’une des stars des films X-Men distribués par la Fox vient de rejoindre le casting de WandaVision, la minisérie Disney+… Lire la suite >>

Mission – Impossible 7 : le tournage va reprendre

Interrompue par la pandémie de Covid-19, la production de Mission : Impossible 7 va pouvoir redémarrer en septembre prochain avec le… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts