Nicolas Boukhrief

Nicolas Boukhrief

Pour la 19e édition du Très Court International Film Festival, Nicolas Boukhrief officie en tant que président du jury. L’occasion d’évoquer avec le cinéaste du Convoyeur, Made in France et plus récemment La Confession, cette Compétition 2017, le palmarès et son regard sur ce format très spécifique.

.

.

.

19e Tres Court Festival - affiche

19e Très Court Festival – affiche

CineChronicle : Comment avez-vous appréhendé votre rôle de président et quels étaient vos points d’exigence ?

Nicolas Boukhrief : Je me suis dit que j’allais essayer de gérer cela de façon très démocratique, en donnant une même voix à tout le monde, puisque je ne suis pas de nature à présider quoi que ce soit. En ce qui concerne l’exigence, il était important que les films, que nous allions primer, maîtrisent ce format de quatre minutes et pas un autre. Qu’ils ne s’assimilent pas à des films plus courts, faute de moyens, ni à des clips ou des publicités qui sont encore d’autres formats.

.

CC : Quel regard portez-vous sur le court-métrage aujourd’hui et sur ceux que vous avez découverts à ce Festival ?
NB :
C’est une forme nouvelle. Jusqu’à présent, lorsqu’on évoquait le format court, il s’agissait souvent de clips ou de publicités. Ou des films de 8, 12, 20 ou 25 minutes. On pense très rarement à 3 ou 4 minutes. C’est donc une nouvelle forme qui se crée à laquelle on peut pardonner le manque de moyens pour peu qu’il y ait une créativité folle. C’est plus difficile pour un court-métrage classique. Sur vingt minutes, s’il y a un très gros manque de moyen, cela finit par peser. Mais ici, le manque participe même à la raison pour laquelle nous avons donné des prix, à savoir leur capacité à transcender leur absence quasi totale de budget.

.

Court metrage Poilus

Court métrage Poilus

CC : Outre le Grand Prix à A Magician de l’Anglais Max Blustin, vous avez remis le trophée de l’animation à Poilus du Français Guillaume Auberval, dont vous parliez déjà, lors de la première projection privée. Qu’est-ce qui vous a séduit dans cette oeuvre ?

NB : Plusieurs choses. Tout d’abord, cette idée de parvenir à nous intéresser à des soldats de 14-18 en les transformant en lapin, et en prenant le mot “poilu” au sens littéral. Ils ont créé une empathie plus forte que si nous avions vu des figurines animées humaines. Peut-être aussi parce que nous sommes au pays des cinquante millions d’amis et que nous avons un rapport avec les animaux particulièrement affectif. Toujours est-il que je ne suis pas certain qu’un film sur des petites marionnettes m’aurait autant ému que ce film. Puis il y a un message très pro-européen que je trouve époustouflant techniquement. Un message qui, par les temps qui courent, fait du bien à voir.

.

A Magician de Max Blustin - Granx Prix du 19e Tres Court Festival

A Magician de Max Blustin – Granx Prix du 19e Tres Court Festival

CC : Vous avez toujours écrit et réalisé vos films. Quelle place accordez-vous au scénario dans un court métrage de quatre minutes ?

NB : Ce qui est très séduisant justement, c’est comment nous pouvons être surpris par une histoire ayant un début, un milieu et une fin sur un format aussi court. Et le Grand Prix que l’on a attribué à A Magician va totalement dans ce sens. C’est très intéressant. On parvient à transporter notre imaginaire. Certains films que j’ai pu voir ont eu cet effet. D’autres en revanche, que j’ai trouvés beaucoup plus conventionnels, ne m’ont pas du tout transporté.

.

CC : À ce sujet, vous avez écrit en même temps ceux de Made In France et La Confession. Comment fait-on pour gérer deux processus créatifs ?

NB : Oui, par le hasard de la vie, j’ai écrit ces deux films en même temps. L’un me menait dans un univers très sombre, voire ultra-violent, et l’autre était plus céleste. Ce fut finalement intéressant. Lorsque j’étais épuisé par l’univers très sombre, cela devenait du bonheur de basculer dans un film plus aérien. Les deux oeuvres se sont renvoyées la balle.

.

CC : Quels conseils donneriez-vous aux réalisateurs qui se lancent dans le court métrage ?

NB : Faites-vous plaisir et faites en sorte que le spectateur ne s’ennuie pas ! Tentez d’être nouveau, poétique et séduisant. Peu importe le budget, ce n’est pas le plus important. Si vous parvenez à réaliser des films qui ouvrent de nouvelles fenêtres et nous surprennent dans le flot d’images que l’on reçoit, vous gagnerez forcément.

.

CC : Quels sont vos prochains projets ?

NB : Je ne préfère pas encore en parler car je commence à peine à les écrire. Cependant, j’ai terminé un projet pour Arte il y a un mois et qui sortira en octobre prochain. C’est un film réalisé d’après un manga de Jiro Taniguchi et qui s’appelle Un ciel radieux.

.

.

> Très Court Festival 2017 : A Magician lauréat du Grand Prix <<

>>  Quatre minutes pour convaincre, c’est la 19e édition du Très Court Festival <<

.

.

Commentaires

A la Une

David Fincher prépare un prequel à Chinatown pour Netflix

Le réalisateur David Fincher, à l’origine des shows Mindhunter et House of Cards, s’associe au légendaire scénariste Robert Towne pour le… Lire la suite >>

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BELLE EPOQUE 565 429 1 565 429
2 JOKER 463 547 5 5 074 165
3 HORS NORMES 382 646 3 1 529 131
4 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 295 221 4 2 402 411
5 ABOMINABLE 262 442 3 1 637 561
6 MIDWAY 238 069 1 238 069
7 RETOUR A ZOMBIELAND 161 784 2 458 756
8 TERMINATOR : DARK FATE 126 753 3 850 150
9 MON CHIEN STUPIDE 122 483 2 412 739
10 AU NOM DE LA TERRE 107 892 7 1 845 632

Source: CBO Box office

Nos Podcasts