Livre/ Fritz Lang par Alfred Eibel : critique

Publié par Jacques Demange le 19 septembre 2017

Résumé : Alfred Eibel est né à Vienne en 1932. Face au danger hitlérien, il s’exile avec toute sa famille à Bruxelles. Il est le créateur de la maison d’édition « Alfred Eibel » en 1974, à Lausanne, dans laquelle il publie des ouvrages de Jean-Pierre Martinet, Léo Malet, Georges Perros, Fernando Pessoa, Kenneth White et Yves Martin. Au bout de quelques années, il décide pourtant de rejoindre les éditions Flammarion, au sein desquelles il dirige la collection « Aspects de l’Asie ». Critique littéraire, Alfred Eibel collabore à de nombreux journaux, magazine ou revues. C’est également un grand cinéphile, ami de Fritz Lang. Il séjourne chez ce dernier, à Beverly Hills, en 1966 et le rencontre au gré des voyages du cinéaste entre Paris, l’Allemagne et les États-Unis. 

                                                                       

♥♥♥♥♥

 

Fritz Lang - Alfred Eibel - couverture

Fritz Lang – Alfred Eibel – couverture

Le lecteur ne doit pas se fier à l’apparence de cet ouvrage dont le titre, très général, dissimule l’originalité de son propos. Ni monographie, ni biographie, le Fritz Lang d’Alfred Eibel, éditeur et critique littéraire d’origine viennoise, se réclame de la forme libre et éparse du souvenir. Condensé de réminiscences, l’ouvrage narre le récit d’une rencontre entre l’auteur et le réalisateur. Entre les poses photographiques et les réalités de l’homme, Eibel cherche à percer l’aura du cinéaste au monocle sans jamais céder aux fantasmes ou à une quelconque nostalgie. En 1966, à Berverly Hills, Lang a achevé, sans le savoir encore, sa carrière cinématographique. Ses derniers films, tournés en Allemagne, Le Tigre du Bengale, Le Tombeau hindou, et Le Diabolique docteur Mabuse marquèrent son grand retour au format du serial. À partir de son diptyque indien, dont Eibel note avec raison les accointances partagées avec la forme de la bande dessinée, se rappelle à la mémoire du lecteur les grandes heures de Lang : sa relation avec Thea von Harbou, ses collaborations pour la UFA, puis son départ pour l’Amérique.  Au fil des pages, des rencontres (Jean-Luc Godard, Jeanne Moreau, Howard Vernon, Henri Langlois), et l’esquisse d’un portrait imparfait. Hanté par le spectre du genre féminin, le réalisateur répond d’abord aux attentes de son public, apparaissant en personnage intraitable, sorte de démiurge mabusien, Grand Commandeur du Septième Art. Mais, progressivement se dévoile une fêlure tout à la fois tragique et pathétique, les manières anachroniques de Lang le rapprochant de la Norma Desmond de Boulevard du Crépuscule. L’incompréhension du réalisateur face à la réception critique de son œuvre (Les Contrebandiers de Moonfleet érigé en monument par certains cercles de cinéphiles français) joue à part égale avec une lucidité et un désir de vérité que retranscrit parfaitement sa correspondance avec Eibel, reproduite à la fin de l’ouvrage. C’est ici, entre l’objectivité de la chronique et le refus de la légende, que réside la première force de cet écrit qui trouvera naturellement sa place dans la bibliothèque de tout amoureux de l’œuvre langienne.

 

 

 

  • FRITZ LANG
  • Auteur(s) : Alfred Eibel
  • Édition : Klincksieck
  • Collection : Klincksieck HO
  • Date de parution : 23 septembre 2017
  • Format : 160 pages
  • Tarif : 21 €

Commentaires

A la Une

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Rachel Weisz dans la peau d’Elizabeth Taylor 

Rachel Weisz incarnera la superstar hollywoodienne Elizabeth Taylor, dans un biopic consacré à l’actrice militante, figure de la lutte contre… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 JOKER 775 730 4 4 610 618
2 ABOMINABLE 584 706 2 1 375 119
3 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 553 516 3 2 107 190
4 HORS NORMES 527 710 2 1 146 485
5 RETOUR A ZOMBIELAND 296 972 1 296 972
6 MON CHIEN STUPIDE 290 256 1 290 256
7 TERMINATOR : DARK FATE 273 944 2 723 397
8 DONNE-MOI DES AILES 217 574 4 1 135 766
9 AU NOM DE LA TERRE 161 112 6 1 737 740
10 DOCTOR SLEEP 147 991 1 147 991

Source: CBO Box office

Nos Podcasts