VOD/ Outrage Coda de Takeshi Kitano : critique

Publié par CineChronicle le 3 décembre 2017

Synospis : Cinq ans après avoir survécu à la guerre entre les Sanno et les Hanabishi, deux grandes familles du crime organisé Japonais, l’ancien chef Yakuza Otomo travaille maintenant en Corée du Sud pour M. Chang, un intermédiaire de renom dont l’influence s’étend jusqu’au Japon. Un incident, pourtant mineur, va entrainer de fortes tensions entre Chang Entreprises et les lointains mais puissants Hanabishi. Ce conflit larvé va finir par éclater au grand jour et mettre le feu aux poudres, provoquant notamment une lutte de pouvoir féroce parmi les plus hauts gradés de la famille Hanabishi. Lorsque la vie de M. Chang sera mise en péril, le dévoué Otomo reviendra au Japon pour régler les choses… définitivement !  Coups de poignards dans le dos, double-trahisons et volées de balles. C’est enfin le grand final de la trilogie OUTRAGE et c’est une guerre Totale !

♥♥♥♥♥

 

Outrage Coda - affiche

Outrage Coda – affiche

La plateforme e-cinema.com ouvre enfin au public sa première salle de cinéma en ligne, qui proposera par la suite des films en première exclusivité chaque vendredi à 14h. Pour son lancement ce 1er décembre, il s’agit du nouveau film de Takeshi Kitano qui conclut sa trilogie après Outrage (2010) et Outrage Beyond (2012). Sans surprise, Kitano reprend les mêmes motifs : dans le milieu des yakuzas, un incident provoque un enchaînement de réactions exponentiel, le tout dans la violence la plus crue qui soit. Dans la trilogie, les yakuzas, pour qui l’honneur et la fierté sont le pinacle de l’existence s’adonnent à des combines d’escroquerie toujours sous le joug d’une hiérarchie très hermétique. Une sorte de Parrain japonais mais sans stylisation. En effet, Kitano ne cherche pas à impressionner par des mouvements de caméra, des chorégraphies élaborées ou des mises en scène tapageuses. Il montre les coulisses d’une vie interlope sans fard, surtout en ce qui concerne la violence. Dans les films précédents, il y avait déjà des scènes remarquables d’agressivité : des doigts tranchés, des visages lacérés, des torture et mise à mort excentrique (comme le matraquage à la balle de baseball dans Outrage Beyond), des séquences du même acabit se retrouvent ici. Malheureusement, cette explosion de brutalité ne fait jamais décoller le récit. Contrairement à d’autres films où il savait traiter des sujets plus personnels (Hana-Bi), les dialogues sont purement explicatifs, voire facultatifs. Ils représentent pourtant une bonne partie de la narration. Ils devraient mettre en scène justement les enjeux du pouvoir, les liens de filiations entre chaque personnage mais ils sonnent toujours creux et difficile de ne pas croire qu’ils sont juste un prétexte.

 

Outrage Coda

Outrage Coda

 

L’escalade de la violence porte en elle une sorte de nihilisme et d’absurdité. Les vengeances semblent sans fondements et l’ampleur finale paraît exacerbée par rapport à l’outrage initial, ce qui est probablement le but du film. À aucun moment, l’empathie n’est créée avec un personnage, si ce n’est par la scène d’introduction à la pêche qui est plus une saynète, une rêverie qu’un plan annonciateur de la tragédie à venir. Le personnage d’Otomo, incarné par Kitano lui-même, est le seul fil conducteur de la trilogie, pourtant il n’est clairement pas un personnage principal. Il apparaît peu à l’écran et si ses interventions sont souvent décisives, ses ambitions, ses envies et ses émotions ne sont jamais accessibles. Quelques séquences sortent néanmoins du lot grâce à l’implication de Kitano dans la réalisation : un cadrage juste associé à un montage qui ne coupe pas à tout va. À la fin notamment lorsque les actions importantes ne sont pas reléguées hors-champ, où l’action ne laisse pas de part à l’interprétation mais elle s’impose d’elle-même. Kitano propose alors des images que l’on voit peu au cinéma et s’affirme par extension comme un réalisateur nécessaire. Il faut seulement espérer qu’il revienne avec des histoires plus consistantes pour nous redonner l’amour de sa mise en scène.

 

Alexander Pierzak

 

 

 

  • OUTRAGE CODA
  • Sortie VOD : 1er décembre 2017
  • Réalisation : Takeshi Kitano
  • Avec :  Takeshi Kitano, Toshiyuki Nishida, Nao Ohmori, Pierre Taki, Sansei Shiomi, Tatsuro Nadaka, Ken Mitsuishi, Ikuji Nakamura,…
  • Scenario : Takeshi Kitano
  • Production : Masayuki Mori
  • Photographie : Katsumi Yanagijima
  • Montage : Takeshi Kitano, Yoshinori Ota
  • Musique : Keiichi Suzuki
  • Distribution : e-cinema.com
  • Durée : 1h44

 

Commentaires

A la Une

Spermageddon : un film d’animation norvégien prometteur

Originals Factory a acquis les droits de distribution en France de cette comédie musicale animée autour du sexe, qui sera… Lire la suite >>

The Substance : le film de body horror avec Demi Moore se dévoile dans un teaser intrigant

Le nouveau film de Coralie Fargeat verra s’affronter Demi Moore et Margaret Qualley autour de cette fameuse substance.    … Lire la suite >>

Gladiator II : une bande-annonce épique et intense pour la suite de l’épopée historique

Ridley Scott nous replonge dans l’arène du Colisée de Rome, avec Paul Mescal pour marcher dans les pas de son… Lire la suite >>

Emmanuelle : La relecture se dévoile dans une bande-annonce sensuelle et mystérieuse

Le nouveau long-métrage d’Audrey Diwan, avec Noémie Merlant dans le rôle-titre, révèle les premières images de cette nouvelle version du… Lire la suite >>

RIP : Matt Damon et Ben Affleck à l’affiche d’un thriller criminel sur Netflix

La plateforme de streaming a récemment acquis les droits du film qui sera écrit et réalisé par Joe Carnahan, avec… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 MOI, MOCHE ET MECHANT 4 1 400 169 1 1 400 169
2 LE COMTE DE MONTE-CRISTO 1 076 425 3 3 539 650
3 VICE-VERSA 2 860 850 4 6 296 623
4 UN P'TIT TRUC EN PLUS 310 660 11 8 388 607
5 SANS UN BRUIT : JOUR 1 104 468 3 740 382
6 HORIZON : UNE SAGA AMERICAINE, CHAPITRE 1 71 398 2 193 015
7 LONGLEGS 69 851 1 69 851
8 TO THE MOON 60 663 1 60 663
9 BAD BOYS : RIDE OR DIE 53 569 6 1 175 179
10 ELYAS 45 371 2 147 466

Source: CBO Box office

Nos Podcasts