Livre / Voyage dans le cinéma de Sergio Corbucci : critique

Publié par Jacques Demange le 28 juillet 2018

Résumé : Connu surtout pour ses westerns à l’italienne baroques, drôles et violents, Navajo Joe, Django, El Mercenario, Le Grand Silence ou Companeros, Sergio Corbucci est aussi un réalisateur dont l’ample filmographie comporte plus de soixante longs-métrages. Du néoréalisme de l’après-guerre aux mélodrames des années cinquante, de l’âge d’or du cinéma de genre (western, gothique, peplum) aux grandes heures de la comédie (son genre de prédilection) jusqu’aux années difficiles, soixante-dix et quatre-vingt, il traverse quatre décennies de cinéma italien, en épousant tous les mouvements, parfois précurseur, toujours animé par la passion de filmer. Romain jusqu’au bout des ongles, personnalité attachante, “l’autre Sergio” a peu suscité l’intérêt de la critique. Cet ouvrage est le premier à parcourir l’ensemble de sa carrière, une œuvre riche et excitante à découvrir sous toutes ses facettes.

♥♥♥♥

 

Voyage dans le cinema de Sergio Corbucci

Voyage dans le cinéma de Sergio Corbucci

Le western italien a ses trois Sergio : Sergio Leone, Sergio Sollima, et Sergio Corbucci. Si le premier est (de loin) le plus connu du grand public, les filmographies de ses deux contemporains n’en sont pas moins importantes. L’ouvrage de Vincent Jourdan, auteur du blog Inisfree et Président de l’association Regard Indépendant, s’offre donc d’abord comme un retour bienvenu sur une œuvre riche et passionnante, mais dont on peine aujourd’hui encore à bien mesurer la portée. Chapitre après chapitre, le voyage promis se détache de son cadre initial pour embrasser l’ensemble de l’âge d’or du cinéma de genre transalpin.  Celui-ci se taille la part du lion à l’intérieur d’une filmographie qui s’étend sur pas moins de quatre décennies (du début des années cinquante à la fin des années quatre-vingt). Pour appréhender ce vaste ensemble, l’étude propose une structure particulièrement stimulante. Au récit biographique répond une synthèse sur l’art et la manière du réalisateur que vient concrétiser le dernier chapitre à travers une analyse poussée de dix films en particulier. L’intérêt de cette dernière partie est de délaisser délibérément les productions majeures du cinéaste (Django ; Le Grand Silence ; Le Spécialiste) pour se concentrer sur des métrages moins connus (Lo smermorato di Collegno ; Il figlio di Spartacus ; Donne armate…). Cette approche a le mérite de clarifier l’éclectisme d’un cinéma qui, comme le rappelle l’auteur, est  devenu la source de plusieurs malentendus. Rapidement classé comme réalisateur de westerns, Corbucci fut aussi l’auteur de plusieurs mélodrames, péplums, films fantastiques, et autres giallos. Mais c’est surtout la verve comique du cinéaste qui intéresse l’auteur. Cette dimension rapproche bien sûr l’œuvre du réalisateur de la célèbre comédie à l’italienne, tout en infiltrant différents genres pour y apporter un second souffle (notamment au sein du mélodrame).  La qualité de ce travail de fouille se retrouve encore à l’intérieur des annexes comprenant une filmographie détaillée (aux films mis en scène par Corbucci s’ajoutent les productions pour lesquelles il collabora comme scénariste), une bibliographie très complètes (ouvrages, articles, documentaire, et sites internet de référence), ainsi qu’un index des noms et des films. Remarquons encore le soin tout particulier apporté par la maison LettMotif à la mise en page de cet ouvrage comprenant de nombreuses illustrations, mais parmi lesquelles on aurait pu souhaiter la présence plus importante de captures d’écran qui aurait permis d’appuyer les analyses de l’auteur. Reste que ce Voyage dans le cinéma de Sergio Corbucci se révèle particulièrement plaisant, offrant un regard érudit sur une œuvre marquée par la pluralité d’un style en tout point singulier.

 

 

 

  • VOYAGE DANS LE CINÉMA DE SERGIO CORBUCCI
  • Auteur : Vincent Jourdan
  • Éditions : LettMotif
  • Date de parution : 31 juillet 2018
  • Format : 310 pages
  • Tarif : 39 € (version papier) – 22,90 € (numérique)

Commentaires

A la Une

Une première bande-annonce pour le très attendu Benedetta de Paul Verhoeven

Après une année d’attente supplémentaire, le nouveau Paul Verhoeven s’approche un peu plus des salles françaises. Dans cette première bande-annonce,… Lire la suite >>

Ewan McGregor incarne le couturier Halston dans la nouvelle série de Ryan Murphy

Disponible le 14 mai sur Netflix, la minisérie de cinq épisodes retrace la gloire et la descente aux enfers de… Lire la suite >>

Elizabeth Olsen en tueuse à la hache dans la série Love And Death

L’actrice américaine Elizabeth Olsen sera la tête d’affiche de Love and Death, une nouvelle minisérie pour HBO Max, sous la… Lire la suite >>

Save Ralph, le court métrage qui tord le cou aux expérimentations animales

Taika Waititi, Ricky Gervais, Zac Efron, Pom Klementieff, Olivia Munn, Tricia Helfer ou encore Denis Villeneuve ont donné de la… Lire la suite >>

Andrés Muschietti, le réalisateur de Ça, sur un projet d’adaptation du roman L’invité douteux

Andrés Muschietti devrait repasser derrière la caméra pour l’adaptation du roman américain L’invité douteux (The Doubtful Guest), avec en vedette Kumail… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts