Livre / Duchamp et le cinéma : critique

Publié par Jacques Demange le 12 septembre 2018

Résumé : Une étude de l’œuvre cinématographique de Marcel Duchamp et de son héritage. A la fois acteur et cinéaste, il crée notamment le personnage de Rrose Sélavy qu’il incarne lui-même. Voyageant à travers la France et les États-Unis, il rencontre Francis Picabia, Man Ray, Hans Richter ou encore Henri-Pierre Roché

♥♥♥♥♥

 

Duchamp et le cinema

Duchamp et le cinéma

Si les études générales consacrées aux rapports entre peinture et cinéma ont depuis longtemps fait florès, plus rares sont les essais se focalisant sur la relation entre l’œuvre d’un peintre en particulier et les images du Septième art. L’ouvrage de Sébastien Rongier, écrivain et essayiste, s’inscrit donc dans un champ d’études relativement neuf et contribue à prouver tout l’intérêt de celui-ci. À partir de nombreuses références, l’écrit se focalise sur les différentes facettes cinématographiques incarnées par la figure de Duchamp. De l’influence exercée par les images en mouvement sur certaines de ses œuvres (les deux versions de Nu descendant un escalier, marquées par les expériences chronophotographies) à son unique réalisation (l’expérimental Anémic Cinéma réalisé en 1926) en passant par ses collaborations directes ou plus lointaines avec différents réalisateurs (le cinéma underground américain de Maya Deren et Andy Warhol, ou sa participation au tournage du célèbre Entr’acte de René Clair et Francis Picabia), Rongier profite de l’imaginaire déployé par l’art de Duchamp pour proposer une exploration tout à la fois libre et exigeante de son objet d’étude. On retiendra ainsi l’analyse de ce rapport entre le peintre et Truffaut à travers le développement d’un brillant syllogisme permis par la figure du romancier Henri-Pierre Roché (l’auteur de Jules et Jim, qui entretint une relation amicale avec Duchamp). Ce jeu d’échos, tout à la fois formel et dramaturgique, souligne la valeur d’une réflexion dont la pluridisciplinarité essentielle n’enlève rien à la cohérence du fond.  À cette réussite théorique et analytique s’ajoutent la présence d’une bibliographie bien fournie, ainsi qu’une filmographie récapitulative, deux annexes bienvenues mais qui n’empêchent de regretter l’absence de toute illustration qui aurait permis d’appuyer encore les rapports plastiques envisagés par l’auteur. Reste qu’au regard de la réussite de l’ensemble, on ne peut que féliciter cette entreprise qui, espérons-le, saura engager d’autres recherches du même genre.

 

 

 

  • DUCHAMP ET LE CINÉMA
  • Auteur : Sébastien Rongier
  • Éditions : Les Nouvelles Éditions Place
  • Collection : Le cinéma des poètes 
  • Date de parution : 23 août 2018
  • Format : 120 pages
  • Tarif : 10 €

Commentaires

A la Une

Norman Lloyd, compositions extraordinaires

Disparu le 11 mai 2021 à l’âge de 106 ans, Norman Lloyd reste encore méconnu des cinéphiles. Dirigé par Orson… Lire la suite >>

Lisey’s Story : une première bande annonce pour la nouvelle série écrite par Stephen King

Réalisée par Pablo Larraín, avec en vedette Julianne Moore et Clive Owen, cette nouvelle série adaptée d’un roman de Stephen… Lire la suite >>

Killers of the Flower Moon : première image avec Leonardo DiCaprio et Lily Gladstone

Produit par Apple, le prochain film de Martin Scorsese mettra en scène une histoire de meurtres d’une tribu amérindienne dans… Lire la suite >>

Venom 2 : Carnage se dévoile dans une première bande-annonce

Comme le titre original le laisse entendre, Let There Be Carnage, Venom affrontera son ennemi Carnage dans cette suite attendue exclusivement… Lire la suite >>

Gareth Edwards et John David Washington ensemble pour un projet de science-fiction

Le prochain film du réalisateur de Rogue One et de Godzilla sera basé sur un scénario qu’il a lui-même écrit,… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts