Livre / Duchamp et le cinéma : critique

Publié par Jacques Demange le 12 septembre 2018

Résumé : Une étude de l’œuvre cinématographique de Marcel Duchamp et de son héritage. A la fois acteur et cinéaste, il crée notamment le personnage de Rrose Sélavy qu’il incarne lui-même. Voyageant à travers la France et les États-Unis, il rencontre Francis Picabia, Man Ray, Hans Richter ou encore Henri-Pierre Roché

♥♥♥♥♥

 

Duchamp et le cinema

Duchamp et le cinéma

Si les études générales consacrées aux rapports entre peinture et cinéma ont depuis longtemps fait florès, plus rares sont les essais se focalisant sur la relation entre l’œuvre d’un peintre en particulier et les images du Septième art. L’ouvrage de Sébastien Rongier, écrivain et essayiste, s’inscrit donc dans un champ d’études relativement neuf et contribue à prouver tout l’intérêt de celui-ci. À partir de nombreuses références, l’écrit se focalise sur les différentes facettes cinématographiques incarnées par la figure de Duchamp. De l’influence exercée par les images en mouvement sur certaines de ses œuvres (les deux versions de Nu descendant un escalier, marquées par les expériences chronophotographies) à son unique réalisation (l’expérimental Anémic Cinéma réalisé en 1926) en passant par ses collaborations directes ou plus lointaines avec différents réalisateurs (le cinéma underground américain de Maya Deren et Andy Warhol, ou sa participation au tournage du célèbre Entr’acte de René Clair et Francis Picabia), Rongier profite de l’imaginaire déployé par l’art de Duchamp pour proposer une exploration tout à la fois libre et exigeante de son objet d’étude. On retiendra ainsi l’analyse de ce rapport entre le peintre et Truffaut à travers le développement d’un brillant syllogisme permis par la figure du romancier Henri-Pierre Roché (l’auteur de Jules et Jim, qui entretint une relation amicale avec Duchamp). Ce jeu d’échos, tout à la fois formel et dramaturgique, souligne la valeur d’une réflexion dont la pluridisciplinarité essentielle n’enlève rien à la cohérence du fond.  À cette réussite théorique et analytique s’ajoutent la présence d’une bibliographie bien fournie, ainsi qu’une filmographie récapitulative, deux annexes bienvenues mais qui n’empêchent de regretter l’absence de toute illustration qui aurait permis d’appuyer encore les rapports plastiques envisagés par l’auteur. Reste qu’au regard de la réussite de l’ensemble, on ne peut que féliciter cette entreprise qui, espérons-le, saura engager d’autres recherches du même genre.

 

 

 

  • DUCHAMP ET LE CINÉMA
  • Auteur : Sébastien Rongier
  • Éditions : Les Nouvelles Éditions Place
  • Collection : Le cinéma des poètes 
  • Date de parution : 23 août 2018
  • Format : 120 pages
  • Tarif : 10 €

Commentaires

A la Une

Stephen Sondheim, compositeur d’images

Disparu le 26 novembre 2021, le compositeur et parolier Stephen Sondheim a su marquer de sa personnalité certaines des plus… Lire la suite >>

Le Dernier Duel : Ridley Scott rejette l’échec sur les millenials et leurs smartphones

Un peu plus d’un mois après la sortie du Dernier Duel, Ridley Scott explique l’insuccès de son drame historique par… Lire la suite >>

Ridley Scott donne des nouvelles des séries Alien et Blade Runner

Au micro de la BBC, Ridley Scott a confirmé la progression du développement des séries adaptées de ses films à… Lire la suite >>

Oppenheimer : Les enjeux du prochain film de Christopher Nolan

La pandémie, qui a stoppé le monde sur près de deux ans, a également provoqué le divorce entre Christopher Nolan… Lire la suite >>

Pam & Tommy : Première bande-annonce rock’n’roll

La surprenante minisérie d’Hulu sur la fuite d’une sextape entre Pamela Anderson et Tommy Lee, dévoile ses premières images avant… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LES BODIN'S EN THAILANDE 580 181 1 580 181
2 ALINE 301 206 2 896 417
3 LES ETERNELS 209 800 3 1 455 865
4 ON EST FAIT POUR S'ENTENDRE 158 922 1 158 922
5 AMANTS 136 003 1 136 003
6 MOURIR PEUT ATTENDRE 83 764 7 3 892 174
7 AFFAMES 75 483 1 75 483
8 MARATHON ONE PIECE 1000 LOGS 69 460 1 69 460
9 VENOM : LET THERE BE CARNAGE 63 113 5 1 586 933
10 ILLUSIONS PERDUES 60 444 5 752 693

Source: CBO Box office

Nos Podcasts