First Man de Damien Chazelle : critique

Publié par Erica Farges le 17 octobre 2018

Synopsis : Pilote jugé « un peu distrait » par ses supérieurs en 1961, Neil Armstrong sera, le 21 juillet 1969, le premier homme à marcher sur la lune. Durant huit ans, il subit un entraînement de plus en plus difficile, assumant courageusement tous les risques d’un voyage vers l’inconnu total. Meurtri par des épreuves personnelles qui laissent des traces indélébiles, Armstrong tente d’être un mari aimant auprès d’une femme qui l’avait épousé en espérant une vie normale.

♥♥♥♥♥

 

First Man - affiche

First Man – affiche

First Man s’inspire de la biographie écrite par James R. Hansen sur Neil Armstrong. Initialement confié à Clint Eastwood, c’est finalement Damien Chazelle qui prend en main la réalisation lorsque Warner Bros cède le projet à Universal Pictures. Avec cette œuvre cinématographique fidèle aux évènements recueillis par le biographe du célèbre astronaute, le réalisateur de Whiplash et La La Land quitte le monde de la musique pour se lancer dans la conquête de l’Espace. Le cinéaste se focalise toujours sur un protagoniste qui va au-delà de ses limites pour accomplir son rêve. Ici, il vise littéralement la Lune. Plusieurs membres de l’équipe technique ont déjà travaillé précédemment avec Chazelle. On retrouve le directeur de la photographie Linus Sandgren (La La Land, Promised Land, American Bluff), le chef monteur Tom Cross (La La Land, Whiplash, La nuit nous appartient), ainsi que Justin Hurwitz, ami de longue date du réalisateur et compositeur sur tous ses longs-métrages. Après avoir incarné un pianiste passionné de jazz du duo amoureux séparé par des aspirations contradictoires pour La La Land, Ryan Gosling revient donc ans la peau de Neil Armstrong. L’importance donnée à la vie intime du protagoniste et les nombreux gros plans font découvrir un héros de l’Espace qui se définit plutôt à travers ses émotions que par ses exploits. Ainsi, la figure légendaire s’humanise à l’écran. 

 

Ryan Gosling - First Man

Ryan Gosling – First Man

 

Si cette démarche de mettre en avant les sentiments des personnages a apporté une âme authentique aux œuvres précédentes du cinéaste, le résultat est un peu plus mitigé. Bien que les magnifiques images léchées de l’Espace nous renvoient à l’émerveillement provoqué par cette découverte, sensation amplifiée par le réalisme des décors de Nathan Crowley (Interstellar, Dunkerque), la focalisation contemplative laisse souvent ressentir la longueur. On peut penser qu’une perspective davantage axée sur le suspense et les enjeux autour de cette mission aurait donné plus d’intensité.

 

Pourtant le point de vue sur ce personnage et le moment historique est plutôt inventif, il introduit de la science-fiction, en plus de donner à ce héros des airs de rêveur poétique et mélancolique. Ce drame immersif s’ouvre sur la maladie de la fille de l’astronaute, décédé en bas âge à cause d’une tumeur au cerveau, une perte qui hante son esprit tout au long du récit. L’exploration cosmique est souvent la manifestation d’un processus de deuil, qu’il soit d’un être cher ou d’une planète mourante, dans la fiction pure, cette démarche apparaît ici comme une possibilité réelle. À l’image de la trace de pas d’Armstrong imprégnée à la surface de l’astre nocturne, Damien Chazelle pose son empreinte sur cette aventure spatiale pour dévoiler l’humain derrière l’héroïsme de cet astronaute à avoir marché sur la Lune. Après un drame psychologique et une comédie musicale à l’univers fantaisiste, toujours aussi fervent d’explorer de nouveaux genres cinématographiques, le cinéaste insuffle de la rêverie dans cette conquête lunaire inoubliable.

 

 

 

  • FIRST MAN – LE PREMIER HOMME SUR LA LUNE (First Man)
  • Sortie salles : 17 octobre 2018
  • Réalisation : Damien Chazelle
  • Avec : Ryan Gosling, Claire Foy, Jason Clarke, Kyle Chandler, Corey Stoll, Ciarán Hinds, Patrick Fugit, Lukas Haas, Christopher Abbott, Olivia Hamilton, Pablo Schreiber, Mark Armstrong, Rick Armstrong, Bonnie Baer, James R. Hansen
  • Scénario : Josh Singer
  • Production : Marty Bowen, Wyck Godfrey, Damien Chazelle, Isaac Klausner, Steven Spielberg, James R. Hansen
  • Photographie : Linus Sandgren
  • Montage : Tom Cross
  • Décors : Nathan Crowley
  • Costumes : Mary Zophres
  • Musique : Justin Hurwitz
  • Distribution : Universal Pictures
  • Durée : 2h22

 

Commentaires

A la Une

Spermageddon : un film d’animation norvégien prometteur

Originals Factory a acquis les droits de distribution en France de cette comédie musicale animée autour du sexe, qui sera… Lire la suite >>

The Substance : le film de body horror avec Demi Moore se dévoile dans un teaser intrigant

Le nouveau film de Coralie Fargeat verra s’affronter Demi Moore et Margaret Qualley autour de cette fameuse substance.    … Lire la suite >>

Gladiator II : une bande-annonce épique et intense pour la suite de l’épopée historique

Ridley Scott nous replonge dans l’arène du Colisée de Rome, avec Paul Mescal pour marcher dans les pas de son… Lire la suite >>

Emmanuelle : La relecture se dévoile dans une bande-annonce sensuelle et mystérieuse

Le nouveau long-métrage d’Audrey Diwan, avec Noémie Merlant dans le rôle-titre, révèle les premières images de cette nouvelle version du… Lire la suite >>

RIP : Matt Damon et Ben Affleck à l’affiche d’un thriller criminel sur Netflix

La plateforme de streaming a récemment acquis les droits du film qui sera écrit et réalisé par Joe Carnahan, avec… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 MOI, MOCHE ET MECHANT 4 1 400 169 1 1 400 169
2 LE COMTE DE MONTE-CRISTO 1 076 425 3 3 539 650
3 VICE-VERSA 2 860 850 4 6 296 623
4 UN P'TIT TRUC EN PLUS 310 660 11 8 388 607
5 SANS UN BRUIT : JOUR 1 104 468 3 740 382
6 HORIZON : UNE SAGA AMERICAINE, CHAPITRE 1 71 398 2 193 015
7 LONGLEGS 69 851 1 69 851
8 TO THE MOON 60 663 1 60 663
9 BAD BOYS : RIDE OR DIE 53 569 6 1 175 179
10 ELYAS 45 371 2 147 466

Source: CBO Box office

Nos Podcasts