First Man de Damien Chazelle : critique

Publié par Erica Farges le 17 octobre 2018

Synopsis : Pilote jugé « un peu distrait » par ses supérieurs en 1961, Neil Armstrong sera, le 21 juillet 1969, le premier homme à marcher sur la lune. Durant huit ans, il subit un entraînement de plus en plus difficile, assumant courageusement tous les risques d’un voyage vers l’inconnu total. Meurtri par des épreuves personnelles qui laissent des traces indélébiles, Armstrong tente d’être un mari aimant auprès d’une femme qui l’avait épousé en espérant une vie normale.

♥♥♥♥♥

 

First Man - affiche

First Man – affiche

First Man s’inspire de la biographie écrite par James R. Hansen sur Neil Armstrong. Initialement confié à Clint Eastwood, c’est finalement Damien Chazelle qui prend en main la réalisation lorsque Warner Bros cède le projet à Universal Pictures. Avec cette œuvre cinématographique fidèle aux évènements recueillis par le biographe du célèbre astronaute, le réalisateur de Whiplash et La La Land quitte le monde de la musique pour se lancer dans la conquête de l’Espace. Le cinéaste se focalise toujours sur un protagoniste qui va au-delà de ses limites pour accomplir son rêve. Ici, il vise littéralement la Lune. Plusieurs membres de l’équipe technique ont déjà travaillé précédemment avec Chazelle. On retrouve le directeur de la photographie Linus Sandgren (La La Land, Promised Land, American Bluff), le chef monteur Tom Cross (La La Land, Whiplash, La nuit nous appartient), ainsi que Justin Hurwitz, ami de longue date du réalisateur et compositeur sur tous ses longs-métrages. Après avoir incarné un pianiste passionné de jazz du duo amoureux séparé par des aspirations contradictoires pour La La Land, Ryan Gosling revient donc ans la peau de Neil Armstrong. L’importance donnée à la vie intime du protagoniste et les nombreux gros plans font découvrir un héros de l’Espace qui se définit plutôt à travers ses émotions que par ses exploits. Ainsi, la figure légendaire s’humanise à l’écran. 

 

Ryan Gosling - First Man

Ryan Gosling – First Man

 

Si cette démarche de mettre en avant les sentiments des personnages a apporté une âme authentique aux œuvres précédentes du cinéaste, le résultat est un peu plus mitigé. Bien que les magnifiques images léchées de l’Espace nous renvoient à l’émerveillement provoqué par cette découverte, sensation amplifiée par le réalisme des décors de Nathan Crowley (Interstellar, Dunkerque), la focalisation contemplative laisse souvent ressentir la longueur. On peut penser qu’une perspective davantage axée sur le suspense et les enjeux autour de cette mission aurait donné plus d’intensité.

 

Pourtant le point de vue sur ce personnage et le moment historique est plutôt inventif, il introduit de la science-fiction, en plus de donner à ce héros des airs de rêveur poétique et mélancolique. Ce drame immersif s’ouvre sur la maladie de la fille de l’astronaute, décédé en bas âge à cause d’une tumeur au cerveau, une perte qui hante son esprit tout au long du récit. L’exploration cosmique est souvent la manifestation d’un processus de deuil, qu’il soit d’un être cher ou d’une planète mourante, dans la fiction pure, cette démarche apparaît ici comme une possibilité réelle. À l’image de la trace de pas d’Armstrong imprégnée à la surface de l’astre nocturne, Damien Chazelle pose son empreinte sur cette aventure spatiale pour dévoiler l’humain derrière l’héroïsme de cet astronaute à avoir marché sur la Lune. Après un drame psychologique et une comédie musicale à l’univers fantaisiste, toujours aussi fervent d’explorer de nouveaux genres cinématographiques, le cinéaste insuffle de la rêverie dans cette conquête lunaire inoubliable.

 

 

 

  • FIRST MAN – LE PREMIER HOMME SUR LA LUNE (First Man)
  • Sortie salles : 17 octobre 2018
  • Réalisation : Damien Chazelle
  • Avec : Ryan Gosling, Claire Foy, Jason Clarke, Kyle Chandler, Corey Stoll, Ciarán Hinds, Patrick Fugit, Lukas Haas, Christopher Abbott, Olivia Hamilton, Pablo Schreiber, Mark Armstrong, Rick Armstrong, Bonnie Baer, James R. Hansen
  • Scénario : Josh Singer
  • Production : Marty Bowen, Wyck Godfrey, Damien Chazelle, Isaac Klausner, Steven Spielberg, James R. Hansen
  • Photographie : Linus Sandgren
  • Montage : Tom Cross
  • Décors : Nathan Crowley
  • Costumes : Mary Zophres
  • Musique : Justin Hurwitz
  • Distribution : Universal Pictures
  • Durée : 2h22

 

Commentaires

A la Une

Le requin des Dents de la Mer exposé au futur Musée des Oscars

Bruce, le requin mécanique utilisé dans le film culte de Steven Spielberg, prend ses quartiers à l’intérieur du très attendu… Lire la suite >>

Gremlins 3 : Chris Colombus ne veut pas de CGI

Chris Colombus est revenu récemment dans une interview sur la possibilité d’un Gremlins 3. Que les fans se rassurent, les… Lire la suite >>

Predator : le réalisateur de 10 Cloverfield Lane aux commandes d’un nouveau film

Dan Trachtenberg, connu pour avoir réalisé 10 Cloverfield Lane, est en pourparlers avec 20th Century Studios pour diriger un nouvel épisode… Lire la suite >>

Michael Shannon rejoint Brad Pitt dans le thriller d’action Bullet Train

L’acteur américain Michael Shannon va rejoindre Brad Pitt au casting de Bullet Train, un thriller d’action produit par Sony d’après… Lire la suite >>

Small Axe : Steve McQueen présente une anthologie de films sur la communauté noire d’Angleterre

Le réalisateur oscarisé de Twelve Years a Slave revisite l’histoire des descendants afro-caribéens au Royaume-Uni à travers une série de… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts