Résumé : À l’image, un corps apparaît, et avec lui un lieu. Un jeune homme est entré dans l’eau d’un lac (Vincent n’a pas d’écailles, Thomas Salvador, 2015). Le corps et ses mouvements y prennent des qualités aqueuses : fluidité, impétuosité, projection, jaillissement… Le corps flue à des vitesses inconcevables… S’il peut être qualifié ainsi, c’est au regard de l’eau. Mais l’eau pourrait être tout autre : lourdeur, stagnation, imprégnation… Si à l’image s’actualisent sa fluidité et sa fluence, c’est donc à l’aune de ce que le corps fait d’elle. Le cadrage, les durées de plan, les mouvements de caméra travaillent à consigner autant qu’à susciter cette définition mutuelle d’une spatialité et d’une corporéité. Cette manière de figurer l’espace et les corps qui s’y tiennent, bien des films, pourtant éminemment différents, la mobilisent (A. Serra, Ozu, J. Nichols, Ford, Glazer, Epstein, Kitano…). Dans leurs images, des puissances cinématographiques œuvrent à rendre sensible une entr’appartenance des corps et de l’espace, voire leur connaissance. Ce qui s’offre là au regard résiste aux notions de « décor » ou de « paysage », et même à la catégorie d’« espace » telle qu’elle a été pensée dans les écrits sur le cinéma. Il convient dès lors de se donner les moyens de désigner, à la lumière de multiples propositions théoriques, ces étranges contextures : ce que ces films font passer dans le sensible, c’est un milieu, à chaque fois singulier.

♥♥♥♥♥

 

Faire corps avec le monde - livre

Faire corps avec le monde – livre

Cette étude placée sous le double-signe des espaces et des corps impressionne par sa prolixité. Se référant à la posture de Bachelard pour lequel « un concept net doit porter la trace de tout ce que nous avons refusé d’y incorporer », Benjamin Thomas, maître de conférences (HDR) en études cinématographiques à l’Université de Strasbourg et déjà auteur d’un certain nombre d’ouvrages ayant trait à l’esthétique du cinéma (L’Attrait du vent, Yellow Now, 2016 ; Fantômas de Louis Feuillade, Vendémiaire, 2017), propose une réflexion dont la plénitude tient principalement à son ouverture théorique. Sans se refuser à conceptualiser les motifs qui ponctuent son ouvrage (lieux, paysages, territoires, milieux, corps éprouvés, corps-flux…), l’auteur propose d’en décliner les valeurs selon l’acceptation qu’en donnent les films et leurs figurations. C’est donc l’analyse de séquences qui prime ici, perçu comme une activité descriptive et interprétative se moulant sur les images pour en distinguer le travail auto-créatif. S’ouvrant avec Le Chant des oiseaux (Albert Serra, 2008), le corpus proposé ici privilégie l’éclectisme. Films d’auteurs (L’Humanité de Bruno Dumont) ou blockbusters (Avengers, Joss Whedon, 2012), productions contemporaines (Take Shelter, Jeff Nichols, 2011) ou chefs-d’œuvre du classicisme (Le Mouchard, John Ford, 1935) se répondent à travers un réseau de sens et de sensations. Cette fécondité se retrouve dans les références de l’ouvrage (et que l’on retrouve toutes indiquées dans sa vaste bibliographie). L’érudition de l’auteur permet d’ouvrir encore sa réflexion en dépassant les seuls exemples filmiques pour aborder d’autres disciplines artistiques (la danse, la peinture, ou la bande-dessinée) et envisager certains points philosophiques (l’imaginaire et le réel, le rapport de l’organique au tellurique) selon un prisme cinématographique et syncrétique. Si l’on peut regretter l’absence d’illustrations, ce manque est en partie pallié par la présence de descriptions détaillées qui permettent d’apprécier les singularités des séquences étudiées. Au-delà de sa seule problématique, l’exigence théorique de Thomas permet d’assurer les assises d’une méthodologie propre à l’analyse des images en mouvement. Loin de se restreindre aux seules études de cas, celle-ci s’offre comme un moyen de dévoiler le cinéma comme un authentique milieu producteur d’une « puissance d’ébranlement ».

 

 

 

  • FAIRE CORPS AVEC LE MONDE. DE L’ESPACE CINÉMATOGRAPHIQUE COMME MILIEU
  • Auteur : Benjamin Thomas
  • Éditions : Les éditions Circé
  • Collection : Penser le cinéma 
  • Date de parution: 18 avril 2019
  • Format : 256 pages
  • Tarif : 18 €

Commentaires

A la Une

Wise Guys : Robert De Niro dans le prochain film de gangsters de Barry Levinson

L’acteur de 79 ans retrouve le scénariste des Affranchis et s’associe au réalisateur de Rain Man, Barry Levinson, pour un… Lire la suite >>

Le Magicien d’Oz : Kenya Barris à la réalisation du remake

Le créateur de la série Black-ish, Kenya Barris, prend les rênes du remake du Magicien d’Oz pour le studio Warner… Lire la suite >>

Modigliani : Johnny Depp à la réalisation d’un biopic sur le célèbre peintre coproduit par Al Pacino

Pour son second long-métrage, l’acteur américain s’attaque au sculpteur italien Amedeo Modigliani, avec Al Pacino en tant que coproducteur.  … Lire la suite >>

L’actrice et chanteuse Olivia Newton-John est décédée à l’âge de 73 ans

La célèbre interprète de Sandy Olsson dans la comédie musicale Grease a poussé son dernier souffle des suites d’un long… Lire la suite >>

L’Exorciste : Le producteur Jason Blum donne des nouvelles du remake

À l’occasion du Festival international du film de Locarno où il devrait recevoir le prix du Meilleur producteur indépendant, Jason… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BULLET TRAIN 460 136 1 460 136
2 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 251 426 5 3 145 264
3 THOR : LOVE AND THUNDER 250 210 4 2 379 227
4 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 222 730 2 556 091
5 TOP GUN : MAVERICK 165 278 11 5 877 276
6 DUCOBU PRESIDENT ! 132 886 4 870 163
7 MENTEUR 109 332 4 694 419
8 L'ANNEE DU REQUIN 79 534 1 79 534
9 LA NUIT DU 12 54 557 4 296 044
10 JOYEUSE RETRAITE 2 52 910 3 300 700

Source: CBO Box office

Nos Podcasts