Résumé : À l’image, un corps apparaît, et avec lui un lieu. Un jeune homme est entré dans l’eau d’un lac (Vincent n’a pas d’écailles, Thomas Salvador, 2015). Le corps et ses mouvements y prennent des qualités aqueuses : fluidité, impétuosité, projection, jaillissement… Le corps flue à des vitesses inconcevables… S’il peut être qualifié ainsi, c’est au regard de l’eau. Mais l’eau pourrait être tout autre : lourdeur, stagnation, imprégnation… Si à l’image s’actualisent sa fluidité et sa fluence, c’est donc à l’aune de ce que le corps fait d’elle. Le cadrage, les durées de plan, les mouvements de caméra travaillent à consigner autant qu’à susciter cette définition mutuelle d’une spatialité et d’une corporéité. Cette manière de figurer l’espace et les corps qui s’y tiennent, bien des films, pourtant éminemment différents, la mobilisent (A. Serra, Ozu, J. Nichols, Ford, Glazer, Epstein, Kitano…). Dans leurs images, des puissances cinématographiques œuvrent à rendre sensible une entr’appartenance des corps et de l’espace, voire leur connaissance. Ce qui s’offre là au regard résiste aux notions de « décor » ou de « paysage », et même à la catégorie d’« espace » telle qu’elle a été pensée dans les écrits sur le cinéma. Il convient dès lors de se donner les moyens de désigner, à la lumière de multiples propositions théoriques, ces étranges contextures : ce que ces films font passer dans le sensible, c’est un milieu, à chaque fois singulier.

♥♥♥♥♥

 

Faire corps avec le monde - livre

Faire corps avec le monde – livre

Cette étude placée sous le double-signe des espaces et des corps impressionne par sa prolixité. Se référant à la posture de Bachelard pour lequel « un concept net doit porter la trace de tout ce que nous avons refusé d’y incorporer », Benjamin Thomas, maître de conférences (HDR) en études cinématographiques à l’Université de Strasbourg et déjà auteur d’un certain nombre d’ouvrages ayant trait à l’esthétique du cinéma (L’Attrait du vent, Yellow Now, 2016 ; Fantômas de Louis Feuillade, Vendémiaire, 2017), propose une réflexion dont la plénitude tient principalement à son ouverture théorique. Sans se refuser à conceptualiser les motifs qui ponctuent son ouvrage (lieux, paysages, territoires, milieux, corps éprouvés, corps-flux…), l’auteur propose d’en décliner les valeurs selon l’acceptation qu’en donnent les films et leurs figurations. C’est donc l’analyse de séquences qui prime ici, perçu comme une activité descriptive et interprétative se moulant sur les images pour en distinguer le travail auto-créatif. S’ouvrant avec Le Chant des oiseaux (Albert Serra, 2008), le corpus proposé ici privilégie l’éclectisme. Films d’auteurs (L’Humanité de Bruno Dumont) ou blockbusters (Avengers, Joss Whedon, 2012), productions contemporaines (Take Shelter, Jeff Nichols, 2011) ou chefs-d’œuvre du classicisme (Le Mouchard, John Ford, 1935) se répondent à travers un réseau de sens et de sensations. Cette fécondité se retrouve dans les références de l’ouvrage (et que l’on retrouve toutes indiquées dans sa vaste bibliographie). L’érudition de l’auteur permet d’ouvrir encore sa réflexion en dépassant les seuls exemples filmiques pour aborder d’autres disciplines artistiques (la danse, la peinture, ou la bande-dessinée) et envisager certains points philosophiques (l’imaginaire et le réel, le rapport de l’organique au tellurique) selon un prisme cinématographique et syncrétique. Si l’on peut regretter l’absence d’illustrations, ce manque est en partie pallié par la présence de descriptions détaillées qui permettent d’apprécier les singularités des séquences étudiées. Au-delà de sa seule problématique, l’exigence théorique de Thomas permet d’assurer les assises d’une méthodologie propre à l’analyse des images en mouvement. Loin de se restreindre aux seules études de cas, celle-ci s’offre comme un moyen de dévoiler le cinéma comme un authentique milieu producteur d’une « puissance d’ébranlement ».

 

 

 

  • FAIRE CORPS AVEC LE MONDE. DE L’ESPACE CINÉMATOGRAPHIQUE COMME MILIEU
  • Auteur : Benjamin Thomas
  • Éditions : Les éditions Circé
  • Collection : Penser le cinéma 
  • Date de parution: 18 avril 2019
  • Format : 256 pages
  • Tarif : 18 €

Commentaires

A la Une

Un premier trailer pour Terminator Dark Fate 

Paramount Pictures a mis en ligne le premier trailer de Terminator Dark Fate, sixième opus de la saga, réalisé par… Lire la suite >>

Aaron Taylor-Johnson et Kenneth Branagh au casting de Tenet de Christopher Nolan 

Aaron Taylor-Johnson et Kenneth Branagh rejoignent le casting de Tenet, nouveau film de Christopher Nolan.       Aaron Taylor-Johnson… Lire la suite >>

[vidéo] À la rencontre de Charlotte Blum pour The Art of Television saison 2

OCS poursuit son exploration des coulisses des séries américaines avec la deuxième saison de The Art of Television réalisée par… Lire la suite >>

De fausses affiches et une lettre aux fans pour Once Upon A Time In Hollywood

Alors que Once Upon A Time In Hollywood sera présenté cette semaine à Cannes, Quentin Tarantino écrit une lettre à ses fans… Lire la suite >>

Un premier trailer pour Un Jour de pluie à New York de Woody Allen

Le cinquantième film de Woody Allen, Un Jour de pluie à New York, se dévoile enfin dans une première bande-annonce… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 NOUS FINIRONS ENSEMBLE 357 301 3 2 307 854
2 POKEMON DETECTIVE PIKACHU 352 168 2 1 088 742
3 AVENGERS : ENDGAME 338 792 4 6 339 797
4 DOULEUR ET GLOIRE 237 771 1 237 771
5 THE DEAD DON'T DIE 186 806 1 186 806
6 LES CREVETTES PAILLETEES 142 779 2 396 188
7 SEDUIS-MOI SI TU PEUX ! 122 000 1 122 000
8 COLD BLOOD LEGACY : LA MEMOIRE DU SANG 77 596 1 77 596
9 HELLBOY 58 010 2 210 693
10 LA MALEDICTION DE LA DAME BLANCHE 43 421 5 779 786

Source: CBO Box office

Nos Podcasts