Les Faussaires de Manhattan de Marielle Heller : critique

Publié par CineChronicle le 29 juillet 2019

Synopsis : Ancienne auteure à succès aujourd’hui sans le sou, Lee Israel se découvre par hasard un don exceptionnel : celui d’imiter à la perfection le style de grands romanciers. Avec l’aide de son ami Jack, elle monte une arnaque imparable: rédiger de fausses correspondances entre auteurs célèbres, que Jack revend à prix d’or aux collectionneurs new-yorkais. Grisés par le succès, les deux faussaires ne voient pas que le FBI commence à s’intéresser à eux…

♥♥♥♥

 

Les Faussaires de Manhattan - affiche

Les Faussaires de Manhattan – affiche

Neuf mois après sa sortie aux États-Unis, Can You Ever Forgive Me ? (traduit par Les Faussaires de Manhattan), pourtant couronné par la critique et des nominations aux Oscars, Golden Globes et aux BAFTA pour ses acteurs et son scénario, sort enfin en France. Le premier long-métrage de Marielle Heller, The Diary of a Teenage Girl, fut pourtant excellent mais a connu ici une sortie confidentielle en vod. Quant à Melissa McCarthy, après Gilmore Girls et Mes Meilleures Amies, elle est devenue célèbre grâce au Saturday Night Live mais a enchaîné quelques fours en salle (Spy, SOS Fantômes, Carnage chez les Puppets). Même constat, cette actrice comique est pourtant la principale attraction d’un film dramatique. En France, on parle de rôle à la Tchao Pantin ; aux États-Unis, de tournant à la Tom Hanks/Bill Murray. Elle y incarne Lee Israel, qui a rencontré le succès avec ses biographies de célébrités des années 40, mais en 1991, plus personne ne veut d’une autrice alcoolique, misanthrope, dont les sujets de prédilection n’intéressent plus et qui bute contre la page blanche. Au bord de la misère, elle se rend compte que la vente de lettres originales peut valoir gros et que sa connaissance des célébrités de l’époque -de pair avec son talent- lui offrent l’occasion de devenir une faussaire. Elle s’associe avec Jack Hock, un dealer médiocre mais doué d’un beau bagout…

 

Les Faussaires de Manhattan

Les Faussaires de Manhattan

 

Enlaidie, bouffie par l’alcool, obnubilée par son chat, ayant du mal à assumer son homosexualité, se battant pour rester digne malgré la misère, Lee Israel devient très vite attachante, jouée toute en subtilité par une Melissa McCarthy qui, comme elle, s’est battue pour la reconnaissance de ses pairs pour faire reconnaître un talent qui ne demandait qu’à éclore. L’époque est à Tom Clancy et aux livres faciles à lire, Lee Israel crée des oeuvres trop belles pour être fausses. Melissa McCarthy, avec sa silhouette petite et rondelette, répond ainsi aux canons de beauté du cinéma ; la voir associée au si Anglais Richard E. Grant (Withnail et moi), qu’on ne voit sorti du théâtre et de la télévision que pour des petits rôles dans des films oubliables, est un plaisir.

 

Les Faussaires de Manhattan est bien sûr très classique, taillé pour les Oscars, mais le New York du début des années 1990, sale, lugubre, pourri par l’insécurité, l’épidémie de Sida et de drogues, est admirablement recréé et l’errance de ses deux escrocs littéraires, tocards homosexuels rejetés par la société, rappelle Macadam Cowboy. Le côté sombre du Manhattan célébré par Woody Allen, avec le fiel conservé. Ce chant d’amour envers la littérature et les éclopés de la vie arrive enfin dans les salles obscures françaises, le retard peut être comblé.

 

Arthur de Boutiny

 

 

 

  • LES FAUSSAIRES DE MANHATTAN (Can You Ever Forgive Me ?)
  • Sortie salles : 31 juillet 2019
  • Réalisation : Marielle Heller
  • Avec : Melissa McCarthy, Richard E. Grant, Dolly Wells, Ben Falcone, Gregory Korostishevsky, Jane Curtin, Joanna Adler, Stephen Spinella, Christian Navarro, Marc Evan Jackson, Anna Deavere Smith, Shae D’Lyn
  • Scénario : Nicole Holofcener, Jeff Whitty, d’après Can You Ever Forgive Me ? de Lee Israel
  • Production : Anne Carey, Amy Nauiokas
  • Photographie : Brandon Trost
  • Montage : Anne McCabe
  • Décors : Stephen H. Carter
  • Costumes : Arjun Bashin
  • Musique : Nate Heller
  • Distribution : Condor Distribution
  • Durée : 1h46

 

Commentaires

A la Une

Confinement : le décor d’un tournage en pause plonge les passants dans le Paris de l’Occupation

Repérées au début du mois par les habitants du quartier, deux rues de la Butte Montmartre arborent des affiches du… Lire la suite >>

Confinement : Masterclass et cours donnés par de grands noms du septième art en accès libre

Accédez à des centaines de masterclass, de tables rondes, et de cours livrés par des personnalités du cinéma depuis chez… Lire la suite >>

Ryan Gosling en discussion pour jouer un astronaute dans l’adaptation d’un livre d’Andy Weir

Après First Man de Damien Chazelle, Ryan Gosling va certainement devoir retourner dans l’espace pour un blockbuster de la MGM… Lire la suite >>

Carlotta Films lance sa plateforme de SVOD

Le distributeur de films de patrimoine propose à son tour un service de SVOD, le Vidéo Club Carlotta Films, pour… Lire la suite >>

Aaron Paul aimerait incarner Kurt Cobain

L’interprète de Jesse Pinkman rêve d’incarner le leader du groupe Nirvana, disparu à l’âge de 27 ans en 1994.  … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts