Synopsis : Dans les années 1970, en Colombie, une famille d’indigènes Wayuu se retrouve au cœur de la vente florissante de marijuana à la jeunesse américaine.  Quand l’honneur des familles tente de résister à l’avidité des hommes, la guerre des clans devient inévitable et met en péril leurs vies, leur culture et leurs traditions ancestrales. C’est la naissance des cartels de la drogue.

♥♥♥♥

 

Les Oiseaux de Passage - BR et DVD

Les Oiseaux de Passage – BR et DVD

Après le magnifique L’Étreinte du serpent sorti en 2015 et tourné au cœur de la forêt amazonienne, les réalisateurs colombiens Ciro Guerra et Cristina Gallego poursuivent leur peinture de la culture amérindienne et de son peuple aux traditions ancestrales les Wayuu. Aux confins de la Bolivie et du Venezuela,  Les Oiseaux de passage plonge le spectateur dans le désert de la Guajira, où la communauté des Indiens Wayuu se fissure au contact de la modernité et du narcotrafic, à l’image des lézardes sillonnant son sol ingrat… Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs en 2018, ce second opus des réalisateurs Ciro Guerra et Cristina Gallego, revient sur une période clé de l’histoire colombienne : l’émergence des cartels de drogue dans les années 70. Long-métrage brillamment ourdi, sublimé par une mise en scène sobre et classique, Les Oiseaux de passage est bien plus qu’une simple variation sur le thème des narcotrafiquants et se distingue résolument du récent biopic Escobar ou de la série Narco. Il s’agit d’une fresque familiale poétique et édifiante située au carrefour de différents genres. L’histoire prend naissance dans le giron d’une hutte de Ranchería en bois de cactus. On y rencontre Zaida, jeune femme placée sous les auspices de talismans et promise à Rapayet, commerçant de café. « Ta famille comptera plus que tout, plus que tes affaires avec les étrangers », lui enjoint son oncle Peregrino. La rencontre de Rapayet avec des gringos dealers de Marijuana afin de payer sa dot, et l’association avec son cousin propriétaire de plantations Aníbal, met rapidement cet adage à l’épreuve. Car l’attrait irrésistible de l’or vert entraîne Rapayet dans la guerre des clans sur fond de traditions Wayuu et de codes d’honneur… 

 

Les oiseaux de passage

Les oiseaux de passage

 

Le duo de réalisateurs a l’art de suggérer en quelques coups de pinceaux précis et délicats. Les symboles fourmillent, les jeux d’opposition et les chants sculptent remarquablement le film et les dialogues ciselés, interprétés avec sobriété par une galerie d’acteurs, marient dépouillement factuel et poésie. Ainsi, le collier et la danse figurent l’union du clan, l’alcool est chargé de représenter la déliquescence des valeurs tout comme les deux scènes de demande en mariage qui se font échos. Les Oiseaux de passage témoigne du constant renouvellement du 7ème Art à la source d’un mariage des genres. Cette histoire amérindienne, prend l’allure d’une tragédie grecque en cinq actes, ponctuée de paroles prémonitoires et de rêves. Elle fait la jonction entre le film de gangster, dont on retrouve les règlements de compte, et le western intimiste. Ciro Guerra et Cristina Gallego creusent un sillon fertile où la poésie bruissante d’images et de couleurs transcende la peinture ethnographique savamment éclairante des Indiens Wayuu. La musique folklorique, un brin hypnotique, n’est pas en reste dans ce tableau authentique qui invite ici ou là à la contemplation.

 

Et ce qui saisit le spectateur, c’est la compassion évidente des deux cinéastes pour leurs personnages au cœur pur et aux mains sales. Seule ombre au tableau : le scénario avance, comme ses personnages, avec un calme olympien, trop confortablement installé sur une assise qui manque de remous. Les scènes de rencontre jalonnent le film et donnent corps aux tensions entre les deux clans, celui d’Aníbal et celui de Rapayet, qui paraissent quelque peu engoncées dans un rythme nonchalant à l’image de ce peuple autochtone, digne en toute circonstance.

 

 

En bonus vidéo : Interview de la production du film (environ 5 min), regard sur la culture Wayuu (environ 5 min) et la Bononza (environ 5 min).

 

Alice Dumas

 

 

 

  • LES OISEAUX DE PASSAGE (Pajaros de Verano)
  • Sortie vidéo : 20 août 2019
  • Format / Produit : Blu-ray, DVD et VOD
  • Réalisation :  Ciro Guerra, Cristina Gallego
  • Avec : Nathalie Reyes, José Acosta, Carmiña Martínez, John Narváez, José Vicente Cotes, Juan Bautista, Greider Meza, Victor Montero, Sebastian Celis, Aslenis Márquez
  • Scénario : Maria Camila Arias, Jacques Toulemonde Vidal 
  • Production : Cristina Gallego, Katrin Pors
  • Photographie: David Gallego
  • Montage : Miguel Schverdfinger
  • Décors : Angelica Perea
  • Costumes : Catherine  Rodríguez
  • Musique :  Leonardo Heiblum
  • Édition vidéo : Diaphana
  • Tarif : 19,99 €
  • Durée : 2h05

 

Commentaires

A la Une

Alan Parker, le réalisateur de Midnight Express, Birdy et The Wall, nous a quittés

Le grand réalisateur britannique Alan Parker, connu pour ses grands succès critiques et publiques, est décédé à l’âge de 76… Lire la suite >>

Ratched : le prequel de Vol au-dessus d’un nid de coucou par Ryan Murphy se dévoile en photos

Sarah Paulson et Sharon Stone apparaissent dans les premiers clichés de la nouvelle production de Ryan Murphy pour Netflix, une… Lire la suite >>

Adieu les cons : Virginie Efira dans le teaser hilarant du nouvel Albert Dupontel

L’actrice apparaît dans le premier extrait du prochain film d’Albert Dupontel, Adieu les cons, dans lequel elle campe une quadragénaire… Lire la suite >>

Summer Lovin’ : un réalisateur à la barre du prequel de Grease

Le prequel de la comédie musicale culte de 1978 se dote d’un réalisateur, Brett Haley, qui devrait concrétiser ce projet… Lire la suite >>

Elisabeth Moss lance sa propre société avec plusieurs projets de films et séries

La star de The Handmaid’s Tale prend la barre. Cette dernière s’est offert une société de production avec plusieurs projets… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 SCOOBY ! 136 617 3 480 224
2 DIVORCE CLUB 128 698 2 371 367
3 TOUT SIMPLEMENT NOIR 114 515 3 522 204
4 ETE 85 76 791 2 270 181
5 ADORABLES 69 567 1 69 567
6 L'AVENTURE DES MARGUERITE 58 645 2 144 320
7 IP MAN 4 LE DERNIER COMBAT 58 408 1 58 408
8 MON NINJA ET MOI 51 963 2 110 277
9 MADRE 30 484 1 30 484
10 EN AVANT 25 365 21 881 832

Source: CBO Box office

Nos Podcasts